mardi 1 juin 2010

Ludovic Ballouard: Upside Down

C'est un vrai plaisir pour moi de vous présenter la première montre en tant qu'indépendant d'un jeune horloger français de talent, Ludovic Ballouard. Je dois l'avouer, j''étais très impatient de rencontrer Masaki Saito qui est l'associé de Ludovic Ballouard dans son entreprise afin de découvrir l'Upside Down qui fut dévoilée fin 2009.

Rarement une montre aura aussi bien porté son nom car c'est bien à l'envers que les chiffres du cadran sont affichés. Tous les chiffres? Non! Car celui de l'heure en cours est bien présenté dans le bon sens. Afin de faciliter la lecture de l'heure et de détecter d'un simple coup d'oeil le chiffre adéquat, un petit index noir apparaît devant. Simple et efficace!


Vous l'avez compris, nous sommes bien en présence d'une montre à heures sautantes mais dont la grande originalité réside dans l'affichage du temps et dans son aspect ludique. Lorsqu'on porte l'Upside Down, le moment que l'on attend frébrilement est celui du passage de l'heure: lorsque la soixantième minute s'achève, le disque de l'heure en cours tourne pour remettre le chiffre à l'envers et simultanément le disque de la nouvelle heure effectue une rotation similaire pour mettre le chiffre à l'endroit. Un véritable ballet qui créé un effet visuel saisissant!

Afin de bien comprendre le fonctionnement de cet affichage, j'ai tourné ce petit film:



Comme généralement avec toute montre à heures sautantes, le changement d'heure se sent lorsque la montre est au poignet: c'est bien évidemment le cas ici. Nous savons que nous changeons d'heure sans même regarder la montre.


Ludovic Ballouard, originaire de Bretagne, a démarré sa carrière suisse chez Franck Muller puis a passé plus de 7 ans chez François-Paul Journe. Ludovic a d'abord travaillé sur les Octa mais sa grande fierté est d'avoir assemblé pendant plus de 3 ans la Grande Sonnerie, la reine des complications. Il est clair que quand on maîtrise une telle complication, cela donne des ailes. Lorsque Ludovic a souhaité travailler pour son projet personnel, il a eu l'intelligence de ne pas démarrer avec une montre "usine à gaz" mais de proposer une complication originale tout en restant dans un contexte simple. Le contexte simple permet en effet de maîtriser les coûts et le prix de vente ainsi que de fiabiliser le mouvement et de le rendre plus facilement réparable et révisable. Cependant il s'agit d'une simplicité relative: l'originalité de l'affichage de l'heure permet à l'Upside Down d'apporter quelque chose de nouveau dans le paysage horloger et surtout l'architecture du calibre indique bien que l'on est face à une montre hors du commun.

La montre a un diamètre de 41mm, un boîtier en platine à la lunette relativement épaisse. Cette épaisseur peut surprendre mais elle s'explique simplement: elle permet de cacher la partie du disque qui supporte l'index noir du chiffre lorsque ce dernier est à l'envers.


La présentation de la montre est relativement dépouillée ce qui est très important dans le cadre d'un tel affichage: la lisibilité doit être préservée et tout l'intérêt porté sur le ballet des chiffres. Ainsi, pas de marquage des minutes par exemple afin d'alléger le cadran: cela peut troubler au départ mais avec habitude, on arrive à rapidement situer la minute où on se trouve. La trotteuse peut sembler petite mais vous remarquerez que son secteur est de taille identique à celui des disques des chiffres. Les aiguilles en acier bleuie contrastent bien avec le cadran en laiton peint.

Comme précisé précédemment, le boîtier est en platine tout comme la boucle et originalité... la couronne! Le placement de cette dernière peut surprendre mais là encore, l'explication est simple quand on retourne la montre. La tige de la couronne doit passer entre deux croix de Malte donc pas d'autre solution! A noter que le réglage de l'heure ne s'effectue que dans un sens donc si vous avancez trop, vous devez refaire un tour complet des 12 heures.

Une des singularités de l'Upside Down est le reflet du mouvement avec le cadran. Grâce à la présence des douze croix de Malte, le mouvement semble agencé comme l'affichage de l'heure, tel un effet miroir. En fait, la complication est située côté mouvement au lieu de se retrouver derrière le cadran. La conséquence est que 12 pignons verticaux traversent le mouvement pour pouvoir animer les disques des chiffres ce qui a compliqué la tâche de Ludovic.

Les platines sont en laiton doré avec une décoration de type soleil réalisée avec soin. La base du calibre est le Peseux 7001 totalement transformé pour pouvoir tracter un tel affichage et mettre en mouvement deux croix de Malte par heure. Il faut bien l'avouer, il est rare de voir une telle organisation de mouvement! La réserve de marche est de 42 heures.


Grâce à la forme élégante du boîtier, aux cornes courtes et bien galbées, la montre se porte avec confort malgré son poids et sa taille. Petit détail amusant lorsqu'on observe la carrure du boîtier: du fait de sa forme incurvée, l'image qui y est réfléchie apparaît à l'envers: un petit clin d'oeil au nom de la montre!




Jusqu'à maintenant, Ludovic Ballouard a livré une vingtaine de montres dont les 12 premières furent vendues directement à des collectionneurs qui connaissaient son talent. L'objectif est de pouvoir fabriquer un maximum de 100 montres par an. Les fournisseurs sont des amis de Ludovic ce qui permet d'éviter de se retrouver dans un goulot d'étranglement.

L'Upside Down est vendue sans boîte mais avec un très bel étui fabriqué avec la même peau que le bracelet. Le prix de vente est de 50.000 francs suisses hors taxes.


L'objectif maintenant pour Masaki est de trouver des détaillants dans plusieurs pays afin d'étendre le réseau de distribution: la montre est actuellement vendue en Suisse, Espagne et en Asie.

Pour Ludovic, en plus de la poursuite de la fabrication de l'Upside Down, le futur consiste à développer son propre mouvement 100% maison ainsi que de s'attaquer à d'autres complications. Compte tenu de son passé, il est permis de rêver à une montre sonore qui aurait, nous n'en doutons pas, la même singularité que l'Upside Down.

Ce fut donc pour moi un plaisir non dissimulé que de découvrir cette Upside Down car il est toujours réjouissant de découvrir des montres à l'affichage original de l'heure mais également d'assister au au développement d'un projet personnel pour lequel j'adresse tous mes voeux de succès.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour François-Xavier, je n'ai malheureusement pas eu encore la chance de te rencontrer personnellement mais ton texte et tes photos sont superbes !
Merci. Ludovic.

François-Xavier Overstake a dit…

Merci beaucoup Ludovic pour ton commentaire et encore bravo pour cette superbe et originale réalisation.