Ulysse Nardin: Marine Chronomètre Torpilleur

La collection Marine est la pierre angulaire du catalogue d'Ulysse Nardin. Chaque nouvelle montre de cette collection est donc un événement  et dans le cas précis de la Marine Chronomètre Torpilleur, elle possède de plus une importance stratégique pour la marque. En effet, avec un prix de 6.900 euros en acier sur cuir, la Torpilleur devient une des portes d'entrée dans l'univers d'Ulysse Nardin, au même titre que la Classico mais avec un design caractéristique et reconnaissable.

Bien évidemment, Ulysse Nardin a dû faire des concessions pour obtenir un tel prix mais les bonnes nouvelles sont que cela ne se ressent pas trop et que du point de vue mécanique, le mouvement de manufacture UN-118 est de nouveau utilisé dans le contexte de la Torpilleur. 


Le cadran est joliment exécuté et disponible soit en bleu soit en blanc. Le blanc est la couleur naturelle pour ce type de montre "chronomètre" et le bleu est la couleur tendance du moment... mais aussi la couleur fétiche de la marque. Une fois n'est pas coutume, j'ai une préférence pour le cadran blanc qui met mieux en valeur sa présentation traditionnelle avec l'indicateur de réserve de marche au sommet et la petite seconde, accompagnée du guichet de date, dans la partie inférieure. La finition du cadran est soignée mais évidemment en retrait par rapport à celle du cadran de la Marine Chronomètre. Son aspect est beaucoup plus plat et les petits détails qui apportaient une dimension plus qualitative à la Marine Chronomètre ont disparu (rehaut périphérique, cerclage du guichet de date, effets de relief plus prononcés). Cependant, l'essentiel est préservé et il présente un rendu très agréable.


Son ouverture, compte tenu du retrait du rehaut, est plus importante et la Torpilleur, surtout dans sa version à cadran blanc, dégage une taille perçue supérieure aux 42mm de diamètre du boîtier. Ce cadran séduisant m'a plu même si je lui reproche d'être  un peu bavard (j'aurais par exemple supprimé l'habituel 1846 dans le registre de la trotteuse et réduit la taille du nom de la marque) et légèrement déséquilibré compte tenu de l'emplacement de la trotteuse. La montre m'aurait semblé plus harmonieuse avec un diamètre de 40mm. Les aiguilles ont aussi été revues et gagnent en finesse et raffinement car la luminescence caractéristique de la collection Marine a été retirée.

Le boîtier offre lui aussi un aspect simplifié par rapport à la Marine Chronomètre mais je n'y vois que des avantages dans ce cas. La disparition du protège-couronne et l'utilisation de cornes classiques à la place du système d'attache "Marine" allègent le design et apportent beaucoup de fluidité. La montre perd assurément en sophistication et en caractère mais ce style plus simple correspond bien à l'esprit d'un chronomètre de bord.


Le mouvement UN-118 est visible à travers un fond transparent. Sa présentation est correcte et permet d'apprécier son architecture contemporaine, comme par exemple le pont de balancier traversant et son échappement en silicium. J'aurais cependant aimé que la masse oscillante soit décorée d'une façon plus valorisante ou qu'au moins, elle apporte un contraste supérieur par rapport à la platine et aux ponts du mouvement. Les performances du mouvement sont en revanche irréprochables avec une réserve de marche d'une soixantaine d'heures pour une fréquence de 4hz. De plus, l'UN-118 est certifié COSC... ce qui est un excellent point pour une montre inspirée par les chronomètres de bord!

Malgré les réserves que j'ai exprimées précédemment, la Torpilleur présente un bilan très positif. Elle est réussie du point de vue esthétique car les simplifications ne nuisent pas au design de la montre, fidèle à l'esprit de la collection Marine. Sa taille perçue lui confère une grande présence sur le poignet sans sacrifier le confort au porter. J'aurais apprécié qu'Ulysse Nardin se passe du guichet de date mais il a tendance à se faire oublier sur le cadran. Le point fort demeure la présence du mouvement de manufacture UN-118 et le prix ajusté de la Torpilleur lui donne un atout supplémentaire. J'espère que cette montre rencontrera le succès afin de remettre Ulysse Nardin sur le devant de la scène. En tout cas, la manufacture s'est donné les moyens de cette ambition en proposant une pièce au contenu horloger solide pour un prix somme toute raisonnable.


Merci à Kronometry 1999 Paris.

Les plus:
+ un design simplifié mais fidèle à la collection Marine
+ les performances du mouvement UN-118 (certification COSC et réserve de marche)
+ le prix raisonnable

Les moins:
- la présentation du mouvement est un peu triste
- un peu moins de littérature sur le cadran n'aurait pas nui

Commentaires

Anonyme a dit…
Meme à 6900€ on en verra pas en France. La marque est boudée.
D'un autre côté, cette torpilleur n'arrange rien, son ouverture de cadran est monstrueuse, c'est une poêle à frire sur votre poignet et puis ce n'est pas super beau...