Retour sur l'Ultramarine Morse UTC

Rappelez-vous, j'avais présenté il y a une année tout juste dans cette article l'Ultramarine Morse UTC qui constituait la matérialisation du projet mené par Lionel Bruneau. La ligne directrice du projet était de proposer une montre 100% Swiss Made, c'est-à-dire sans concession au prix le plus juste possible.

Lors de la présentation du prototype, il ne me faisait aucun doute que Lionel Bruneau avait remporté une grande partie de son pari. Mais un prototype reste un prototype et je souhaitais refaire un point une année plus tard avec la montre de production... et ce d'autant plus que je suis devenu l'heureux propriétaire d'une des Morse disponibles. L'occasion me fut donnée il y a quelques jours lors de la livraison de la montre et je ne peux que confirmer mon impression première: la Morse UTC est une très belle montre qui offre beaucoup pour un prix raisonnable (1.750 euros hors taxes).


La montre de production s'inscrit dans la lignée du prototype et améliore même certains points. La finition du cadran (la grande force de la montre) est irréprochable et les reflets bleutés sont un vrai régal pour les yeux. J'apprécie toujours autant la forme des aiguilles et la typographie des caractères. La couleur du guichet est maintenant en parfaite cohérence avec celle du cadran. Et puis un des reproches que j'avais émis est maintenant corrigé: le sous-cadran d'affichage du second fuseau comporte des graduations intermédiaires ce qui améliore considérablement la lisibilité. 


Le boîtier d'un diamètre de 40mm n'est pas l'élément le plus différenciant mais il est réalisé avec soin. C'est selon moi la finition polie brossée qui lui va le mieux. L'alternance des finitions lui donne de la subtilité et casse l'uniformité de la carrure. Il est très confortable au porté grâce à la courbure des cornes  et à l'efficacité du bracelet (dont la couleur a été choisie judicieusement) qui positionne fermement la montre sur le poignet. La qualité des inscriptions autour du fond transparent témoigne que l'exécution du boîtier est au même niveau que celle des autres éléments.

Le mouvement demeure le calibre Eterna 3914A (aux performances appréciables: 65 heures de réserve de marche pour une fréquence de 4hz) et il présente une différence par rapport au prototype. La forme de la masse oscillante a été revue pour améliorer l'efficacité du remontage. Du point de vue fonctionnel, la mission est accomplie car effectivement cette efficacité est au rendez-vous. Du point de vue esthétique, la masse est maintenant moins délicate et raffinée que celle du prototype mais c'est un détail qui n'est guère contrariant.


Le bilan est donc excellent et une année plus tard, la Morse UTC a conservé son pouvoir d'attraction. Je n'ai finalement que peu de détails à lui reprocher. Sa qualité perçue, le plaisir au porté, son esthétique rigoureuse et son prix attractif la rendent très séduisante aux yeux des amateurs qui privilégient le contenu horloger par rapport à d'autres considérations. Les points qui me semblent perfectibles sont les dimensions du bracelet (20x20) qui restreignent nettement l'offre alternative et le fait que la masse oscillante manque de contraste par rapport au mouvement. C'est une affaire de goût  mais à titre personnel j'aime que la masse oscillante se détache visuellement. Le rendu reste cependant très acceptable avec un style sobre et propre... bien dans l'esprit de la montre.


Je recommande donc vivement cette montre dans ce segment de prix: elle donne en effet l'impression de justifier chaque euro qui compose son prix.

A noter que depuis l'année dernière une version noire de la Morse UTC est également disponible. Je ne l'ai jamais vue en vrai mais en observant les photos, la version bleue conserve ma préférence tout simplement parce que les reflets du cadran semblent mieux ressortir.


Merci à Lionel Bruneau pour la livraison de la montre... et pour la conduite efficace du projet qui lui a permis d'atteindre ses objectifs.

Commentaires

Anonyme a dit…
Et bien voilà ! La graduation du second fuseau horaire change tout ! Autant, je trouvais le prototype fort joli mais illisible, autant, ici, la montre devient enfin fonctionnelle sans perdre aucune de ses qualités. Juste dommage pour le nouveau rotor, mais ce n'est sans doute pas le plus important.
Lionel a dit…
Avec le design de l'ancien, le mouvement ne se remontait que jusqu'à 50h, j'avais trop enlevé de matière, j'ai donc du refaire un dessin moins radical. C'est le métier qui rentre. :)

Merci FX pour cette nouvelle revue.