Mon top 15 de Baselworld 2019

Il est maintenant temps de se pencher sur l'essentiel à savoir les montres présentées lors de l'édition 2019 de Baselworld. Je procéderai à un compte-rendu rapide par principale marque avant de revenir plus en détails sur les montres qui m'ont le plus plu ou qui méritent une analyse plus précise. En attendant, voici ma sélection, forcément subjective, des 15 montres les plus séduisantes à mes yeux. Pour établir cette sélection, je n'ai tenu compte que des marques qui étaient officiellement à Bâle et pas de celles qui étaient à la marge (à l'Hypérion par exemple). 

De façon générale, j'ai trouvé le contenu de cette édition de très bonne tenue. LVMH, dans son ensemble, a été dynamique et force de proposition. Breitling m'a beaucoup plu et semble trouver la bon tempo. Rolex a fait du Rolex, en restant dans sa ligne directrice à travers des produits sans surprise mais bien pensés. Tudor, comme à son habitude, combine "talking pieces" avec des produits de volume très orientés vers des marchés spécifiques. Chopard a dévoilé des montres là non plus pas très surprenantes mais bien exécutés et raffinées. Quant à Patek, si l'Alarm Travel Time a suscité de nombreux commentaires, les autres nouveautés ont été très intelligemment élaborées. 

Maintenant, c'est évidemment bien plus du côté des indépendants (Ateliers, AHCI ou Watch Incubator) que se trouvaient les surprises et l'audace. Certains ont véritablement tiré leur épingle du jeu et c'est toujours cet aspect qui rend Baselworld si attrayant. Même si le nombre d'exposants a considérablement diminué, il en reste toujours suffisamment pour connaître de belles émotions.

Enfin, j'ai trouvé que l'édition 2019 était aussi intéressante du point de vue mécanique: mouvement automatique  chronographe le plus plat pour Bulgari, Defy Inventor et ses 18hz pour Zenith, le calibre 26-330 basé sur le 324 chez Patek Philippe, l'intégration du spiral Isograph chez Tag Heuer, présentation d'un mouvement maison chez Chanel, le menu fut copieux.

Voici donc ma liste de mes 15 montres préférées.

Bell & Ross Bellytanker Bronze

Chez Bell & Ross, on ne change pas une formule qui gagne. Voici la nouvelle version du chronographe Bellytanker avec un boîtier en bronze. La combinaison des couleurs lui va à ravir (il est déjà surnommé le John Player Special), lui donne un style raffiné et élégant et l'ambiance néo-rétro fonctionne parfaitement. Une vraie réussite esthétique.


Breitling Navitimer 806 Réédition 1959

Cette montre n'est pas inspirée par un modèle du passé: c'est bien plus que cela, c'est un clone. Et je dois sur ce point saluer le travail effectué par les personnes qui ont oeuvré sur cette pièce car il n'y a pratiquement pas de compromis. Même la différence d'épaisseur des aiguilles a été respectée. La montre est magnifique et est très vite devenue une des stars de Baselworld.


Bulgari Chronographe Octo Finissimo GMT

Et un record de plus pour Bulgari! En effet, le mouvement qui équipe le Chronographe Octo Finissimo GMT est le plus plat de sa catégorie. Mais l'essentiel est ailleurs. Grâce à la collection Octo Finissimo, Bulgari développe une identité de marque et possède une ligne directrice esthétique séduisante et claire. Et comme en plus ce chronographe a le bon goût d'afficher un second fuseau, il ne pouvait pas échapper à ma sélection.


Claude Meylan: Lac Motorities

Claude Meylan réutilise la même formule que celle employée l'année dernière avec Heidi et Peter (une décoration autour d'un mouvement ETA 2512 squeletté) pour présenter 3 montres qui célèbrent l'âge d'or des courses automobiles. J'apprécie particulièrement celle avec le pilote dont le dessin rétro correspond bien à l'esprit de la montre. Une montre au charme suranné très agréable.


Grönefeld 1941 Decennium Tourbillon

Les frères Grönefeld reviennent à leurs premiers amours en proposant une montre à tourbillon pour célébrer leurs dix ans d'activité. Mais cette fois-ci dans un contexte esthétique plus simple qui leur permet de s'inscrire dans le prolongement des autres montres 1941 (Remontoire et Principia). Le résultat est classique côté cadran et magnifique côté mouvement. C'est l'incarnation de ce que l'horlogerie indépendante classique a de meilleur à offrir.


 Patek Philippe: Calatrava Semainier 5212A

Patek Philippe remet au goût du jour l'affichage du rang de la semaine avec la Calatrava Semainier 5212A. J'aime beaucoup cette montre pour plusieurs raisons. Son cadran est très rempli mais bien organisé. Son boîtier est en acier ce qui est agréable et valorisant dans le contexte de Patek Philippe. Et puis surtout la montre est animée du mouvement 26-330 qui est une évolution du calibre 324. Et rien que pour ce point important (je peux imaginer qu'au fil de l'eau il remplacera le 324 dans d'autres références), cette montre méritait d'être distinguée.


Reservoir: Hydrosphère

L'Hydrosphère est une montre très importante pour Reservoir. Parce qu'elle doit démontrer, d'ores et déjà que la marque est capable de se renouveler. La mission est accomplie. La montre est réussie tant du point de vue technique qu'esthétique. Le style Reservoir se retrouve dans son affichage et le design permet à la marque d'explorer de nouveaux territoires. Et puis, l'Hydrosphère est une montre de plongée  très originale ce qui n'est jamais simple à concevoir, les contraintes du genre étant multiples.


Rolex: Yacht-Master 42

Evidemment, cette montre n'est pas la plus singulière de la sélection. Mais il est important de souligner un point: le nouveau diamètre de 42mm lui va parfaitement. Pourquoi? Tout simplement parce que le cadran noir et la lunette épaisse diminuent la taille perçue. Je trouve que cette montre, en or gris, est maintenant plus équilibrée et je l'apprécie beaucoup pour cela.


Schwarz-Etienne: Ode to the 70s

Je ne sais pas si Schwarz-Etienne célèbre les années 70 ou si certaines substances ont eu des effets secondaires. En tout cas, le cadran de cette montre tourbillon remporte la palme du rendu le plus psychédélique. C'est un joyeux bazar mais l'ensemble ne manque pas de charme. La qualité mécanique constitue un atout supplémentaire.


Seiko: Presage Réserve de Marche cadran Porcelaine d'Arita

Seiko a présenté deux montres Presage à cadran Porcelaine d'Arita. Celle à Réserve de Marche m'a beaucoup plu car elle présente deux atouts: elle n'a pas de date donc le cadran Porcelaine n'est pas troué. Et elle possède de très beaux effets de relief. Comme toujours avec Seiko, la qualité est au rendez-vous avec un prix contenu. Une très belle montre classique et raisonnable.


Tudor: Black Bay Chrono S&G

C'est un très joli chronographe que nous offre Tudor avec le Black Bay Chrono S&G. La montre profite pleinement de sa lunette, ses poussoirs et couronne en or jaune pour définir un style énergique et élégant sans tomber dans l'ostentatoire. La qualité des finitions est irréprochable et l'ensemble est très séduisant.


Voutilainen: Vingt-8 Inverse

Le problème avec les très beaux mouvements à remontage manuel est qu'on aimerait les avoir en permanence sous les yeux, nous incitant à porter les montres à l'envers. Kari Voutilainen a résolu l'équation avec la Vingt-8 Inverse. Et hop, tout ou presque se retrouve côté cadran pour profiter d'un merveilleux spectacle... tout en pouvant continuer à lire l'heure!


Zenith: Defy Inventor

Zenith n'avait pas le droit de se louper après le lancement de la Defy Lab. Voici donc la version "catalogue" de cette Lab et la très bonne nouvelle et que Zenith est allé encore plus loin. La fréquence augmente pour atteindre maintenant 18hz et certains détails du mouvement ont été revus pour une meilleure fiabilité. Le potentiel de la technologie est considérable puisque l'augmentation de la fréquence témoigne d'une réserve de puissance qu'il sera intéressant d'utiliser avec des complications.


Sylvain Pinaud: Chronographe Monopoussoir

Sylvain Pinaud exposait au sein du Watch Incubator. Et il est une des raisons pour lesquelles j'adore Baselworld. Son Chronographe Monopoussoir est une pure merveille. Je suis d'abord séduit par l'esthétique de la pièce. Mais le déclenchement du chronographe parfait, doux et précis à la fois, apporte la preuve que Sylvain Pinaud a conçu une montre aboutie et ce en partant de quelques pièces d'un Unitas. Une vraie révélation.


David Rutten: Streamline DR01

David Rutten faisait également partie des exposants du Watch Incubator. Et là aussi, la surprise fut totale. La Streamline DR01 est peut-être la montre la plus étrange de Baselworld ce qui la rend évidemment passionnante. Le boîtier est usiné dans une météorite et le mouvement exclusif dont la taille est cohérente avec celle du boîtier offre un affichage des heures sautantes. Le design, très streamline fonctionne parfaitement avec la matière. J'en viens même à me demander si cette montre n'est pas tombée directement d'une soucoupe volante.


J'aurais donc l'occasion de revenir sur certaines montres de cette sélection lors des prochaines semaines.

Commentaires

Anonyme a dit…
Merci pour cette sélection fort intéressante. Il y en a quelques-unes que je suis fort curieux de découvrir. La seule montre dont je comprends pas la présence est la Tudor Chrono bicolore. Il est vrai que je n'aimais déjà pas le chrono en acier, mais cette version totalement anecdotique ne va pas améliorer les choses, loin de là.