Richard Mille: RM016

J'ai envie aujourd'hui de revenir sur une montre qui n'est pas une nouveauté. Cependant, de par sa singularité, elle mérite que je lui dédis un article. La RM016 de Richard Mille est une pièce que j'ai toujours appréciée depuis sa première présentation en 2007. Et en écrivant cette phrase, je viens de prendre conscience que cette montre a onze ans. Onze ans et elle n'a pas pris une seule ride.

J'entends régulièrement des commentaires sur l'approche esthétique de Richard Mille. Les principales critiques portent sur le style extrêmement contemporain et audacieux qui empêcherait d'inscrire les différents modèles de la collection dans une logique d'intemporalité. Je ne suis pas d'accord avec ce point de vue. Il suffit de revoir les premières créations de la marque: leurs designs restent on ne peut plus actuel. La RM016 s'inscrit dans cette mouvance. Pourtant, cette prouesse n'était pas gagnée d'avance.


En fait la RM016 était en 2007 une montre de rupture car permettant à Richard Mille d'explorer deux nouvelles voies. La première était celle de la montre rectangulaire dont la forme se distinguait nettement de celles des boîtiers habituels de Richard Mille, de forme tonneau. La seconde était celle de la montre ultra-plate, jetant ainsi les fondations d'une esthétique plus raffinée et élégante qui constitue toujours un des piliers de la collection actuelle comme le prouve le rôle croissant des références RM067-01 ou RM067-02.


Ainsi, l'enjeu pour Richard Mille consistait à élargir sa palette stylistique sans perdre la force et l'impact de la personnalité de ses modèles. Quand on pense aux montres rectangulaires, ce sont les images des Reverso et des Tank qui nous viennent immédiatement à l'esprit. Des pièces classiques, habillées, incarnant une approche traditionnelle de l'horlogerie. La montre rectangulaire de Richard Mille se situe à l'opposé de ces icônes. Sa taille (49,80mm x 38mm) est d'abord impressionnante. Et n'oublions pas qu'avec une montre de forme, le moindre millimètre en plus accentue significativement la sensation de taille. Ensuite, la présentation du cadran reprenait une grande partie des codes de la marque: les chiffres, le guichet de date à 7 heures, les effets de transparence permettant de découvrir la finition technique du mouvement... Et ce sont tous ces éléments, sans oublier les vis sur la lunette, qui ont fait le succès de la RM016: elle était à la fois si différente et si proche des autres montres Richard Mille.

Les extrémités du boîtier sont courbées:


La finesse du boîtier est également surprenante. Certes, le qualitatif d'extra-plat est peut-être osé: avec une hauteur de  8,25mm, la vocation de la RM016 n'était pas de battre des records même dans le contexte d'une montre automatique de 2007. Mais, compte tenu des dimensions du boîtier, cette épaisseur maîtrisée accentue fortement le côté élancé du design ainsi que, paradoxalement, la taille perçue.

Réduire la RM016 à une simple évolution d'une montre Richard Mille en format rectangulaire serait cependant une erreur. Le soin apporté aux détails est considérable. Je pense notamment à la courbure du boîtier en ses extrémités qui permet à la montre d'épouser le poignet malgré sa taille significative. Mais la petite touche qui fait la différence demeure la couronne. La forme de cette couronne pointue, sorte d'évolution de la couronne des RM07-01 et RM07-02, est idéale. Elle apporte une rupture visuelle bienvenue face au gabarit du boîtier. La finesse de son extrémité apporte de l'élégance et du caractère. Elle est d'ailleurs si aboutie qu'elle fut réutilisée sur la RM033 et qu'elle inspira, selon moi, celle de la RM067-01.

La forme particulière de la couronne:


Le mouvement qui équipe dorénavant la RM016 est le calibre automatique RMAS7 à balancier à inertie variable. Ce mouvement dont la présentation squelettée est totalement adaptée au contexte Richard Mille est également utilisé par la RM028. Il se distingue par son rotor à géométrie variable qui permet d'adapter l'efficacité du remontage au comportement du propriétaire de la montre. Il suffit de déplacer les ailettes présentes sur la masse oscillante pour modifier son inertie.  J'aime beaucoup ce mouvement d'une fréquence à 4hz du fait justement de son excellente efficacité au remontage et de son couple. Les deux barillets ont plus l'objectif d'obtenir la meilleure stabilité de comportement que de véritablement augmenter la réserve de marche (55 heures). La travail de finition est excellent dans le sens où la présentation du mouvement, quelque soit le côté, est cohérente avec l'esprit de la montre y compris côté cadran, ce qui n'est jamais simple.


La RM016 étonne lorsqu'elle est portée. Du fait de sa forme et son gabarit, elle possède une très grande présence au poignet. Elle n'est clairement pas faite pour les petits poignets. L'absence de cornes donne un peu l'impression d'être un grand bracelet qui enveloppe le poignet et cette sensation renforce la personnalité et le punch de la pièce. C'est pour cela que je l'aime beaucoup: elle est à la fois imposante et sous certains aspects délicate et raffinée.

Depuis 2007, la RM016 fut déclinée en différentes versions, avec divers matériaux (dont une version en titane ne pesant que 64 grammes), avec du sertissage et même avec des chiffres évidés. Montre singulière dans la collection Richard Mille du fait de sa forme, elle est cependant, pour les raisons évoquées précédemment, une des meilleures façons de rentrer dans l'univers de la marque... à condition de ne pas être trop attaché à la forme tonneau traditionnelle!


Les plus:
+ une évolution esthétique réussie du style Richard Mille
+ une des rares montres rectangulaires véritablement contemporaines du marché
+ sa pérennité dans la collection de la marque
+ l'efficacité du mouvement

Les moins:
- la taille et la forme ne la rendent pas adaptée à des petits poignets
- son prix neuf devient maintenant très élevé (à partir de 84.000 euros) mais il est cohérent avec le reste de la collection... et le succès de la marque

Commentaires