Eberhard: Nuvolari Legend

Eberhard fait partie des marques que j'apprécie particulièrement. Peut-être est-ce dû à son histoire, à son implantation commerciale, à ses chronographes mais Eberhard m'évoque toujours beaucoup plus l'Italie et les courses automobiles historiques que la Suisse et son hiver rigoureux. Depuis une trentaine d'année, la collection qui rend hommage au pilote automobile italien Tazio Nuvolari constitue un élément important du catalogue de la marque. Les montres de la collection ne sont pas forcément celles qui dégagent les plus forts volumes de vente mais elles contribuent à forger cette image particulière d'Eberhard.

La dernière née de la collection vient d'être dévoilée. La Nuvolari Legend s'inscrit dans la lignée des autres pièces et symbolise très fidèlement ce qu'est un chronographe Eberhard. Et comme de tradition (c'est déjà le cas par exemple avec la Tazio Nuvolari), la montre est disponible en deux tailles: 39,5mm et 43mm. A vrai dire, la Nuvolari Legend est une évolution esthétique de la Tazio Nuvolari. Et cette évolution est principalement due au traitement de l'échelle tachymétrique.


Cette modification peut sembler anodine mais elle transforme de façon significative le rendu de la montre. Avec la Tazio Nuvolari, l'échelle tachymétrique en miles par heure est gravée sur la lunette et celles en kilomètres par heure est positionnée en périphérie du cadran, sur le rehaut. Avec la Nuvolari Legend, une seule échelle tachymétrique est représentée, en kilomètres par heure et elle occupe la zone centrale du cadran grâce à sa forme en colimaçon.

J'aime beaucoup cette façon de dessiner l'échelle. Cela renforce l'aspect "neo-rétro" de la montre et apporte une jolie originalité dans l'offre horlogère actuelle. C'est également un clin d'oeil à certaines références de la marque du passé. Une telle échelle est pour moi une réussite esthétique mais elle est tout de même plus difficile à lire que les échelles périphériques et ce, d'autant plus que certaines zones du cadran sont occupées à la fois par une partie des compteurs et par le colimaçon. En revanche, la lunette devient lisse ce qui accentue le contraste avec le cadran.


La finition du cadran est irréprochable et c'est le point fort de la montre. Heureusement d'ailleurs compte tenu des nombreux éléments qui le composent. Car si l'échelle n'avait pas été délicatement et finement dessinée, le résultat aurait été catastrophique. Le rendu est très convaincant et malgré les lignes qui se croisent, l'ensemble reste clair et agréable. L'ambiance chromatique de la montre est très séduisante. La couleur des chiffres luminescents se marie parfaitement avec le noir, peu profond et en un sens, très lumineux. Les deux aiguilles principales et les deux aiguilles des compteurs sont esthétiquement très proches. La matière luminescente qui les recouvre est la même que celle des chiffres. Le détail qui me plaît le moins est la présence du logo de la marque à droite car il empiète sur le colimaçon. Il n'y avait certes plus de place disponible. Mais à la limite, compte tenu du design caractéristique de la montre et du logo de Tazio Nuvolari à gauche, je me serais abstenu de toute référence et aurais rappelé le nom de la marque sur la lunette arrière.

Les deux compteurs alignés verticalement sont ceux des minutes et des heures du chronographe. Mouvement Valjoux 7750 oblige, pour obtenir une telle organisation de cadran, Eberhard a retiré la seconde permanente. A titre personnel je préfère qu'un chronographe propose une seconde permanente et un compteur des minutes (comme par exemple la Portugaise Chronographe Automatique).


Le mouvement est justement visible à travers le verre saphir. L'atmosphère des courses automobiles est également retranscrite à l'arrière de la montre grâce à la lunette décorée avec un motif damier et surtout une masse oscillante joliment ornée d'une représentation de l'Alfa Romeo Type C de Tazio Nuvolari. Le rendu visuel de l'ensemble est finalement assez original car ce type de lunette est rare. Sans surprise, je retrouve les performances habituelles du Valjoux 7750, à savoir une fréquence de 4hz et une réserve de marche de 48 heures.

J'ai eu l'opportunité de porter la version 43mm. La montre dégage une belle présence sur le poignet du fait de l'impact visuel du colimaçon mais également de la couronne proéminente et de la longueur des cornes.  A titre personnel, je pense que je préfèrerais la version 39,5mm qui serait pour moi suffisamment grande. En tout cas, le design de la couronne apporte de la personnalité et les poussoirs rectangulaires sont agréables à utiliser, ce qui est important avec un Valjoux 7750 qui n'est pas le mouvement au déclenchement le plus doux.


Deux types de bracelet sont disponibles: l'un en cuir de veau, l'autre en acier. J'ai une nette préférence pour le premier car sa couleur et son aspect patiné correspondent parfaitement à l'esprit de la montre. 

Avec la Nuvolari Legend, Eberhard complète sa collection Tazio Nuvolari de façon efficace. Reprenant les recettes des autres modèles de la collection, la Nuvolari Legend se distingue cependant par son très joli cadran et le soin apporté au détail. Sans être révolutionnaire, elle offre une alternative  plus élégante à la montre Tazio Nuvolari grâce à sa lunette lisse. Eberhard se positionne de nouveau comme un acteur crédible sur le segment des chronographes inspirés par l'univers des courses automobiles.

Les plus:
+ les deux tailles disponibles
+ la finition du cadran
+ la décoration de la masse oscillante
+ l'atmosphère chromatique

Les moins:
- l'absence de seconde permanente
- le logo de la marque qui empiète sur le colimaçon

Commentaires