Piaget: Altiplano Ultimate 910P

Lorsque Piaget avait présenté il y a 4 ans l'Altiplano 900P, la marque avait fait coup double: non seulement elle dévoilait la montre la plus fine à remontage manuel avec une hauteur de boîtier de 3,65mm (notez bien que j'évite à ce niveau de parler d'épaisseur!) mais elle définissait par la même occasion une nouvelle tendance esthétique. Tout ceci était loin d'être anodin. Les commentaires se sont  beaucoup focalisés sur les capacités techniques conduisant à une telle performance. Cependant, il était aussi important de souligner que Piaget parvenait avec l'Altiplano 900P à considérablement rajeunir le style de sa collection favorite et à lui donner une approche plus contemporaine. Si le mouvement 900P était considéré comme le digne successeur du 9P, ces deux calibres se distinguaient nettement de par leur architecture. Le 9P était un mouvement classique de la fin des années 50 et indépendant du boîtier dans lequel il était logé. Le 900P est un mouvement résolument innovant qui fait corps avec le boîtier: la partie arrière de ce dernier sert de base au mouvement comme une platine et c'est la raison pour laquelle Piaget communique uniquement sur l'épaisseur de la montre et pas sur celle du mouvement... car il n'est pas possible de distinguer les deux. 


Trois ans après la présentation du 9P, Piaget dévoilait le 12P qui fut à son tour le mouvement automatique le plus plat au monde. Et il est intéressant de remarquer que pratiquement le même écart se retrouve de nos jours avec la découverte en cette fin d'année de l'Altiplano 910P (pompeusement qualifiée d'"Ultimate") qui s'inscrit dans la même lignée que l'Altiplano 900P et qui par la même occasion permet à Piaget  de redevenir la manufacture qui produit la montre automatique la plus fine, succédant à Bulgari.

En tant qu'observateur de l'industrie horlogère, je me suis réjoui de cette compétition entre les deux maisons pour une raison très simple: les solutions utilisées ne sont pas les mêmes et c'est ce qui fait tout l'intérêt et le charme de ce secteur d'activité. En tout cas, sans surprise, l'Altiplano 910P part du même principe que l'Altiplano 900P en fusionnant le mouvement et le boîtier.


Tout ceci a l'air simple sur le papier mais passer d'un mouvement à remontage manuel à un mouvement automatique sans que l'augmentation de la hauteur du boîtier soit perceptible est loin d'être une évidence. Car le résultat est là et il est impressionnant: la hauteur du boîtier de l'Altiplano 910P est de 4,3mm soit à peine 0,65mm de plus que l'Altiplano 900P alors qu'il y a une masse oscillante et un système de remontage automatique à loger. Et les performances ne sont pas en reste: la réserve de marche atteint les 50 heures pour une fréquence de 3hz ce qui est tout à fait acceptable dans un tel contexte.

L'exploit est de taille et repose sur deux piliers: une architecture de mouvement intelligente et une performance en matière d'usinage de pièces de micro-mécanique. L'architecture du mouvement 910P réutilise donc les principes du 900P et est construite à partir d'une base représentée par le fond du boîtier. Je retrouve évidemment le même air de famille avec l'organe réglant en bas à gauche, le rochet, la roue de couronne et le cliquet à droite. Mais deux grandes différences apparaissent très vite. Tout d'abord la zone située à haut à droite qui correspond au système de remontage automatique. Et bien entendu, la pièce périphérique mobile qui fait le lien entre la lunette et le mécanisme: la masse oscillante.


Ce n'est pas la première fois que Piaget utilise une masse oscillante visible côté cadran puisque la manufacture l'avait déjà fait avec l'Emperador Coussin Tourbillon Automatique. Mais cette fois-ci, point de micro-rotor: pour atteindre l'objectif de finesse absolue, la solution du rotor périphérique fut choisie. Cette masse  en or 22 carats traitée avec un PVD noir est évidemment asymétrique afin d'améliorer l'efficacité du remontage ce qui est un point clé pour ce type de montre.

La conséquence, logique, d'une telle architecture de mouvement est que le diamètre de la montre augmente par rapport à l'Altiplano 900P pour atteindre 41mm. De fait, compte tenu de sa finesse, l'Altiplano 910P offre un design très élancé qui accentue même la délicatesse de la pièce. Le diamètre est peut-être un peu trop important pour une montre habillée mais il est intéressant d'offrir une taille qui se distingue nettement de la version manuelle qui possède une diamètre de 38mm. Et de toutes les façons, cette Altiplano 910P est plus petite que l'Altiplano Automatique 43mm... qui elle est carrément trop grande!

Les 4,3mm de hauteur de boîtier n'ont pas été atteints uniquement grâce à cette organisation. Piaget a conquis les centièmes de millimètre qui ont fait la différence en optimisant l'épaisseur de chaque pièce et notamment des éléments mobiles comme les roues et les pignons. L'Altiplano 910P est aussi le fruit d'une qualité d'usinage de haut niveau.


Le sentiment que peut procurer une telle montre est celui de la fragilité. Le danger en effet est que dans certaines situations, le verre, du fait d'une phénomène de déformation, touche les aiguilles. Heureusement une sécurité existe. Le cadran a été positionné en retrait par rapport au pont latéral droit. En appuyant sur le verre, le pont sert alors de bouclier et l'empêche de toucher les aiguilles. Ce détail apporte une nouvelle preuve de la conception irréprochable de l'Altiplano 910P.

Les finitions de la montre sont similaires à celles de l'Altiplano 900P et apportent du relief et des contrastes: j'aime ainsi beaucoup les effets  satinés et soleillés des ponts et le rendu noirci des vis. Mais le côté le plus spectaculaire demeure les formes et les ouvertures des ponts: ils dévoilent les parties mobiles et contribuent à la qualité perçue. En revanche, je regrette que les deux vis du cadran ne soient pas alignées.

Piaget vient donc de marquer un grand coup avec l'Altiplano 910P. Cette montre, qui sera disponible en or rose et en or gris sera assurément une des stars du prochain SIHH. C'est en tout cas ce que j'attends de la part des marques présentes au Salon: de l'audace technique et de la créativité esthétique. L'Altiplano 910P combine ces ingrédients et j'espère qu'elle sera accueillie comme elle le mérite.

Les plus:
+ une performance technique de haut niveau
+ un style à la fois intemporel et contemporain
+ la qualité des finitions
+ l'animation apportée par les éléments mobiles visibles

Les moins:
- une diamètre un peu grand pour une montre habillée accentué visuellement par la finesse de la montre 
- un nom un peu prétentieux: Ultimate, cela fait too much surtout pour une marque qui incarne le raffinement comme Piaget
- j'aurais apprécié que les deux vis du cadran soient alignées

Commentaires