SIHH 2019: Richard Mille

Et voilà, le rideau est tombé. Richard Mille vient de présenter pour la dernière fois ses nouveautés au sein du SIHH. Pourtant, la collection dévoilée à Genève n'inspire ni tristesse ni morosité. Les dix montres "bonbon" apportent au contraire un vent de fraîcheur et de fantaisie non seulement dans le segment de la haute horlogerie mais également chez Richard Mille.

En fait, cette collection est bien plus stratégique qu'elle n'en a l'air. Elle symbolise l'exploration de nouveaux thèmes et donc une capacité de renouvellement de la marque. Certes, les montres techniques, puissantes, innovantes et aux fonctions spécifiques seront toujours la pierre angulaire du catalogue. Mais depuis un certain temps,  Richard Mille s'adresse plus fréquemment aux femmes comme le prouvent les signatures en tant que partenaires de Nafi Thiam et de Yuliya Levchenko ou la sortie de la RM71-01 Tourbillon Talisman. L'objectif est simple: il consiste à diversifier le socle de la clientèle afin de développer les relais de croissance. Et cette collection "bonbon" s'inscrit dans cette même démarche de diversification.

La collection "bonbon" ne s'adresse pas qu'aux femmes évidemment. De façon intelligente, Richard Mille n'apporte aucune précision sur la clientèle visée. La collection est résolument unisexe. Elle plaira à tout type de client séduit en premier par le thème, les couleurs, les décorations des cadrans. En tout cas, même si le thème est nouveau, les 10 montres de la collection "bonbon", éditées en 30 exemplaires chacune, respectent les principes de la marque: elles provoquent des réactions tranchées et des émotions fortes, leur qualité d'exécution est irréprochable, elles utilisent des matériaux high-tech (comme le Quartz TPT, le Carbon TPT ou la Céramique) et elles donnent l'opportunité de proposer des  techniques décoratives innovantes.

Les 10 montres s'articulent autour de deux lignes (douceurs et fruits) et ont pour base 3 modèles connus du catalogue: la RM 16-01 (montre à deux aiguilles rectangulaire animée par un mouvement  automatique Vaucher), la RM 07-03 (montre à deux aiguilles animée par un mouvement automatique de manufacture) et la RM 37-01 (montres à deux aiguilles, date et sélecteur de fonction animée par un mouvement automatique de manufacture). Il est très intéressant d'observer que la directrice artistique de la collection, Cécile Guenat, est parvenue à totalement renouveler le style de ces 3 montres qui, dans ce nouveau contexte, offrent des rendus visuels différents de ceux auxquels elles nous avaient habitués.

Le danger avec un tel thème était de tomber dans le ridicule ou le kitsch. Mais les montres "bonbon" suivent les mêmes règles d'excellence que celui du métier de confiseur: tout est une question d'ingrédients, de dosage et de tour de main. Si le sucre est trop présent, il tue les saveurs. Si les couleurs sont trop agressives, elles suscitent l'écoeurement. Alors, pour les montres "bonbon", il a fallu recréer, en faisant appel aux toutes dernières techniques de production et de décoration, plus de 3.000 petites sculptures de confiseries qui non seulement décorent les cadrans mais qui renforcent aussi la qualité perçue grâce à leur subtilité. En manipulant les montres, je n'ai eu aucun doute. Le thème est léger, voire même enfantin. Mais Richard Mille l'a traité avec beaucoup de sérieux et de maîtrise. J'ai pris beaucoup de plaisir à observer les moindres détails de ces sculptures et surtout à apprécier le rendu brillant particulier qui retranscrit le sucré des friandises. 

Ensuite, les montres sont cohérentes et parfaitement choisies. Par exemple, ma préférée de la collection est peut-être la RM 16-01 Réglisse car le boîtier rectangulaire est idéal pour mettre en valeur la spirale centrale. Mais la RM37-01 Cerise est aussi réussie du fait de son cadran beaucoup plus rempli et coloré, comme si un paquet de bonbons s'était renversé dessus. Et comment ne pas évoquer les couronnes qui ont été redessinées et qui proposent des formes adaptées selon les modèles? 

Enfin, les couleurs ont été définies avec soin. Les deux lignes portent bien leurs noms. La ligne "douceurs" explore des univers pastels et utilise des cadrans décorés par des motifs géométriques. La ligne "fruits" offre plus d'énergie avec des couleurs dynamiques. Ses cadrans sont plus détaillés et plus spectaculaires. Richard Mille a ainsi développé spécifiquement des nouvelles couleurs comme une teinte turquoise du plus bel effet. Et toutes ces couleurs (la collection en utilise 60) se complètent avec harmonie. C'est un peu le problème de la collection: si on est accroc à cette approche stylistique, il sera difficile de s'arrêter à un seul modèle comme lorsqu'on ouvre un paquet de bonbons.

Mais si c'est l'estomac qui nous dit stop dans un des cas, c'est le portefeuille qui risque de nous freiner dans l'autre.  La collection "bonbon" respecte les standards de la marque jusqu'au bout et cela veut dire que les prix sont dans une fourchette logique comprise entre 127.000 et 164.000 euros. Prix auxquels il faudra sûrement rajouter la consultation du dentiste. Car les friandises sont tellement réussies qu'on a envie de mordre dedans!

Je vous propose une sélection de photos prises lors du SIHH qui soulignent la diversité de la collection.

La RM 16-01 Automatic Réglisse. Le boîtier est réalisé en Céramique TZP Rose et Jaune: 


Le mouvement de la RM 16-01 Automatic Réglisse:


Comme de coutume, la taille de la RM 16-01 est relativement imposante et accentuée par le forme du boîtier. Cependant, sa finesse lui donne un côté très élancé:



La RM 07-03 Automatic Myrtille:


Une que j'apprécie beaucoup, la RM 37-01 Automatic Cerise:


Les détails du cadran sont superbes:


La RM 16-01 Automatic Citron propose également une multitude de petites sculptures:


Le rendu est évidemment différent de celui de la RM16-01 Automatic Réglisse. Le boîtier est réalisé en Carbon TPT:


La RM 37-01 Automatic Kiwi:


La RM 37-01 Automatic Sucette. Les deux guichets apparaissent plus nettement dans ce contexte:


Le mouvement de la RM 37-01 Automatic Sucette:


Le mouvement de la RM 07-03 Automatic Cupcake:


La RM 07-03 Automatic Cupcake:


Pour être franc, je n'ai pas forcément aimé tous les modèles et certains sont peut-être redondants. Par exemple, je n'ai véritablement apprécié que la RM 16-01 Automatic Réglisse dans la ligne douceurs. Mais qu'importe. La collection est réussie dans son ensemble et Richard Mille marqua les esprits lors du SIHH. Il a de nouveau indiqué la voie à suivre pour exister au sommet de la pyramide horlogère. Il faut oser, oser les couleurs, oser de nouveau thèmes, oser de nouvelles formes et surtout: oser s'amuser.  C'était ainsi la meilleure façon de quitter le SIHH:  en donnant un conseil à ceux qui restent!

Commentaires

Anonyme a dit…
Parmi les sujets de conversation récurrents du SIHH, il y avait les nouvelles collections d'Audemars Piguet et de Richard Mille. Les deux souffrent à mes yeux du même défaut : malgré la volonté de se renouveler et le sérieux du travail accompli, elles ratent +/- leur but. Dans les deux cas, ces marques cachent un production pas si originale que ça derrière un discours conquérant et des affèteries de style. Je trouve personnellement la production des ces montres assez ennuyeuse : coller les mêmes sucettes et autres carambars sur des cadrans est une approche plus "mécanique" qu'inspirée, couleurs pastels ou pas. Richard Mille finalement s'en sort mieux grâce à une bonne dose de provocation, un outil qu'il manie avec talent depuis les débuts de la marque. Il quitte donc le SIHH avec une ultime pirouette de saltimbanque : ses friandises ont suscités des réactions très tranchées et c'est tout ce dont la marque avait besoin.
Anonyme a dit…
Encore une fois RM sort des sentiers battus…on peut aimer ou pas , force est de constater l’extraordinaire succès de la marque depuis sa création