Semper & Adhuc: collection "Heures Nouvelles"

Mise à jour de l'article:
La campagne Kickstarter vient de débuter, vous pouvez y accéder en cliquant sur ce lien.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Colin de Tonnac ne manque pas de courage. Imaginez un peu le contexte: ce jeune diplômé des Métiers d'Art au lycée Edgard Faure de Morteau préféra quitter une situation très confortable et gratifiante au sein de Patek Philippe pour lancer son projet personnel et créer sa propre marque. Je dois avouer que je suis admiratif face à une telle prise de décision qui témoigne d'une ambition et d'une volonté de voir ses idées, ses conceptions horlogères se matérialiser et se concrétiser.


Cette marque, qui a nécessité plus de deux ans de développement, s'appelle Semper & Adhuc (toujours & jusqu'à maintenant). Ce nom à consonance latine peut sembler énigmatique mais il décrit parfaitement l'objectif poursuivi par Colin de Tonnac: celui de redonner vie à des calibres orphelins anciens. Je me permets d'insister sur la notion de calibres orphelins. La première collection de la marque est animée par des mouvements AS1012 qui étaient disponibles et non emboîtés. Colin de Tonnac n'utilisera pas de mouvements récupérés sur des montres en fonctionnement. Bref, il s'agit bien d'une opération de réanimation et non de transplantation!

Si je devais résumer en quelques mots Semper & Adhuc, je dirais qu'elle représente une quête de l'essentiel et un retour aux sources. Les six montres de la collection "Heures Nouvelles" ne possèdent aucune complication, n'affichant que les heures et les minutes. Il se dégage de chacune de ces montres beaucoup de simplicité, pour ne pas dire du dépouillement. Il n'y a aucun artifice inutile, les cadrans sont dessinés pour indiquer l'heure sobrement et efficacement. Les zones vides du cadran apportent des respirations et mettent en valeur les quelques indications présentes: les chiffres, une graduation, l'indication "atelier français" et surtout le nom de la marque qui a presque envie de se cacher: il s'enroule autour de l'axe des aiguilles ce qui est une façon élégante et inhabituelle de s'afficher.


En observant les 6 montres, j'ai pensé à Nomos. Certes la marque allemande est une entreprise bien plus établie et importante que Semper & Adhuc. Mais l'approche de Colin de Tonnac, fondée en premier lieu sur des mécanismes à remontage manuel, sur une esthétique simple aux éléments distinctifs et sur la disponibilité de boîtiers de forme aux diamètres raisonnables m'a fait penser aux premiers pas de Nomos qui était capable de présenter un cadran d'inspiration Bauhaus dans un boîtier rond (Tangente) ou carré (Tetra). C'est tout le mal que je souhaite à Colin de Tonnac: si sa marque pouvait par la suite connaître le même succès que la société installée dans l'ancienne gare de Glashütte, ce serait alors un formidable aboutissement.


Nous n'en sommes évidemment pas là. Semper & Adhuc va connaître très vite son moment de vérité à travers la campagne Kickstarter qui va débuter le 4 septembre. J'espère que la campagne sera fructueuse (les montres seront vendues 1.125 euros TTC pièce pendant la campagne soit une réduction de 25%) et qu'elle permettra le lancement de la production des pièces car j'ai été séduit par cette collection.

Il faut dire qu'à la base, j'ai une préférence pour le remontage manuel. Ensuite, en tant que bordelais (et bien entendu un peu chauvin), je ne pouvais que soutenir un projet horloger dont l'atelier d'assemblage et de préparation des mouvements se situe dans ma ville de coeur. Mais au-delà de ces raisons subjectives et sentimentales, il y a tout de même d'autres bonnes raisons qui peuvent susciter l'attention des amateurs d'horlogerie.

La première est la dimension française du projet. Certes le mouvement n'est pas français mais Colin de Tonnac a veillé à ce que les différents éléments de la montre proviennent de France... avec un centre de gravité qui penche nettement vers le sud. Ainsi l'usinage des boîtiers et la découpe des cadrans sont effectués en Dordogne tandis que les aiguilles sont fabriquées à Morteau. L'atelier de fabrication des bracelets est également bordelais.


Ensuite, le plaisir de porter une montre à remontage manuel est bien réel. Le petit rituel du matin qui permet de remonter le mouvement à bloc fait partie du charme de l'expérience que transmet ce type de montre. Et puis, le mouvement à remontage manuel est cohérent avec le design et l'esprit de Semper & Adhuc.

Car enfin, et c'est sûrement le point fort de la collection, j'ai trouvé les montres qui la composent esthétiquement réussies. A partir d'une base commune (elles partagent toutes le même mouvement et la même longueur de boîtier soit 37mm), Colin de Tonnac est parvenu à forger une identité à chacune d'entre elles.

Les montres rondes, les deux "Instantanée" sont les plus simples à aborder. La classique, aux touches de bleu, est celle qui pose les jalons de l'esthétique de Semper & Adhuc. L'originale est pour moi la plus aboutie et la plus intéressante avec sa graduation périphérique particulière et sa couleur de cadran ivoire. J'ai instinctivement pris cette montre en premier dans la boîte qui rassemblait la collection. Le genre de réflexe qui ne trompe pas!



Les montres "coussin", les deux "Immédiate" sont plus singulières. La taille perçue de l'originale est supérieure à celle de la classique compte tenu de la couleur claire de son cadran. Je trouve la forme du boîtier séduisante car il s'agit d'un coussin très géométrique qui offre du caractère.



Enfin, les montres ovales, les deux "Inopinée" sont les plus insolites et de loin. Le rapport hauteur sur largeur, la forme arrondie leur donnent peut-être un côté plus féminin mais assurément plus intrigant. C'est ici la classique que je préfère car le cadran clair correspond mieux, selon moi, à la forme du boîtier.



En tout cas, j'ai dans chaque cas aimé l'atmosphère qui règne. La simplicité n'est qu'apparente. Derrière elle se dégage beaucoup de rigueur dans l'organisation des cadrans, le positionnement des éléments. Il y a une sorte d'ambiance surannée qui entoure la collection, mise en valeur par la sobriété des cadrans et des boîtiers et les dimensions raisonnables.

Les prototypes que j'ai vus étaient perfectibles et les photos ne traduisent pas l'ambition de qualité du produit final. Ces montres ont été assemblées x fois et ont souffert de toutes ces manipulations. Elles m'ont cependant donné une très bonne idée de ce que sera une pièce Semper & Adhuc achevée. Colin de Tonnac va travailler sur l'amélioration de certains détails comme par exemple l'accessibilité de la couronne pour faciliter le remontage. La couronne sera peut-être aussi agrandie. A noter d'ailleurs que sa position à gauche ou à droite restera au choix du client.


L'arrière du boîtier offre une petite ouverture pour observer le mouvement AS1012 qui équipe les montres. Ce calibre courant, simple et fiable fut produit pendant plusieurs décennies. Sa petite taille le destinait plutôt à des montres féminines mais compte tenu de l'absence de trotteuse, cela ne se ressent pas. Colin de Tonnac nettoie et rhabille les mouvements, adapte la rallonge de tige de remontoir et les voilà repartis comme aux plus beaux jours. Je peux certes à ce stade regretter qu'un mouvement d'une taille supérieure n'ait pas été utilisé. Mais l'AS1012 fonctionne bien dans ce contexte et remplit son rôle sans souci. La réserve de marche annoncée est de 36 heures (elle est légèrement supérieure à ce chiffre mais Colin de Tonnac préfère être prudent) pour une fréquence de 2,5hz ou 3hz selon la version du mouvement.

J'ai donc pris beaucoup de plaisir à découvrir et essayer les montres Semper & Adhuc. Simples, discrètes et élégantes, elles possèdent suffisamment de caractère pour susciter l'intérêt grâce à l'esthétique épurée des cadrans. Ainsi, je croise les doigts pour que la campagne Kickstarter soit couronnée de succès car cela permettrait de présenter cette collection à un plus large public et d'initier l'activité d'une jeune marque bordelaise. Le logo de Semper & Adhuc représente les trois Parques. Alors, espérons que la troisième Parque laissera le fil de son histoire se dérouler le plus longtemps possible.

Merci à Colin de Tonnac.

Les plus:
+ une esthétique simple, efficace et avec une touche de caractère
+ les tailles harmonieuses des boîtiers
+ le rendu du boîtier coussin
+ un mouvement simple et fiable, de large diffusion

Les moins:
- la taille du mouvement
- j'aurais préféré un fond totalement plein

Commentaires