dimanche 27 novembre 2016

Hermès: Slim Grand Modèle 3 aiguilles

Présentée en 2015, la collection Slim témoigne de l'ambition réaffirmée d'Hermès dans le domaine horloger. La Slim est disponible en plusieurs tailles (25, 32 et 39,5mm) mais c'est bien le grand modèle qui offre le contenu horloger le plus solide. Deux types de montres sont proposées avec cette taille: une montre à quantième perpétuel et une montre simple à petite seconde à 6 heures. Il est intéressant de se pencher sur cette dernière car elle est l'exemple d'une montre 3 aiguilles réussie... ce qui n'est jamais évident!

Tout l'art consiste à renouveler le genre sans tomber dans le loufoque. La montre habillée a ses codes, ses principes. Mais il faut savoir légèrement s'en écarter pour éviter d'offrir un nième clone d'une Calatrava, d'une Altiplano ou une pièce insipide. Hermès est parvenu à se distinguer dans ce segment fort encombré grâce à trois éléments clé: la police de caractère, les cornes et le mouvement.


La police de caractère des chiffres arabes périphériques du cadran attire le regard au premier coup d'oeil. Fine, originale, cette police créée par Philippe Apeloig donne à la montre une dimension contemporaine sans lui faire perdre une once d'intemporalité. Les chiffres sont composés d'éléments séparés et ils deviennent ainsi plus légers, plus aériens. L'absence de continuité de ces chiffres est intéressante à analyser et vient en rupture avec le concept propre de la montre qui ne fait que mesurer le temps, infini et continu. Le huit, créé par deux cercles distincts, perd ici sa notion de représentation de l'infini et j'aime beaucoup cette opposition.

La présentation du cadran est pour le reste plus classique même s'il possède un effet esthétique amusant: la minuterie est positionnée autour de la zone centrale. Cet effet est très joli du point de vue visuel car rendant la zone périphérique très pure sans nuire à la lisibilité du temps. Les aiguilles bâton se marient parfaitement avec les chiffres et les index séparés du sous-cadran de la trotteuse, qui rappelle la rupture des chiffres, contribue à l'harmonie de l'ensemble.


La position  de ce sous-cadran, un peu trop proche du centre, pourrait laisser supposer que le mouvement est trop petit pour le boîtier. Or, il n'en est rien puisque le calibre extra-plat H1950 occupe généreusement le boîtier ce qui est une excellente nouvelle. En retournant la montre, ce calibre automatique dévoile son architecture particulière liée à l'utilisation d'un micro-rotor. Présenté comme un mouvement de manufacture, il s'agit en fait d'un mouvement développé par Vaucher Manufacture Fleurier. Ses performances sont raisonnables (une fréquence de 3hz et une réserve de marche de 42 heures) compte tenu de sa très grande finesse (2,6mm). Sa finition est, il faut l'avouer, assez brute, notamment au niveau de la découpe des ponts mais cohérente avec le prix de vente de la montre. La décoration avec les H de Hermès est plutôt réussie mais j'aurais aimé qu'elle ne soit pas présente sur le micro-rotor. Pour ce type de mouvement, je préfère que le micro-rotor ait un contraste fort avec les autres éléments. Ce n'est pas le cas ici. Malgré ces bémols, l'utilisation d'un tel calibre est une excellente nouvelle. La Slim Grand Modèle 3 aiguilles est en effet vendue 5.650 euros TTC avec un boîtier en acier (13.500 euros avec un boîtier en or) ce qui en fait un prix très attractif pour profiter d'un tel mouvement qui se retrouve dans des montres bien plus chères. De plus, sa diffusion auprès de plusieurs marques lui assure une certaine pérennité. Enfin, son efficacité au remontage est tout à fait correcte.


Compte tenu du rapport diamètre (39,5mm) sur épaisseur (9mm) relativement élevé, la Slim Grand Modèle se distingue par son style élancé qui s'apprécie lorsqu'elle est portée. La montre ne peut pas être considérée comme extra-plate mais je trouve ses proportions très agréables. De plus, les cornes sont très séduisantes. Leur forme est géométrique et apporte du caractère au boîtier rond. Leur double inclinaison est une véritable réussite esthétique et j'ai rarement vu des cornes aussi bien faites sur un boîtier d'apparence simple.  Ce détail prouve qu'Hermès a conçu cette montre avec beaucoup de soin. J'ai pris beaucoup de plaisir à la porter et je la considère comme une des meilleures propositions du marché dans le segment des montres habillées car offrant un contenu esthétique et horloger solide pour un prix raisonnable.


Les plus:
+ l'esthétique réussie du cadran grâce notamment à la police de caractère
+ l'utilisation d'un calibre à micro-rotor
+ les cornes du boîtier
+ le prix attractif de la version en acier

Les moins:
- la découpe des ponts un peu spartiate
- la décoration du micro-rotor similaire à celle des ponts

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Une montre que j'ai pu essayer il y a quelques temps.
Superbe de face. Rien à dire. C'est beau.
Mais alors les finitions du calibre...mon dieu ! Affreux !