Hublot: Classic Fusion Tourbillon Scritto

Hublot a dévoilé il y a quelques jours lors d'un événement organisé à Paris à l'Hôtel d'Evreux une montre, disponible en deux versions, dans le contexte du partenariat avec Berluti. Ce partenariat entre deux marques de LVMH a débuté l'année dernière lors de la présentation de la Classic Fusion Automatique qui rendait hommage aux 120 ans de Berluti, célébrés l'année précédente. 

L'idée qui consiste à utiliser un cuir Berluti pour façonner le cadran de ces montres est pertinente et cohérente avec le concept de fusion des matériaux inhérente à Hublot. Le partenariat a du sens et n'apparaît donc pas comme le mariage de la carpe et du lapin. D'ailleurs, les Classic Fusion Automatique ou Chronographes (qui ont suivi quelques mois plus tard) étaient selon moi plutôt réussies et apportaient une certaine originalité. 

Faire un cadran en cuir n'est en effet pas simple: il faut l'assécher pour éviter que l'humidité du cuir n'altère le mouvement et l'encapsuler pour le protéger sur la durée. Visuellement parlant, les montres étaient convaincantes, surtout dans l'ambiance "tobacco" que je préférais nettement par rapport au style "nero".

En cette fin d'année, une nouvelle pièce reprend ces codes et ces  atmosphères mais change de segment: cette fois-ci, il s'agit d'une tourbillon réserve de marche de 5 jours qui sert de base à la nouvelle montre Hublot Berluti et qui est disponible en finition King Gold ou All Black. Si cette montre est réalisée avec soin et respecte tous les critères de sérieux et de qualité de la marque, je fus en revanche moins emballé par le résultat. Le problème est simple: qui dit tourbillon dit de façon quasi automatique ouverture du cadran. Et comme le tourbillon 5 jours possède une taille et un pont généreux, l'ouverture occupe l'intégralité de la zone inférieure du cadran.

La Classic Fusion Tourbillon Scritto King Gold:


La Classic Fusion Tourbillon Scritto All Black:


Je trouve cela dommage car le partenariat avec Berluti requiert, selon moi, l'utilisation d'une pièce de cuir préservée qui met en valeur sa texture et son jeu de couleur. En étant singulièrement amputé et se retrouvant affublé d'une aiguille d'indication de la réserve de marche, le cadran perd une grande partie de son charme. 

Le bracelet est évidemment un élément fort du partenariat:


Ainsi, malgré une exécution irréprochable et une présentation du mouvement à l'arrière du boîtier très agréable, les deux versions de la Classic Fusion Tourbillon Scritto ne m'ont pas séduit. Mais je ne suis guère inquiet pour Hublot: la marque n'aura aucune difficulté à vendre les 20 exemplaires de cette série limitée car des inconditionnels de Berluti seront ravis de retrouver, dans un contexte plus exclusif, les codes de leur maison préférée. En ce qui me concerne, je préfère nettement Hublot oeuvrant dans un univers plus technique comme avec la Techframe par exemple.

Commentaires

Anonyme a dit…
Il faudrait vraiment que Biver pense à faire une série limitée pour la SEPUR.
Les Hublot sont dignes de représenter la plus grande enseigne de ramassage d'ordures du pays.
Phantomas
Anonyme a dit…
L'idée est bonne associer le cuir au cadran, mais la réalisation n'est pas heureuse le tourbillon est mangé par cette masse marron.

Mais le pire, qui n'est pas spécifique à ce modèle ce sont les vis qui ne sont pas symétriques, c'est Hideux
Herbert de FàM
Anonyme a dit…
Quelle tristesse... L’association de deux navires qui coulent... Et du business de luxe et de ses dérives...
Alors qu’à l’origine, Berluti c’était quelque chose... une marque d’hédonistes qui fréquentaient la rue Marboeuf ou le boulevard saint germain... des patines faites par des artisans. Une marque d’esthète pour des esthètes. C’est devenu des sneakers pour chinois...

Alors lorsqu’une marque se vulgarise de la sorte, il n’est pas étonnant qu’une marque horlogère étant devenue synonyme de footeux bling-bling s’y associe pour créer cette « chose »...

Olga Berluti et Carlo Crocco doivent bienrigoler de voir tout ceci.