Triton: Subphotique Atlantic Blue

La Triton Subphotique fut dévoilée lors du second semestre 2015 à l'initiative de Jean-Sébastien Costes et de Philippe Friedman qui ont souhaité faire renaître une montre de plongée mythique des années 60: la Spirotechnique. Triton n'étant pas détenteur des droits du terme Spirotechnique, la dénomination Subphotique fut choisie car symbolisant les performances de la montre qui peut atteindre des profondeurs où la lumière ne passe plus. Depuis sa présentation, la Subphotique a fait l'objet de plusieurs versions, autour de variations de cadrans et d'un revêtement du boîtier. Nous sommes maintenant en 2017 et je souhaite revenir sur celle qui me plaît le plus, l'Atlantic Blue. Ma volonté de parler de la Subphotique à ce moment précis n'est pas anodine. La montre de plongée n'est pas ma spécialité et je ne suis pas en capacité de les tester "en action". Mais je suis toujours fasciné par ces montres qui doivent respecter de nombreux critères et  faire l'objet d'une exécution sans faille pour pouvoir mériter leur appellation. Et malgré ce cadre strict, les marques parviennent à proposer un choix très diversifié, du point de vue du design et de la nature des solutions techniques mises en place. Deux ans après sa présentation, je considère tout simplement la Triton Subphotique Atlantic Blue comme une des plus belles montres de plongée du marché.


Alors, évidemment, ma grille d'analyse n'est pas identique à celle d'un plongeur aguerri qui va en premier lieu se focaliser sur les éléments essentiels pour une plongée en toute sécurité: lisibilité, efficacité de la luminescence, manipulation de la lunette, confort et réglage du bracelet etc... et ce, même si les instruments électroniques de plongée seront utilisés en priorité. Cependant, malgré mon statut de plongeur de salon, je reste aussi attaché à ces éléments: la montre ne doit pas tricher avec ses critères de base! Mais c'est un paramètre subjectif qui devient majeur à mes yeux. Je dois trouver la montre belle et polyvalente pour que je puisse la porter dans mon environnement et en toute circonstance.

L'atout majeur de la Triton Subphotique est son esthétique, surtout lorsque elle est accompagnée de son bracelet en acier brossé. La montre tire profit du style particulier de la montre d'origine qui se caractérisait par la couronne à midi, son protège-couronne articulé et la flèche à l'extrémité de l'aiguille des minutes. Je retrouve ces éléments qui définissent le caractère de cette pièce mais dans un contexte plus cossu. Le diamètre du boîtier est dorénavant de 40mm mais à aucun moment, je ne le perçois comme imposant. La position de la couronne à midi ainsi que le protège-couronne articulé ont deux vertus: ils renforcent la symétrie du dessin et réduisent la taille perçue car le bracelet, quelque soit son matériau semble complétement attaché au boîtier du fait des cornes extrêmement courtes. La couronne se dévisse sans souci mais il faut juste un peu de pratique pour bien rester sur la même position et éviter de changer la date en voulant remettre la montre à l'heure. Le boîtier est en acier brossé et sa finition est excellente. Lorsque je l'observe de profil, je découvre sa construction particulière en deux parties distinctes, la partie inférieure, de forme "tonneau" servant de support à la lunette ronde. Cette construction donne un style très élancé et vue de profil, la Subphotique apparaît comme fine et élégante pour une montre de plongée. Un détail rappelle ses performances: la valve à hélium visible sur la carrure à 3 heures est cohérente avec une montre apte aux plongées profondes puisque son étanchéité est de 500 mètres.


Plusieurs types de bracelets sont disponibles dont  un bracelet bi-matière (tissu synthétique et caoutchouc) et un bracelet acier. Parfait complément du boîtier, je recommande vivement l'acquisition de ce bracelet acier. C'est un des plus beaux que j'ai vus et il s'intègre harmonieusement dans le design. De plus, même si la montre est confortable avec le bracelet bi-matière, le bracelet acier répartit mieux le poids général de la Subphotique et son confort s'en trouve amélioré.

Si le boîtier est séduisant, le cadran et la lunette demeurent cependant mes éléments préférés. Le cadran Atlantic Blue soleillé est superbe et c'est, je trouve, celui qui met le mieux en valeur le design de la Subphotique. Comme sur la pièce d'origine, la montre propose un guichet de date et j'apprécie que Triton ait agrémenté les quantièmes d'une alternance rouge et noire. Bien entendu, les index et aiguilles sont extrêmement lisibles du fait de la luminescence et du contraste avec le fond du cadran. Les index ronds et rectangulaires appliqués contribuent à la qualité perçue du cadran. La lunette n'est pas en reste car sa bague en saphir donne un style très raffiné et élégant (de mon point de vue). L'hommage au passé se retrouve dans la taille agrandie des chiffres des dizaines. Sécurité oblige, la lunette est unidirectionnelle et à 60 dents. Elle est plutôt dure à faire tourner et j'aurais aimé un soupçon de douceur supplémentaire sans risquer de la bouger par mégarde... car le risque est vraiment très faible!


Le verre saphir avec traitement antireflet est efficace et dépasse légèrement la lunette. Clairement, la Subphotique s'éloigne de la Spirotechnique sur cet aspect et ce que l'on perd en charme, on le gagne en résistance et en lisibilité.

La Triton Subphotique est animée par un calibre Soprod A10-2 qui est en fait un clone de l'ETA2892-A2. Le bon point est que ce calibre, fiable et relativement répandu, a été revu pour répondre aux spécifications de Triton en intégrant un spiral "Parachrom" plus résistant aux chocs et aux écarts de température. Le calibre offre des performances standard, à savoir une réserve de marche de 42 heures pour une fréquence de 4hz. Possédant une montre ayant le même type de mouvement, je suis très satisfait par son efficacité au remontage. 

Le premier réflexe que j'avais était de considérer une montre à couronne à midi et à protège-couronne  certes flexible mais proéminent comme incompatible avec un usage formel. Je me suis trompé car, avec le bracelet acier (bizarrement je n'ai pas eu la même sensation avec le bracelet bi-matière), la montre dégage beaucoup d'élégance et reste tout à fait portable avec un costume. Non, non, je n'ai fumé aucune substance interdite! Après tout, nombreux sont ceux qui portent des Submariner ou des Seamaster dans un contexte "tertiaire"... et la Subphotique s'en sort très bien aussi grâce à ses lignes fluides et la finition du cadran et de la lunette. Le bracelet en acier brossé demeure discret mais met en valeur l'excellente qualité d'exécution de la montre, autre atout de la Triton Subphotique.


Je l'avoue, je suis sous le charme de la Triton Subphotique Atlantic Blue. L'exercice qui consiste à s'inspirer d'une montre du passé pour définir un modèle actuel est de nos jours courant et c'est même un réflexe trop souvent utilisé par certains en panne d'inspiration. Mais l'équipe de Triton est dans une autre démarche, sincère celle-là: la réinterprétation est réussie car elle évite le piège du clone et n'a pas lésiné sur les moyens pour atteindre une qualité perçue et réelle de très haut niveau. La contrepartie, compte tenu des faibles volumes, est le niveau élevé des coûts de production. Malgré tout, Triton a revu ses prix et l'Atlantic Blue est dorénavant disponible avec un prix de 4.890 euros avec le bracelet acier. Les montres disponibles avec le bracelet caoutchouc sont au prix de 4.690 euros ou au prix de 4.490 euros avec un bracelet de type NATO. Mais je me permets d'insister: si la Subphotique vous séduit, choisissez le bracelet acier et un cadran à index appliqués... vous ne le regretterez pas!

Merci à Jean-Sébastien Coste et à l'équipe de la boutique Emile Léon au sein de laquelle la collection Triton est disponible.

Les plus:
+ une qualité perçue et réelle irréprochable
+ des performances excellentes symbolisées par l'étanchéité à 500 mètres et la présence de la valve à hélium
+ le confort au porter grâce au protège-couronne flexible
+ la parfaite intégration du bracelet acier dans le design de la montre

Les moins:
- une lunette qui pourrait être un peu moins ferme sans nuire à la sécurité
- la couronne à midi nécessite une petite période d'accoutumance

Commentaires

Anonyme a dit…
Vous voyez FX, je vais m'abstenir pour une fois...sinon vous allez encore m'en vouloir...
Qui achète ce genre de montre ? Sans saveur, sans charme et au prix compliqué à justifier.
Phantomas
Anonyme a dit…
@ fantomas. Sans saveur et sans charme, quelle bonne blague, il faut être culotté pour affirmer cela. Si on vous suit, une submariner ou une seamaster peut aussi aller se rhabiller niveau charme et saveur...