lundi 31 octobre 2016

Une balade romaine en compagnie de la Chopard Mille Miglia XL Race Edition 2016

C'est maintenant devenu une jolie tradition: chaque année, la Chopard Mille Miglia officielle de la célèbre course m'accompagne au cours de mon périple romain estival. Et cette année, je ne risquais pas l'ennui puisque la version 2016 est radicalement différente de celle de l'année précédente! Pourtant, ces deux montres partagent un point commun: elles symbolisent la montée qualitative de la collection Mille Miglia.


Si la Chopard Race Edition 2015 se distingue par son très beau cadran rouge et son indicateur de réserve de marche à 9 heures, la montre de l'Edition 2016 joue une toute autre partition, beaucoup plus classique. En effet, ce chronographe trouve son inspiration dans les montres Vintage comme l'attestent les couleurs du cadran et des compteurs et les poussoirs champignon. Il y a cependant une différence... de taille par rapport à ses illustres ainés, les chronographes d'antan: le diamètre du boîtier est de 46mm ce qui en fait une montre très imposante!

J'ai pourtant pris beaucoup de plaisir à la porter sous le beau soleil romain. Cet éclairage particulier m'a d'abord fait apprécier la rigueur et la qualité de l'exécution: la finition du cadran et du boîtier est exemplaire et le mouvement offre une présentation technique et soignée. L'enjeu, compte tenu du diamètre a été de réduire la perception de la taille. Le cadran noir aux compteurs de couleur ardoise y parvient grâce à sa dominante sombre et à l'échelle tachymétrique périphérique. La date semble ainsi mieux intégrée alors qu'elle est relativement éloignée du bord de la lunette. D'ailleurs, j'aurais préféré qu'il n'y ait point de guichet de date, pour être plus fidèle à l'esprit de la montre. Les chiffres et les aiguilles contribuent également à la qualité perçue et leur luminescence est efficace.


Le boîtier dégage un sentiment de puissance dû à son diamètre mais aussi à la couronne surdimensionnée, aux poussoirs et à la forme de la lunette. Heureusement, les cornes sont suffisamment incurvées ce qui permet de bien positionner le boîtier sur le poignet sans qu'il ne dépasse. Le bracelet en veau brun, relativement souple et la boucle déployante maintiennent fermement la montre et le confort est ainsi assuré à condition d'avoir une taille de poignet suffisante.

Au-delà de son design réussi, la grande force de la Chopard Mille Miglia XL Race Edition 2016  réside dans son mouvement. Et tout comme le calibre Chopard 01.08-C qui équipe la Chopard Race Edition 2015, le calibre chronographe automatique 03.05-C  a été développé et assemblé au sein de Fleurier Ebauches, entité qui appartient à Chopard. Il s'agit évidemment d'un point crucial qui souligne l'importance pour Chopard de la collection Mille Miglia. En utilisant un calibre exclusif et certifié chronomètre, Chopard donne une nouvelle ambition horlogère à cette collection stratégique. Certes, la finition du mouvement n'atteint pas les standards des calibres L.U.C. Mais sa présentation est très agréable, propre et son rendu technique est cohérent avec l'atmosphère de la course automobile de la montre. Sa fréquence est de 4hz et sa réserve de marche d'une soixantaine d'heures ce qui est très satisfaisant. En revanche, son propre diamètre le rend un peu perdu dans le boîtier. Dans ce contexte, un fond plein aurait peut-être été plus satisfaisant mais les contraintes commerciales imposent la visibilité du mouvement. J'ai enfin apprécié son efficacité au remontage  et si les poussoirs sont un peu durs, ils demeurent tout de même agréables à l'usage.


La Chopard Mille Miglia XL Race est donc pour moi une montre qualitative au style imposant. Ce contraste entre l'inspiration Vintage et la puissance du boîtier peut être déroutante mais il permet de donner beaucoup de caractère à la montre. J'espère cependant que Chopard aura la volonté dans le futur d'utiliser le mouvement 03.05-C dans un boîtier plus raisonnable et mieux adapté.

Je vous propose de découvrir les photos prises lors de mes promenades romaines de cet été.

Piazza di Pietra:



Fontana di Trevi:


Forum:


Sur le Ponte Sisto:


Via Giulia:


Au 84 de la Via Giulia, un petit bar propose un délicieux Cappuccino:


Un petit tour chez Bartolucci est toujours indispensable pour saluer Pinocchio!


Piazza di Pietra:



L'hôtel Bernini offre une vue spectaculaire sur la Piazza Barberini et la fontaine du Triton:


Une vue depuis la colline de l'Aventin:


Les plus:
+ les finitions du cadran et du boîtier
+ les performances du nouveau calibre Chopard 03.05-C
+ le confort au porter malgré la taille

Les moins:
- le diamètre du boîtier
- le guichet de date n'est pas indispensable

Aucun commentaire: