SUISSEMECANICA: SM8

J'ai envie de revenir aujourd'hui sur une montre qui fut présentée en 2012: la SUISSEMECANICA SM8. En fait, je suis la marque depuis ses premiers pas (je me souviens de nos rendez-vous aux Salons Belles Montres et QP) et j'ai toujours trouvé que la SM8 était une pièce singulière qui méritait plus d'attention.

La SM8 peut apparaître au premier regard comme un chronographe imposant, au design très masculin. Et pourtant, en rentrant dans les détails, en la découvrant à l'usage, elle devient beaucoup plus subtile tant du point de vue technique que du point de vue esthétique.


Attention cependant: je ne suis pas en train d'écrire qu'elle semble plus petite qu'elle n'est une fois mise au poignet. La SM8 est une montre puissante, virile et cela se ressent à la fois dans le diamètre (43mm sans le protège-couronne coulissant, 48,5mm avec) et dans l'épaisseur du boîtier (18mm). Et pourtant, grâce au coup de crayon de Juliana Arbelaez, une sorte de magie opère. La sensation au porter n'est pas celle d'un bloc de métal mais celui d'un galet qui combine à la fois des parties galbées et des angles bien plus aiguisés.

Une des raisons qui expliquent la réussite esthétique de la SM8 est la continuité des lignes. Malgré la complexité de la construction du boîtier en acier brossé, l'ensemble apparaît comme cohérent et homogène. J'aime ainsi particulièrement la façon avec laquelle les cornes prolongent la courbe de la carrure ainsi que l'intégration  sans aspérité du protège-couronne. Les cornes sont courtes et l'emplacement du bracelet, très proche du boîtier, permet un excellent maintien tout en maîtrisant la sensation de taille de la montre.


L'ouverture du cadran est très raisonnable car cela est dû à la présence cumulée de deux lunettes internes. Je commence à aborder à travers cette remarque toute l'ambition technique de la SM8. Cette montre, fer de lance de SUISSEMECANICA, est bien plus qu'un simple chronographe. Elle offre l'affichage d'un second fuseau grâce à la lunette interne Dual Time, elle peut accompagner son propriétaire en toute circonstance grâce aux 200 mètres d'étanchéité et à la lunette de plongée et elle propose une ergonomique unique grâce au protège-couronne coulissant le long de la carrure.

Ce protège-couronne est évidemment la signature de SUISSEMECANICA: il forge le caractère de la montre, apporte la touche esthétique véritablement originale ainsi qu'une expérience d'utilisation unique et impose au mouvement exclusif une architecture spécifique. En fait, l'impact du protège-couronne est multiple.

Le protège-couronne coulissant libère les poussoirs selon sa position:


La montre est ainsi structurée selon les fonctions qu'elle propose. Le protège-couronne fonctionne comme une sorte de sélecteur qui en glissant libère ou cache le poussoir et les couronnes. En position centrale, le protège-couronne donne accès à la couronne principale qui permet de remonter manuellement la montre et de la mettre à l'heure et à la date. En poussant le protège-couronne vers le haut, la couronne du bas est libérée afin de pouvoir tourner la lunette de plongée. En poussant le protège-couronne vers le bas, le poussoir du chronographe ainsi que la couronne supérieure deviennent accessibles. Le propriétaire de la montre peut alors lancer, arrêter et remettre à zéro le chronographe et manipuler la lunette interne Dual Time.

L'impression générale donnée par la manipulation du protège-couronne, des couronnes et du poussoir est celle d'une excellente qualité perçue. Il y a une sensation de robustesse et d'une exécution sans faille. La lunette de plongée unidirectionnelle se positionne précisément grâce aux différents crans tandis que la lunette Dual Time bouge de façon continue mais ferme. La pression du poussoir du chronographe est également bien dosée. Certes ce n'est pas un chronographe Lange mais le travail effectué sur ce point précis est également abouti.

Le mouvement exclusif Concepto est agréablement fini:


Le chronographe est effectivement monopoussoir afin de libérer la place pour la deuxième couronne. C'est la raison pour laquelle SUISSEMECANICA a demandé un développement spécifique du mouvement chronographe Concepto afin de lui donner cette caractéristique. Le calibre SM1-2222, qui équipe la SM8 est compte tenu de son origine, robuste et pérenne. Ses performances sont classiques compte tenu du fait qu'il dérive du Valjoux 7750 à savoir une fréquence de 4hz pour une réserve de marche d'une cinquantaine d'heures. J'aime la présentation de ce mouvement dans le contexte de la SM8  car sa finition est très soignée et très contemporaine. La masse oscillante est ainsi bien réalisée en étant évidée et noircie. L'ensemble est très agréable à regarder et confirme les standards de qualité de la montre. J'aurais cependant apprécié que le calibre ait été décliné à partir du calibre Concepto à roue à colonnes.


En mettant la SM8 au poignet, j'ai pu apprécier le travail esthétique abouti également au niveau du cadran. La lunette de plongée est fortement inclinée et large. Elle est non seulement pratique mais elle apporte aussi beaucoup de personnalité. La façon dont les index sont positionnés dessus, avec les marqueurs en relief, contribue à la qualité perçue. La lunette Dual Time est beaucoup plus discrète et évidemment logée près des aiguilles principales. Le cadran central est classique dans sa présentation et inspiré par les chronographes classiques. L'approche est très épurée et Juliana Arbelaez a fait le choix de ne pas indiquer les marqueurs des xièmes de seconde afin d'éviter de surcharger le cadran. Je trouve que c'est un bon choix  qui en plus rend la lunette de plongée périphérique plus lisible car les index de la graduation interne servent comme une sorte de prolongement. Enfin, le cadran présente quelques touches de couleurs, à la fois discrètes et bienvenues.


De façon étonnante, la montre se porte avec confort car elle est bien maintenue sur le poignet grâce à l'efficacité du bracelet et la forme ramassée des extrémités du boîtier. Cependant, il ne faut pas envisager de pouvoir faire passer la SM8 sous la manche de la chemise! Enfin, le verre saphir légèrement bombé propose un anti-reflet d'une rare efficacité.

Je dois avouer que j'ai aimé la SM8 depuis sa présentation et c'est la raison pour laquelle je savais que j'allais écrire un article favorable. C'est un peu un coup de coeur qui s'exprime. Après, j'ai tout à fait conscience qu'il ne s'agit pas d'une montre facile à aborder: son gabarit, le protège-couronne proéminent et imposant la rendent singulière et peu adaptée aux petits poignets. Mais ce côté radical et sans concession est ce qui lui donne de l'intérêt et du charme: je considère la SUISSEMECANICA SM8 comme une des montres "chronographe" les plus pertinentes et abouties dans un style viril et puissant.


La SUISSEMECANICA SM8 est disponible avec un boîtier en acier brossé tel que présenté au prix de 15.000 euros TTC. D'autres matériaux peuvent être proposés à la demande.

Les plus:
+ une excellente qualité perçue
+ l'astucieux système du protège-couronne coulissant
+ une esthétique épurée et contemporaine
+ un mouvement fiable et fini en cohérence avec le style de la montre

Les moins:
- l'épaisseur
- j'aurais aimé que le mouvement comporte une roue à colonnes pour être plus dans l'esprit qualitatif de la pièce

Commentaires

Jouve a dit…
Waouh 15k€!!
Bonne chance pour trouver un client à ce prix démentiel...
Franchement à ce prix autant ajouter 2k€ et avoir une daytona au gris...