Fugue Watches: Chronostase

La personnalisation est de nos jours un des thèmes les plus recherchés par une clientèle moins traditionnelle. La notion de luxe s'est transformée: avant, les marques devaient apporter en premier lieu des réponses définitives aux aspirations des clients en s'appuyant sur leurs forces et certitudes. Aujourd'hui, ces mêmes clients recherchent des produits qui peuvent s'adapter plus facilement à leurs souhaits et évoluer au grès de leurs humeurs, forcément changeantes. 

Leopoldo Celi fonda Fugue Watches en 2017 après trois années de développement  afin de répondre à cet enjeu. La montre Chronostase, le premier modèle de la marque, joue en effet sur le concept de la personnalisation grâce à une très astucieuse conception du boîtier. Le principe est très simple.


Le boîtier est conçu en deux parties: un élément central qui sert de support au cadran et une carrure amovible qui non seulement englobe le premier élément mais également définit la lunette et les cornes ainsi que le système d'attache du bracelet. Dessiné par Marc Tran, le boîtier est incontestablement le point fort de la Chronostase pour deux principales raisons:
  • le design est fluide et élancé, non dénué d'une certaine élégance,
  • le système de changement de la carrure ne nécessite aucun outil.
Du point de vue esthétique, la Chronostase semble être au premier coup d'oeil une montre classique. Cependant, une observation plus poussée permet de remarquer une légère épaisseur de lunette et les cornes très prononcées et proéminentes. Ce sont cette lunette et ces cornes qui caractérisent le style de la Chronostase. Elles pourraient alourdir le dessin de la montre. Mais leur parfaite continuité, l'alternance entre parties polies et brossées et l'inclinaison de la lunette allègent considérablement la perception et donnent à l'ensemble une très jolie dynamique visuelle.


Et puis, il était important que cette carrure périphérique demeurât présente et perceptible. Elle est la pierre angulaire de la Chronostase et de son concept. En un tour de main, sans aucun outil, juste avec la pression des doigts, la carrure se retire sans effort et est remplacée par une autre carrure de couleur différente. L'opération ne prend que quelques secondes et c'est toute l'atmosphère de la montre qui est transformée. Le système est très efficace car à aucun moment la carrure ne bouge: elle s'ajuste idéalement et fermement.

La Chronostase est livrée par défaut avec une carrure en acier. Cependant une carrure supplémentaire soit noire soit dorée (à choisir lors de la commande) est fournie en même temps pour pouvoir se prêter au jeu de la transformation. A noter qu'un bracelet perlon est aussi donné, à choisir parmi quatre couleurs disponibles.


Le plus important lors de la commande est de bien choisir le cadran de base. Le design du cadran accompagne élégamment le concept de la Chronostase grâce à une inspiration vintage qui m'évoque d'une certaine façon les cadrans à secteur. Les chiffres et index légèrement en relief ainsi que la finition brossée apportent une touche qualitative au cadran. Les aiguilles principales, de type Alpha modernisé, sont très lisibles et j'apprécie la touche de couleur apportée par la trotteuse. En revanche, je suis, comme souvent, moins séduit par la présence du guichet de date et par la rupture au sommet et à la base du cadran de la graduation des minutes rendant la lecture de l'heure moins précise.  L'ensemble dégage un sentiment de qualité, comme le prouve également le verre saphir.

Quatre cadrans sont disponibles: black metal, silver grey, ocean white et vintage navy. Les deux cadrans sombres permettent de réduire la perception de la taille, le cadran silver grey est celui qui met le mieux en valeur la finition brossée tandis que l'ocean white est le plus décontracté. J'ai une préférence pour le vintage navy que je trouve très réussi et qui se marie bien avec la carrure doré. 


La Chronostase est équipée d'un mouvement Sellita SW200 d'une fréquence de 4hz et d'une réserve de marche d'une quarantaine d'heures. Il s'agit d'un mouvement de large diffusion et qui est bien adapté au contexte de la montre et à son prix (1.270 euros ce qui reste somme toute raisonnable pour une montre personnalisable). Le fond du boîtier est plein ce qui est une bonne nouvelle car le mouvement n'apporte rien de particulier du point de vue esthétique.

Le rendu au poignet de la Chronostase est particulier et nécessite une période d'adaptation. Ce n'est pas lié au gabarit de la montre. Avec un diamètre de 40mm et une lunette relativement épaisse, les proportions restent harmonieuses. C'est en revanche lié au système de fixation du bracelet sur la carrure amovible. Là également, le choix s'est porté sur une manipulation simple: en un tour de main et sans outil, le bracelet se change. La contrepartie est qu'il passe sous le boîtier et ressort vers l'avant au sommet et à la base du boîtier. Il prend donc une forme qui le rend très présent. Il faut donc aimer ce style et cette courbure qui font augmenter la taille perçue. 


Je fus donc globalement séduit par la montre Chronostase de Fugue Watches. Elle joue avec simplicité et efficacité autour du concept de personnalisation tout en offrant un design simple mais non dénué d'originalité. Grâce à son positionnement prix correct et son exécution qualitative, la Chronostase a les arguments pour séduire une clientèle à la recherche d'un produit exclusif et qui peut se modifier tous les jours.

Leopoldo Celi peut donc entrevoir l'avenir avec optimisme et c'est la raison pour laquelle il structure sa société en s'adjoignant les services de Manuel Jacob, une personnalité connue du secteur et qui évolua par le passé chez Zenith.


Les montres Chronostase sont d'ores et déjà disponibles sur le site internet de la marque et parallèlement la marque va développer son réseau de distribution.

Merci à Leopoldo Celi pour la présentation lors du SalonQP 2017.

Les plus:
+ une exécution qualitative
+ la personnalisation ne nécessite aucun outil
+ le choix de cadrans, défini avec soin
+ le prix correct

Les moins:
- l'interruption de la graduation des minutes
- la forme prise par les bracelets lorsque la montre est mise au poignet nécessite une période d'habitude

Commentaires

Anonyme a dit…
Euh...
C'est une blague ?
Phantomas