Audemars Piguet: Royal Oak Offshore Byblos

Je dois vous prévenir: l'été approche à grands pas et il faut donc très vite penser à sa ligne... Mais comment ai-je pris conscience de cette réalité? Tout simplement parce qu'Audemars Piguet vient de présenter deux montres (une version masculine et une version féminine) dans le cadre d'une édition limitée qui célèbre le 50ième anniversaire du fameux hôtel Byblos de Saint-Tropez. Et le moins que l'on puisse dire est que ces deux montres fleurent bon les vacances sous le beau soleil du Sud-Est de la France.

Pour être honnête avec vous, je ne vais écrire un long roman au sujet de la version masculine de cette Royal Oak Offshore Byblos puisqu'elle n'est qu'une évolution d'une montre très connue. Je dois cependant avouer que je la trouve particulièrement attirante. Peut-être est-ce dû aux oiseaux qui chantent, aux températures qui montent, aux jupes qui se raccourcissent mais je commence à apprécier particulièrement la combinaison de l'or rose avec le cadran blanc qui définit et symbolise le style de cette montre. Si la présentation avait eu lieu en plein hiver, peut-être que mes sentiments auraient été bien différents. 


En fait, il y a quelque chose d'excitant avec cette Royal Oak Offshore. La gamme de couleurs est très douce et légère, presque féminine en un sens mais au bout du compte, elle est très fidèle à l'esprit de Saint-Tropez avec sa touche de blanc (le cadran est très réussi). Le paradoxe est que cette douceur s'applique dans un contexte très dynamique et masculin: celui de la Royal Oak Offshore 44mm.

N'espérez pas en revanche porter une montre discrète. Compte tenu du diamètre de 44mm, de l'épaisseur du boîtier (14mm) et des poussoirs surdimensionnés et proéminents, l'or rose dominant est très facilement perceptible. Mais, de façon surprenante, la montre parvient tout de même à transmettre une certaine idée de raffinement et d'élégance... ce qui n'était pas gagné d'avance!

Mais non, je vous confirme que je n'ai fumé aucune substance interdite. Je pense sincèrement ce que je dis et j'ai d'ailleurs connu une sensation similaire avec la Royal Oak Offshore Lebron James qui n'était pas non plus une petite montre de soirée. Cette comparaison me donne l'occasion d'exprimer un de mes regrets à propos de l'édition Byblos. Pour être totalement en accord avec son contexte, je serais presque allé plus loin dans la présence du blanc et aurais apporté un peu plus d'originalité au niveau des poussoirs comme la montre du basketteur le faisait. Par exemple, le fait de retrouver des poussoirs identiques à ceux de la Royal Oak Offshore Céramique Blanche aurait peut-être été plus audacieux. Les diamants sertis dans le poussoir à deux heures de la Lebron James constituaient un plus appréciable. J'aurais espéré une approche de ce type avec l'édition Byblos afin de casser la présentation somme toute très classique du boîtier en or rose. On est à Saint-Tropez après tout... et rien ne s'y passe comme ailleurs. 


Le fond transparent du boîtier (que je n'ai malheureusement pas photographié) permet d'observer le mouvement 3126 qui anime cette Royal Oak Offshore. Il s'agit tout simplement de la construction en deux parties basée sur le calibre de manufacture 3120 qui alimente le module de chronographe. Sa réserve de marche se situe autour de cinquante cinq heures pour une fréquence de 3hz. Le verre est décoré avec le logo de l'hôtel et le rappel de la célébration de l'anniversaire. Je ne trouve pas cette décoration très jolie et elle nuit selon moi à la vue sur le mouvement. Comme ce dernier est trop petit pour le boîtier (problème récurrent de la Royal Oak Offshore 44mm), je pense que la solution d'un fond plein gravé aurait été préférable. Mais je le sais pertinemment, une montre avec un mouvement automatique visible est plus efficace du point de vue commercial et après tout... la masse oscillante du 3120 est toujours agréable à voir.

Le bracelet en caoutchouc blanc est très confortable et parvient à maintenir fermement la montre sur le poignet. C'est un très bon point compte tenu de la taille et du poids du boîtier. A noter qu'un autre bracelet en caoutchouc sombre est également disponible si vous voulez profiter de cette Royal Oak Offshore en dehors de l'été. 


En conclusion, j'ai apprécié cette montre pour son subtil équilibre entre puissance et raffinement. Evidemment, elle n'apporte rien de bien nouveau en comparaison des Royal Oak Offshore 44mm du catalogue et j'aurais aimé une approche plus audacieuse du traitement de certains détails. Mais je fus convaincu par son charme et sa cohérence avec le contexte de la célébration du 50ième anniversaire du Byblos.

Merci à Audemars Piguet France.
Les plus:
+ un équilibre subtil entre puissance et raffinement
+ le cadran blanc met en valeur le motif tapisserie
+ la finition du boîtier
+ le confort du bracelet caoutchouc

Les moins:
- j'aurais aimé des poussoirs plus originaux en jouant par exemple avec la céramique blanche
- un fond plein et gravé aurait été une meilleure solution

Commentaires

Anonyme a dit…
AP ROO gold + Byblos = On est bien à kéké land
Vivement la Voile rouge, le Club 55 etc...