Le Forban Sécurité Mer: La Malouine

Décidément, Jean-Sébastien Coste aime l'air du grand large car après avoir relancé Triton, il s'attaque cette fois-ci au redémarrage de la marque fondée il y a tout juste 50 ans, Le Forban Sécurité Mer. Cependant, il y a une différence de taille: un zéro de moins dans les prix pratiqués. En effet, si la Triton Subphotique avait été lancée avec un prix proche de 5.000 euros, la montre qui symbolise le nouveau départ du Forban Sécurité Mer, la Malouine, est vendue à un prix de 490 euros. Je trouve ainsi la démarche de Jean-Sébastien Coste très intéressante. Ce projet lui permet de cibler une autre clientèle, peut-être moins férue d'horlogerie, mais qui a envie de porter une montre mixte et polyvalente avec une histoire française.


Quelques anciens modèles de la marque:


Je pense que Le Forban Sécurité Mer est une marque idéale pour une telle ambition. La marque reste relativement connue des amateurs d'horlogerie et elle possède une certaine légitimité du fait de la fourniture passée de montres à la Marine Nationale. Son nom évoque à la fois les aventures des pirates et autres corsaires et donne aussi une sensation de robustesse. Et surtout ce nom sonne résolument français. Ce sont d'ailleurs les mêmes raisons qui ont conduit à baptiser la première montre sous l'appellation "La Malouine" en référence à St Malo. Surtout ne cherchons pas de lien direct entre la ville et la montre. Cette dernière n'est pas assemblée à St Malo et son mouvement n'a pas été développé non plus derrière les célèbres remparts. En revanche, l'histoire de la ville correspond parfaitement à l'image véhiculée par la marque et je trouve que ce nom est judicieux.


La volonté de Jean-Sébastien Coste est claire avec La Malouine: il s'agit de séduire aussi bien les hommes que les femmes avec une montre facile à porter en toute circonstance, qui possède suffisamment de caractère pour se distinguer et dont le prix est attractif. De fait, la taille de La Malouine a été déterminé dans ce but: avec un diamètre de 39,4mm (cohérent compte tenu de son style néo-vintage), la montre s'adapte facilement à tous les poignets. Les cadrans sombres peuvent réduire la taille perçue mais heureusement la lunette est plutôt fine. La Malouine apparaît ainsi comme équilibrée.

Le fond du boîtier:


Le design est classique pour une montre de plongée d'inspiration rétro et fidèle aux codes de ce type de montre (forme des aiguilles, . Elle possède quelques détails qui lui donnent du style comme le verre saphir bombé, le logo de la marque très présent (ce que je ne regrette pas car je le trouve réussi) et le très léger liseré bleu blanc rouge qui rappelle les origines. Alors, évidemment cette montre n'est pas "Made in France". Par exemple, le mouvement qui l'équipe est un calibre Miyota 8215. Mais qu'importe. Après tout, la volonté de faire renaître la marque émane d'un français et de plus les montres sont assemblées à Paris, au sein de l'atelier Christian Plantin.

De toutes les façons, il y avait une équation économique à résoudre. Le prix de vente se devait d'être attractif pour séduire une clientèle située en dehors du cercle habituel des amateurs d'horlogerie. Or les fournisseurs permettant de combiner qualité et prix de fabrication contenus ne se trouvent malheureusement pratiquement plus dans nos contrées. En tout cas, le résultat est là: pour une montre de moins de 500 euros produite dans des volumes qui restent modestes, la qualité de fabrication et de finition des éléments constitutifs est tout à fait correcte: le verre bombé est très bien réalisé, la lunette tourne de façon ferme et précise, le boîtier en acier 316L est agréable à porter, le fond est joliment gravé et le bracelet Tropic en silicone est confortable. Le mouvement n'est certes pas des plus prestigieux mais il est connu et répandu. Il est réputé pour sa fiabilité et il possède une excellente efficacité au remontage. Sa réserve de marche est plutôt courte (40 heures pour une fréquence de 3hz) mais ce n'est pas très gênant dans ce contexte.

Le cadran bleu est mon préféré:


La Malouine est disponible dans 4 configurations: 2 couleurs de cadran et 2 couleurs de bracelet sont disponibles. J'ai une nette préférence pour le cadran bleu que j'ai trouvé plus subtil et qui offre de jolis reflets. Le cadran noir est plus classique et je dirais plus conforme avec l'esprit de la montre. Quelle que soit la couleur du cadran, La Malouine est une montre séduisante qui remplit parfaitement la mission qui lui a été assignée: son étanchéité de 150 mètres est obtenue tout en conservant des proportions raisonnables. L'épaisseur est de 12,75mm ce qui est correct et la qualité de l'exécution du cadran lui permet d'être portée dans un contexte plus élégant et urbain.

J'ai donc été convaincu par cette montre qui, je l'espère, rencontrera son public grâce à son style polyvalent et décontracté. Elle est d'ores et déjà disponible via la boutique en ligne de la marque mais ceux qui hésitent à s'engager avant de l'avoir vue et manipulée peuvent également l'acquérir chez Emile Léon ( dont la boutique est située rue Royale à Paris) qui est partenaire fidèle de Jean-Sébastien Coste car commercialisant également les montres Triton.

Le cadran noir:


En tout cas, je souhaite beaucoup de succès à Le Forban Sécurité Mer afin que La Malouine soit accompagnée par d'autres modèles dans le futur.

Les plus:
+ la qualité d'exécution compte tenu du prix
+ les reflets du cadran bleu
+ un mouvement simple et fiable

Les moins:
- une réserve de marche un peu courte

Commentaires

denisd a dit…
Jolie montre, certainement plus abordable que la Triton... Sans bouder le plaisir de voir cette sympathique marque renaître, je regrette que le calibre choisi n'ait pas été le Miyota 9015 (4hz, qui règle comme un ETA 2824 et possède un stop-seconde) pour quelques malheureuses piastres de plus que le 8215. L'étanchéité de 15ATM m'intrigue. C'est peu courant pour une montre de plongée (à part Oris et les 10ATM de sa néo-vintage), fusse-t-elle urbaine. Je me demande comment cela se traduit dans la conception ? Des joints d'étanchéité plus faiblards ? Un fond de boite moins épais ? Enfin, il me semble que le diamètre de cette pièce soit de 39,4mm, une bonne taille !
Merci pour votre revue.
Tartine.74 a dit…
Jolie montre, sympathique et tout, mais si le diamètre contenu de 38.4 mm est son atout auprès d'une certaine clientèle, ce sera le frein à l'achat pour d'autres, dont je fais partie. Si un jour sort un opus en 40 ou 41, je serai l'un des premiers sur la liste.
Merci Denis, j'ai corrigé la coquille. C'est bien 39,4 et pas 38,4mm. Tartine.74... on s'approche de votre taille favorite!