A.Lange & Söhne: Datograph Up/Down Lumen

C'est peut-être pour illuminer les longues nuits d'hiver mais Lange & Söhne a l'habitude de présenter ses montres "Lumen" en fin d'année. Le Datograph Up/Down Lumen, qui fut dévoilé lors du dernier trimestre de 2018 est la quatrième montre du genre de la part de la manufacture saxonne et elle est, comme ses devancières, très réussie.

La dénomination Lumen (à ne pas confondre avec les anciennes Luminous) s'applique aux montres qui subissent un traitement spécial du cadran. Le cadran traditionnel est remplacé par un verre semi-transparent qui fonctionne à l'opposé des lunettes de soleil. En effet, il laisse passer les UV mais bloque une grande partie de la lumière visible. Ainsi, la matière luminescente présente sur différents éléments de la montre peut se charger de façon permanente tandis que le cadran continue d'offrir un niveau d'opacité suffisant. L'ensemble demeure alors lisible et offre une palette large de rendus chromatiques.


A ce jour, je considère les montres Lumen de Lange & Söhne, toutes éditées dans le contexte de séries limitées, comme l'incarnation de l'approche stylistique la plus audacieuse de la manufacture. Une montre Lumen, compte tenu du caractère très particulier (et extrêmement changeant!) du cadran, propose une esthétique technique et contemporaine.

La démarche Lumen est cette fois-ci appliquée au  Datograph Up/Down. Ce dernier fut présenté en 2012, remplaçant alors la version initiale du Datograph datant de 1999. Il s'en distingue par son diamètre élargi (41mm contre 39mm) malgré une épaisseur similaire (13,1 vs 12,8mm) et par le remplacement des chiffres romains par des index. Afin de préserver l'esthétique parfaite du premier Datograph et notamment le triangle équilatéral composé de la grande date et des deux sous-cadrans, Lange & Söhne a agrandi de façon homogène le diamètre des compteurs mais également le guichet à 12 heures. Enfin, l'affichage de la réserve de marche a été très discrètement rajouté à 6 heures. Compte tenu de ces raisons, le Datograph Up/Down parvint à conserver l'esprit du Datograph d'origine tout en offrant un style plus élancé. 


Je dois avouer que j'étais très sceptique au départ lorsque j'appris qu'une version Lumen du Datograph Up/Down allait sortir. Mais je fus finalement convaincu par le résultat. Je l'explique par deux raisons. La première raison est que les éléments luminescents mettent en valeur l'organisation spécifique du cadran du Datograph. Lorsque la montre est mise dans l'obscurité, les éléments luminescents ressortent de façon vive et notamment les deux sous-cadrans et la grande date. Le triangle équilatéral typique apparaît alors dans un contexte nouveau.


La seconde raison est que le cadran présente une multitude de rendus tous aussi attrayants les uns que les autres. Le Datograph Up/Down Lumen offre une spectaculaire gamme de gris, allant du gris anthracite au gris très clair. Et comme la matière luminescente propose  aussi une gamme de couleurs très large, allant du bleu/vert pale en légère obscurité à un bleu/violet intense et lumineux en obscurité totale, le cadran de la montre apparaît alors en constante variation.


Il ne faut pas oublier non plus que le Datograph d'origine a redéfini les standards de ce que devait être un chronographe de haute horlogerie. Alors, le retrouver avec un style différent mais respectueux et qui met en valeur la dimension technique de la pièce est une excellente nouvelle. Sous le cadran semi-transparent se devine le mouvement qui demeure, près de 20 ans après sa présentation, un des plus beaux mouvements chronographe du marché.


C'est évidemment côté ponts que le spectacle offert par le mouvement devient encore plus réjouissant. Le calibre L951.7 ressemble comme deux gouttes d'eau au calibre L951.6 du Datograph Up/Down "classique". Mais il porte une référence différente car il est très légèrement modifié. Il comporte 3 pièces supplémentaires (454 vs 451) et possède une épaisseur supérieure compte tenu de la gestion des éléments luminescents (le Datograph Lumen a une épaisseur de 13,4mm). En tout cas, le plaisir à l'observer est le même. La qualité des finitions, l'architecture aux multiples effets de relief, les techniques décoratives font de ce mouvement un vrai plaisir pour les yeux. Et comme à l'usage il se révèle toujours aussi agréable (le déclenchement des poussoirs et le remontage sont d'une rare douceur), Lange & Söhne démontre une fois de plus sa maîtrise de la complication.

Les 3 wristshots suivants montrent les variations du rendu visuel du cadran en fonction des conditions de lumière: 


Bien évidemment, ses performances restent identiques à savoir une fréquence de 2,5hz pour une réserve de marche d'une soixantaine d'heures. J'aime beaucoup ces calibres à basse fréquence qui ont un charme incomparable. Ecouter le tic tac de ces mouvements est magique!

De même, les sensations au porter sont similaires. Le Datograph Up/Down est une montre lourde ce que j'apprécie. Cependant il faut veiller à ce qu'elle soit bien positionnée sur le poignet car si elle bouge, elle peut se révéler inconfortable. 


Je fus donc séduit par le Datograph Up/Down Lumen. Il constitue une excellent façon de faire évoluer le Datograph tout en conservant les ingrédients qui en font la réussite. Il apporte aussi une nouvelle preuve que lorsque Lange & Söhne est plus audacieux et propose des cadrans moins classiques, ses montres deviennent alors plus excitantes grâce au soupçon d'originalité qu'elles contiennent. Maintenant l'enjeu pour la manufacture est d'être capable d'adopter ce genre de démarche en dehors d'un cadre "Lumen".


Le Datograph Up/Down Lumen est disponible avec un boîtier en platine en une série limitée de 200 pièces à un prix de 95.000 euros TTC.   

Merci à l'équipe de la boutique Lange & Söhne de la rue de la Paix à Paris.

Les plus:
+ les multiples rendus visuels du cadran
+ les effets de luminescence réussis
+ la qualité des finitions
+ le plaisir procuré par le mouvement L951.7 à l'usage

Les moins:
- le poids de la montre est conséquent ce qui nécessite un bon maintien sur le poignet

Commentaires