Richard Mille: RM67-01 sertie

Lors d'un récent voyage, j'ai eu la chance de rencontrer une jeune femme qui portait une RM67-01 sertie. J'ai trouvé cette montre parfaite à son poignet car elle dégageait en même temps beaucoup d'élégance et du caractère. On a tendance à l'oublier mais Richard Mille et les femmes, c'est une longue histoire qui débuta en 2005 avec la RM007 et qui se poursuivit sans rupture. D'ailleurs, au moment où j'écris cet article, la dernière pièce présentée par Richard Mille est une montre féminine, la RM71-01 Tourbillon Automatique Talisman.


Je l'ai déjà écrit sur le blog mais je tiens à le rappeler: j'aime beaucoup la RM67-01. Cette montre est pour moi la plus séduisante dans l'entrée de gamme de Richard Mille car son design renouvelle efficacement et subtilement la forme tonneau traditionnelle de la marque. Cette montre se distingue par son style très élancé amplifié par la finesse du boîtier dont l'épaisseur est inférieure à 8mm. Mais elle propose également un cadran au rendu technique qui lui donne une touche très contemporaine. Ce cadran offre des effets de transparence qui permettent d'observer le mouvement. Mais il dessine aussi des motifs qui connectent les chiffres entre eux. J'ai parfois l'impression d'être en face d'une sorte de circuit imprimé. Le résultat est spectaculaire car je le trouve d'une très grande modernité et je tends à penser que ce rendu restera intemporel. Je l'explique simplement: il n'y a ni effet baroque, ni détail exubérant.


Il y a deux autres détails supplémentaires que j'apprécie particulièrement: le guichet de date reste très discret et la complication additionnelle, l'indicateur de fonction de la couronne (Winding, Date, Hand setting), se fond littéralement dans la structure décorative du cadran. Cet indicateur est d'ailleurs la preuve de l'utilisation du calibre de manufacture CRMA6. Ce mouvement est totalement en cohérence avec la présentation du cadran. Il propose une architecture très contemporaine, une finition irréprochable et comporte de nombreux détails pertinents du point de vue technique comme la barillet à rotation rapide afin d'obtenir un comportement plus stable tout le long de la réserve de marche. La masse oscillante est en platine afin d'améliorer l'efficacité du remontage automatique. La réserve de marche est d'une cinquantaine d'heures.


La grande force de la RM67-01 sertie est que les pierres dessinent des motifs qui se mettent au service du design. En créant ces formes, le sertissage accentue le galbe de la montre, accompagne la géométrie du cadran tout en préservant la légèreté visuelle. J'ai rarement vu un sertissage aussi accompli du point de vue esthétique. La RM67-01 conserve son allure fluide et le côté précieux s'insère avec beaucoup de raffinement. A aucun moment, je n'ai eu l'impression d'être face à une montre ostentatoire.

Malgré sa taille généreuse (38,7 x 47,5mm), la RM67-01 sertie se positionne de façon idéale sur un poignet féminin. A vrai dire, cette montre est mixte. Car c'est la force de la RM67-01, sertie ou pas. Ces dimensions peuvent faire peur si on possède un petit poignet. Et pourtant! La montre, grâce à sa forme légèrement incurvée, épouse les courbes du poignet et n'apparaît pas comme massive. Sa finesse l'explique tout comme la largeur du bracelet, très raisonnable.


Je fus ainsi littéralement sous le charme de cette montre. Et comme sa propriétaire compléta son look avec des bracelets (certes, je ne suis pas sûr que ce soit recommandé pour le boîtier en or rose), son poignet devenait très stylé... et irrésistible!

C'est à travers cette rencontre que je compris toute la force du design Richard Mille. Souvent copié, imité mais rarement égalé. Cette montre prouve que Richard Mille ne propose pas que des montres synonymes de puissance, de force, de technologie extrême. La RM67-01 sertie conserve une dimension dynamique mais qui s'exprime dans un cadre plus simple et raffiné. Une montre féminine idéale à mes yeux!


Les plus:
+ une véritable montre mixte
+ la présentation du cadran, contemporaine et intemporelle
+ les motifs du sertissage qui soutient le design de la montre
+ la finition du mouvement

Les moins:
- le prix, très élevé pour une montre deux aiguilles 
- l'absence d'un véritable indicateur de marche côté cadran

Commentaires

Anonyme a dit…
RM, c'est le hold-up du siècle.
L'art, le seul, de Mr Mille, est d'avoir réussi à vendre à prix d'or des objets faussement techniques qu'il décline à l'infini...
Seul les gogos millionnaires tombent dans le panneau, normal...ils ont le cash, pas la connaissance...
Phantomas.
Damien a dit…
Hello Foversta !
Toujours super top, ta revue.
Un petit bémol : dire que RM et les femmes, c'est une longue histoire, quand tout ne remonte finalement qu'à 13 ans... c'est sans doute un peu exagéré.
Après le modèle est très beau.
Un second bémol, sur la montre cette fois, je trouve le guichet de date un peu illisible.
Merci en tout cas !