Le prix de la montre française 2018: une bonne idée, une mise en oeuvre catastrophique

Vous n'êtes peut-être pas au courant mais le site La Montre Française organise actuellement un vote qui va désigner "la montre française de l'année". A vrai dire, j'ai appris cette nouvelle par les appels aux votes de plusieurs marques horlogères françaises.

Cette démarche part d'un bon sentiment. C'est d'ailleurs celle du site créé par l'association professionnelle France Horlogerie - Industries du temps et des Microtechniques, l'ex Chambre française de l'horlogerie et des microtechniques. Elle consiste à promouvoir les activités de ce secteur d'activité qui connaît un regain de vitalité ces dernières années. L'idée en soi est donc bonne: l'organisation d'un tel vote permet de mettre sous les feux des projecteurs les marques qui se sont créées ou développées et apporte la preuve que l'industrie horlogère française bouge, propose des projets et innove.

Malheureusement, l'organisation du vote est faite en dépit du bon sens. Tout d'abord, ou alors j'ai mal cherché, je n'ai trouvé aucune trace du règlement. Sur quelle période se déroule le vote? Quand sont proclamés les résultats? Comment les marques sélectionnées ont été choisies? Quelle est l'autorité qui valide la régularité du vote? Je n'ai aucune réponse à ses questions.

Vous allez me dire: mais la plus grande interrogation n'est pas liée au déroulement du vote... mais consiste à connaître les critères qui définissent "une montre française". Rassurons-nous, les organisateurs du vote ont tout prévu! Une fois que l'on a choisi sa montre préférée (pour laquelle j'ai l'impression de pouvoir voter plusieurs fois...), le formulaire de vote bascule sur une question, complètement lunaire dans ce contexte: "Selon vous, que signifie l'appelation Made in France?"

En voilà une bonne question. Peut-être qu'il aurait mieux valu commencer par là et expliquer les critères de la sélection: 


Autrement dit, on demande à des gens de voter pour quelque chose dont la définition n'est ni claire ni définitive. On le sait bien d'ailleurs que c'est difficile à définir... alors peut-être qu'il aurait mieux valu préciser les critères de sélection au début et on revient toujours à ce problème.

Bref, oublions quelques instants ce flou artistique et revenons à la sélection qui est proposée. Les menus des restaurants chinois semblent très sommaires en comparaison: il y en a pour tous les goûts! Il faut choisir sa montre préférée parmi 27 marques différentes (excusez du peu!), du quartz, du mécanique, de l'original, du classique, du créé plus ou moins en France ou du résolument suisse ou de provenance plus lointaine, du cher, de l'abordable, du déjà actif, du pas disponible pour l'instant... 

Une partie de la sélection, un vrai capharnaüm:


Tout ceci n'est guère sérieux. Lorsqu'on sollicite les marques pour qu'elles participent à un tel vote, il faut le faire avec professionnalisme, avec rigueur, avec méthode. Sinon, quel est l'intérêt d'organiser un vote dont on sait que le résultat n'aura aucune crédibilité?

Finalement, l'absence de communication sur un tel événement est une bonne chose et il vaut mieux, pour l'image de France Horlogerie, qu'il reste dans l'obscurité. J'espère juste que l'association organisera de façon beaucoup plus professionnelle les prochains votes pour que cette démarche soit vraiment porteuse de sens et serve véritablement l'industrie horlogère et les marques françaises.

Commentaires

Anonyme a dit…
Et aucune Pequignet alors que c'est la marque qui mériterait le plus d'y figurer !
Il y a des marques inconnues au bataillon et qui mériteraient d'y rester !