HYT: H0

Le plus impressionnant avec HYT, c'est que depuis le lancement de la H1 en 2012, la marque a su trouver son identité: les différents modèles sont reconnaissables au premier coup d'oeil ce qui est une performance remarquable pour une jeune marque. Cela est dû en grande partie à la singularité de l'affichage du temps fondé sur l'utilisation de liquides et qui réinterprète d'une façon originale le concept de la mono-aiguille rétrograde. Si je mets de côté la H3 qui est une sorte d'ovni parmi les ovnis, les H1, H2, H4 pourraient tout à fait se passer de l'affiche auxiliaire des minutes. Avec un peu d'habitude, il suffit d'examiner la position du liquide coloré dans le tube capillaire pour deviner les minutes de l'heure en cours. Et d'ailleurs, HYT est allé au bout du concept avec les Skull: ces dernières se passent carrément du sous-cadran des minutes, les yeux du crâne servant d'indicateur de réserve de marche et de témoin de marche.


Alors que généralement les marques indépendantes sont tentées d'étoffer leurs offres en matière de complications afin de maintenir l'intérêt des collectionneurs, HYT opère avec sa toute dernière montre un retour aux fondamentaux. En effet, la H0 se distingue par son approche très épurée tout en jouant avec les codes de la H1. Mais attention, la H0 n'est pas une H1 plus simple, bien au contraire. Elle m'apparaît plutôt comme un signe de maturité de la part de HYT qui semble ici trouver un bon équilibre entre l'audace des débuts et la raison donnée par le recul et l'analyse des premières années.

3 différences majeures permettent de distinguer la H0 de la H1. La première concerne le boîtier. Alors que son diamètre et son épaisseur demeurent identiques (48,8mm et 17,9mm), la H0 m'est apparue comme plus facile à porter grâce à la disparition des cornes qui augmentent significativement la taille perçue de la H1. Les attaches du bracelet sont en effet situées sous le boîtier et au-delà de l'allégement du design, cet effet de style contribue à la fluidité de l'ensemble.


La deuxième différence est peut-être la plus importante: la lunette périphérique qui contribue grandement à faciliter la lecture du temps sur la H1 disparaît et est remplacée par un verre qui joue dorénavant le premier rôle car il enveloppe toute la partie supérieure de la montre y compris au niveau de la carrure. Les chiffres ne disparaissent pas puisque ils se retrouvent positionnés sur un rehaut intérieur. La lecture du temps n'est donc pas altérée. Ce verre a deux fonctions. L'une esthétique, l'autre pratique. Du point de vue esthétique, il rend la H0 plus lumineuse et peut-être aussi plus "légère" visuellement parlant. Du point de vue pratique, il permet à HYT d'insérer le long de la carrure une seconde graduation, de 12 à 24h afin de rendre possible la lecture de l'heure sur le côté. Une façon de la rendre lisible sous toutes les coutures.


La dernière différence fondamentale est le traitement du cadran. La H1 est une montre très ouverte, dévoilant grandement son mécanisme ce qui est logique car étant la première pièce de la collection, elle a eu un rôle pédagogique à jouer. La H0 n'est plus dans le même contexte: comme je l'ai exprimé précédemment, elle symbolise la maturité de la marque. Le cadran se referme et ne dévoile plus qu'une partie des fameux réservoirs à soufflet qui sont la pierre angulaire du mécanisme d'affichage. Je rappelle qu'ils contiennent le liquide neutre et le liquide coloré et qu'en fonction de l'évolution du temps dans la journée, le liquide coloré pousse le liquide neutre (sans se mélanger évidemment) dans le sens des aiguilles d'une montre. Puis par un effet rétrograde, lorsqu'il est 6 heures, le liquide neutre renvoie le liquide coloré dans son réservoir. Le liquide coloré reprend alors sa progression de façon instantanée. 

Le cadran de la H0, quelle que soit sa version, privilégie l'accessibilité aux informations et les minutes, les secondes et la réserve de marche sont aisément lisibles. Finalement, en se refermant... la H0 peut s'ouvrir à une clientèle qui n'avait pas été séduite par le style trop radical de la H1 ou de la Skull.


Le mouvement qui anime la H0 est le même que celui de la H1. Il s'agit d'un mouvement exclusif à remontage manuel développé en partenariat avec Chronode: il fallut, lors de sa création, faire converger la partie mécanique horlogère (incarnée par Chronode) avec celle particulièrement dédiée à l'affichage et à la mécanique des fluides (incarnée par Preciflex, la société des équipes de HYT spécialisée dans ces technologies). L'architecture du mouvement est très contemporaine et j'aime beaucoup sa présentation, cohérente avec le style de la montre. Bien évidemment, la présence des deux réservoirs à soufflet renforce la singularité du mouvement mais la forme des ponts contribue également à la réussite visuelle. La fréquence du mouvement est de 4hz et sa réserve de marche est de 65 heures ce qui constituent une excellent performance en raison de l'énergie requise pour intervenir en permanence sur les soufflets des réservoirs.

La H0 est disponible en trois versions: Black (avec un boîtier en acier DLC noir), Orange et Silver (boîtiers en acier). C'est la version Silver que je préfère (et qui illustre cet article). Je trouve que sa couleur argentée profite particulièrement bien de l'impact du verre enveloppant. Les deux autres versions sont également réussies et les fans de HYT retrouveront avec la H0 Black les couleurs "traditionnelles" de la marque.


Je fus donc très convaincu et séduit par cette H0. Même si le gabarit reste volumineux (c'est surtout l'épaisseur qui est gênante plus que le diamètre en tant que tel), je l'ai trouvée plus facile à vivre que la H1. HYT est en train de refermer le premier chapitre de son histoire et cela se sent. La H0 est incontestablement une montre plus mature, moins radicale et dans ce contexte elle peut séduire des nouveaux clients. Mais HYT devra poursuivre son avancée technologique pour pouvoir proposer son affichage dans des boîtiers plus raisonnables pour véritablement franchir une seconde étape.

Merci à l'équipe HYT.

Les plus:
+ un design épuré et lumineux rendant la montre plus contemporaine et intemporelle
+ la lisibilité des informations
+ un boîtier plus facile à porter que celui de la H1
+ les performances du mouvement

Les moins:
- l'épaisseur demeure significative

Commentaires

Anonyme a dit…
Il faut appeler un chat un chat > C'est pas gracieux pour un sou, bien trop gros..en définitive, c'est moche.
Dans le genre cylindre posé sur le poignet, une Mazzuoli fait mieux que cette horrible chose.
Next.
Anonyme a dit…
C'est d'une laideur...
Ca fait passer la Citroen XM pour une chef d'oeuvre...