dimanche 28 décembre 2008

Hublot: Bigger Bang All Black

La Bigger Bang All Black est une de mes Hublot préférées. C'est la raison pour laquelle je souhaite vous la présenter.

Hublot a lancé la mode des montres "All Black" et celle-ci en est une des représentantes les plus intéressantes et ce pour plusieurs raisons.

La première raison est le mélange, "la fusion" des matériaux qui est le leitmotiv de Hublot. La céramique noire est utilisée avec bonheur pour le boîtier (d'un diamètre de 44,5mm) et la lunette. Les vis en titane contrastent avec les autres éléments. Le bracelet est évidemment en caoutchouc. La couronne et le poussoir sont en or gris et le fond du boîtier en titane.



La deuxième raison est le squelettage du calibre. Grâce à la touche "All Black", ce squelettage se fond parfaitement dans le cadran. Il est ainsi fort agréable de pouvoir observer les mouvements du mécanisme autour de la roue à colonnes (située à 12) lorsque nous enclenchons le chronographe (par le biais d'un monopoussoir). La lisibilité de la montre est tout à fait correcte: celle des indications du chronographe est cependant plus délicate que celle de l'heure qui elle, ne pose aucune difficulté.

Le Tourbillon anime le cadran:

La troisième raison est la performance du calibre à remontage manuel, d'une fréquence de 3hz, développé en collaboration avec BNB. Il a la particularité d'être le premier calibre dont le chronographe possède un embrayage direct sur la cage du Tourbillon. Sa réserve de marche est de 5 jours. Son architecture est également bien pensée car le fond de la montre est visuellement très original, faisant penser à l'engrenage de 2 roues:

Montre étanche à 50 mètres, commercialisée dans le cadre d'une série limitée de 50 pièces, cette Bigger Bang All Black m'a séduit car elle représente pour moi une espéce d'aboutissement des idées développées par Jean-Claude Biver au sein d'Hublot. Le tarif est évidemment à la hauteur des prestations. Cette montre séduira donc le collectionneur qui souhaite acquérir une montre combinant à la fois une certaine originalité esthètique et le contenu horloger.

samedi 20 décembre 2008

Lange & Söhne: La Cabaret Tourbillon

La Cabaret Tourbillon a une spécificité au sein de la collection Lange: il s'agit du premier Tourbillon Lange à ne pas être commercialisé dans le cadre d'une série limitée. Mais vous l'imaginez aisément, sa production ne sera pas pléthorique.

La Cabaret Tourbillon fut présentée lors du SIHH 2008. Son principal atout consiste à pouvoir stopper le balancier de la montre et ainsi son fonctionnement ce qui permet une mise à l'heure précise, caractéristique unique pour un Tourbillon. L'idée mise en oeuvre est finalement relativement simple: en tirant la couronne, une "pince" en V bloque le balancier.

Conséquence directe de cette fonctionnalité: la présence sur le cadran d'une trotteuse en sus du Tourbillon, bien inutile sinon pour un Tourbillon dont la cage fait une rotation complète en une minute, ce qui est le cas ici.

14 ans séparent ces 2 montres: la Cabaret Tourbillon avec le Tourbillon Pour le Mérite.

Walter Lange présente avec fierté la Cabaret Tourbillon:

Le gabarit du boîtier est plus imposant que celui de la Cabaret simple. En effet, sa taille est de 39,2 mm sur 29,5 mm pour une épaisseur de 10,3mm (La Cabaret simple ayant pour dimensions 36,3 x 25,5 x 9,1 mm). Même s'il ne conserve pas tout à fait les mêmes proportions, il reste globalement harmonieux.

Le cadran est relativement simple, les 2 compteurs (trotteuse à gauche, réserve de marche à droite) sont situés juste au-dessus du Tourbillon.


Nous touchons là peut-être le principal reproche pouvant être fait à la montre: le sentiment qu'esthétiquement, trop d'informations se situent dans la moitié inférieure du cadran et de ce fait tirent son "point de gravité" vers le bas. Cela n'est pas forcément une remarque sans fondement mais le mécanisme de grande date obligeait ce déplacement.

Comme toujours avec Lange, vous noterez la présence des 2 contre-pivots en diamant dont un facilement visible sur le pont du Tourbillon.

Le calibre L042.1 est magnifiquement réalisé et occupe généreusement le boîtier. Il est d'une fréquence de 3hz et est composé de 373 pièces.


La Cabaret Tourbillon se positionne bien sur le poignet grâce à la boucle déployante qui maintient efficacement la montre. Ce n'est pas superflu, compte tenu de son poids.

A titre de comparaison, voici un wristshot avec la Cabaret classique:

Commercialisée en or rose ou en platine, la Cabaret Tourbillon trouve tout son intérêt dans le mécanisme d'arrêt secondes. L'exercice qui consistait à partir d'un boîtier de type Cabaret était délicat, la Cabaret étant une des montres Lange les plus équilibrées.

Ainsi, certaines concessions esthétiques ont dû être faites pour des raisons techniques. Je regrette de ce fait de ne pas retrouver l'harmonie du cadran de la Cabaret simple. Il n'en demeure pas moins que les finitions sont exceptionnelles et sa caractéristique unique rend la Cabaret Tourbillon quasiment incontournable pour tout collectionneur de montres Tourbillon.

Pour en savoir plus:

Le superbe film sur la Cabaret Tourbillon (site Lange & Söhne)

Romain Gauthier au Salon Belles Montres 2008

Romain Gauthier était présent lors du Salon Belles Montres 2008 comme il le fut lors de l'édition précédente. Je vous avais déjà présenté sa collection Prestige ici.

Romain n'avait pas de nouveauté avec lui, s'étant entièrement consacré à la fabrication des montres. Cependant, des projets sont en développement avec l'introduction de complications. A suivre avec grand intérêt donc.

J'ai profité de notre rencontre pour reprendre quelques photos des versions or rose et platine de la Prestige.

Nous retrouvons donc toutes les spécificités de ces montres à savoir:
  • un diamètre de 41mm et une épaisseur de 11,3mm
  • une couronne masquée se retrouvant intégrée dans le mouvement
  • un calibre à remontage manuel d'une fréquence de 4hz et à l'architecture unique
  • l'affichage de l'heure décentré
  • et bien évidemment, la superbe finition des différentes parties de la montre et notamment celle du calibre
Bonne surprise, le modèle en or rose est celui à cadran champagne, peut-être ma version préférée.


Le calibre 2206hm a une taille respectable (34mm) et plus de 60 heures de réserve de marche. Il est finalement rare de voir des calibres à remontage manuel développés par un horloger indépendant avec une telle fréquence.


Au poignet, l'absence de la couronne donne un style particulier à la montre du fait de sa parfaite symétrie:

Le modèle platine:

Vous observerez que la décoration du mouvement n'est pas la même afin que dans chaque cas, elle corresponde à celle du cadran:


Les deux montres ensemble:


Encore merci à Romain Gauthier pour sa disponibilité et bien entendu, lorsque les 365 calibres 2206hm prévus seront fabriqués, nous lui souhaiterons alors une pleine réussite pour ses nouveaux projets.

dimanche 14 décembre 2008

Girard-Perregaux: L'Opera 3

L'Opera 3 est une montre envoûtante et unique: en effet, son principe est de pouvoir jouer un mouvement musical au passage de l'heure et à la demande. Mais de plus, le propriétaire de la montre peut choisir la mélodie!

La montre, d'un diamètre de 43mm et d'une épaisseur de 14mm est d'un aspect simple:

L'ouverture du cadran à 12h dévoile le volant qui régule la vitesse de la musique.

A gauche, se trouve l'indicateur de mélodie (connaissez-vous une autre montre où vous pouvez choisir entre Mozart ou Tchaïkovski?), à droite, l'indicateur de réserve de marche du carillon.

Au poignet, pas de souci particulier, elle se porte sans contrainte.

Mais bien évidemment, le principal intérêt de la montre réside dans son aspect sonore.

En effet, la mélodie qui peut être jouée à la demande est un extrait de la Petite Musique de nuit de Mozart ou du Lac des Cygnes de Tchaïkovski. Comment cette prouesse est-elle possible?

La solution réside dans l'architecture du calibre:

Le carillon miniature est composé d'un clavier à 20 lames et d’un tambour garni à la main de quelques 150 goupilles. Le sélecteur permet de correctement positionner les lames face aux bonnes goupilles afin que la mélodie choisie soit jouée. Une véritable boîte à musique au poignet!

Le petit film suivant vous donne un aperçu du fonctionnement du carillon:



Lorsque la montre joue la mélodie, la magie opère.

Montre inclassable, l'Opera 3 se distingue donc radicalement de ses 2 devancières. L'Opera 1 est une montre à répétition minutes à tourbillon, l'Opéra 2 reprend le principe de la 1 en rajoutant un QP. L'Opera 3 se focalise donc sur la dimension sonore ce qui la rend peut-être comme étant la plus digne des 3 à porter ce nom. Girard-Perregaux a réussi un tour de force magistral. A noter que la Manufacture peut personnaliser les mélodies.

samedi 13 décembre 2008

Fabrication De Montres Normandes au Salon Belles Montres

J'ai déjà eu l'occasion de vous présenter le travail de Karsten Frässdorf pour Marc Brogsitter. Le Salon Belles Montres 2008 a permis de m'apporter un éclairage nouveau sur les réalisations de Karsten dans un cadre cette fois-ci bien particulier: celui de sa propre marque.


Du fait de la localisation de la manufacture, les montres de la FDMN sont estampillées d'un "Fabriqué en France" qui évidemment me procure un grand plaisir!

En tant que français, je me réjouis donc de la décision de Karsten de s'installer à Brionne, en Normandie, afin d'y développer une manufacture dont le but est de retrouver l'essence même de l'horlogerie traditionnelle. Cet esprit peut être résumé comme étant la volonté de développer des calibres de basse fréquence, de conception efficace, à la finition technique irréprochable afin d'obtenir la fiabilité, la stabilité, la facilité de réglage et d'intervention requises pour atteindre les performances chronométriques optimales.

Et derrière cette volonté de produire des calibres et des montres classiques, se trouve également toute une démarche pédagogique et de formation de jeunes horlogers répondant ainsi à un double souci: celui de la transmission du savoir et de la pérennité de la marque. Ainsi, de nombreux apprentis rejoindront la marque au fil du temps.

La collection FDMN se décline autour de 2 calibres.

L'un simple, à 3 aiguilles (770), l'autre à tourbillon (781).

Les 2 calibres ont la même taille, généreuse (37mm de diamètre), une épaisseur similaire (7mm pour le simple, 7,5mm pour le tourbillon), un balancier de 16mm de diamètre (dont le ressort est centré par une bride Wittnauer) et une basse fréquence (2,5hz).

La réserve de marche est de 2 jours mais sans la croix de malte présente sur le barillet, elle serait de 85 heures.

A noter que les apprentis construiront leur montre "élève" à partir du calibre 770.

Les montres présentées ci-après sont des prototypes: les finitions peuvent donc évoluer sensiblement.

La montre qui est équipée du calibre 770 est ainsi une montre simple à 3 aiguilles avec une seconde à 6. Le cadran est en argent et laiton et les aiguilles en acier.



L'architecture simple du calibre 770 met en valeur la taille du balancier. Nous retrouvons ainsi l'esprit des montres chronométriques classiques.


D'une taille généreuse, relative épais, le boîtier en acier est totalement en harmonie avec le calibre. La montre est très confortable à porter.

La montre équipée du calibre 781 se pare d'un boîtier et d'aiguilles en or. A ces détails de finition près, rien ne semble la distinguer de la montre précédente si ce n'est le signalement discret de la présence du tourbillon. Les effets de lumière sur le cadran sont superbes:




En retournant la montre, le tourbillon se dévoile avec son grand balancier. Vous observerez que la place occupée par le tourbillon n'est pas loin de représenter la moitié du calibre. Le spectacle est un régal pour les yeux:


Là encore, la montre est très agréable à porter:



Le début de l'année 2009 sera donc très dense pour Karsten avec la présentation et la commercialisation des 2 montres ainsi que la participation au concours international de chronométrie, participation on ne peut plus logique compte tenu de l'esprit qui a entouré la conception des calibres.

Je souhaite remercier vivement Karsten pour le temps qu'il m'a consacré.

Pour en savoir plus:

Le site de FDMN.