samedi 27 août 2016

Zenith: El Primero 36.000 VpH Classic Cars

Depuis plusieurs années, Zenith a intensifié son implication dans le monde des véhicules de collection comme l'attestent les partenariats avec le Tour de France Automobile, la Hero Cup ou la SVRA. Le Chronographe El Primero Classic Cars a pour but de rappeler cette implication mais en la célébrant d'une façon différente de celle des différentes montres en série limitée. En fait, ce Chronographe El Primero Classic Cars offre plusieurs bonnes nouvelles:
  • la montre qui a servi de base est l'El Primero 36.000 VpH. Zenith évite donc une nième déclinaison du cadran open et c'est pour moi un véritable soulagement,
  • la finition du cadran du modèle Classic Cars tranche radicalement avec la montre d'origine grâce à un motif "brossé moteur" anthracite qui est spectaculaire et élégant,
  • et surtout, Zenith traite de façon enfin correcte la priorité des compteurs.

Il est important de revenir sur ce dernier point qui est pour moi fondamental. Il corrige en effet une aberration présente sur plusieurs chronographes de la manufacture. Compte tenu de l'élargissement de la taille des boîtiers (celui-ci ayant un diamètre de 42mm dans ce cas précis), les dimensions propres du mouvement deviennent trop petites. Pour équilibrer la présentation du cadran, Zenith se trouve dans l'obligation d'élargir les compteurs et ces derniers se coupent car il n'est malheureusement pas possible de changer la position des aiguilles... à moins de développer un nouveau mouvement. Or, de façon très étrange, Zenith prit la décision pour un certain nombre de montres de recouvrir une partie du compteur des minutes par celui des heures. Cette décision est totalement absurde puisqu'elle rend inutilisable le compteur pendant plusieurs minutes! Heureusement, le Chronographe El Primero Classic Cars renverse les priorités et met le compteur des minutes au-dessus de celui des heures. L'effet est immédiat: le compteur est dorénavant totalement lisible, quelle que soit la position de l'aiguille sans nuire à la lisibilité de celui des heures.

Dans un monde idéal, il serait d'ailleurs souhaitable que Zenith effectue un tel changement sur l'ensemble des chronographes affectés par cette anomalie.


Pour le reste, il faut avouer que les designers ont bien travaillé pour concevoir le cadran spécifique du Chronographe El Primero Classic Cars. Grâce à l'échelle tachymétrique périphérique et le guichet de date qui ne mord pas sur le compteur des heures, la montre dégage un sentiment d'équilibre. De plus, sa taille perçue semble inférieure compte tenu des teintes du cadran.

J'emploie le pluriel car la plus belle réussite sur cette pièce est la très large palette chromatique qu'elle propose. La finition du cadran est basée sur le motif "brossé moteur", des sortes de larges Côtes de Genève qui donnent selon la lumière un rendu tantôt lumineux tantôt sombre. J'ai été très surpris par les couleurs qui se dégageaient, le cadran passant continuellement du bronze au gris anthracite ce qui contribue à la sensation de raffinement et d'élégance décontractée de la montre. 


Le mouvement qui l'équipe est sans surprise le calibre El Primero 400B d'une réserve de marche d'une cinquantaine d'heures. Comme toujours, sa fréquence de 5hz lui permet de mesurer les temps au 10ième de seconde. La présentation du mouvement, visible à travers le fond transparent, est agréable. Ce n'est pas dû à la finition qui reste correcte, sans plus, malgré la mise en valeur de la roue à colonne et quelques éléments décoratifs. C'est en revanche l'architecture du calibre, une véritable réussite visuelle, qui rend son observation si intéressante. Fiable et précis, efficace au remontage, le calibre El Primero 400B est le parfait "moteur" de ce chronographe.

Malgré son diamètre un peu imposant, le chronographe El  Primero Classic Cars se porte avec confort grâce à l'efficacité de la boucle déployante et du bracelet en cuir de veau brun qui positionnent idéalement le boîtier en acier sur le poignet. Il y a cependant un point surprenant avec le bracelet, joli au demeurant. Les perforations n'ont qu'un seul but esthétique car le bracelet en entièrement doublé de caoutchouc. Un choix un peu surprenant car le résultat va à l'encontre du but recherché par les perforations: la peau respire moins.


Cette dernière remarque ne doit cependant pas altérer un bilan extrêmement positif. Cette montre est pour moi la plus réussie de toutes celles dédiées au monde automobile vintage de la part de Zenith. Le cadran plein et excellemment fini  la rend plus raffinée et moins lassante que celles à cadrans ouverts. Elle est également très agréable à porter. La lisibilité des compteurs est enfin l'argument qui fait mouche et qui la rend même prioritaire par rapport à n'importe quelle autre chronographe dont le compteur des minutes est coupé. Rien que pour cela, je ne peux que me réjouir de la sortie de ce chronographe El Primero Classic Cars.

PS: si vous souhaitez un point de vue féminin sur cette pièce (et découvrir de très belles photos), je vous conseille l'excellent article de Macha Vananty publié sur son blog Watch Her.  

Les plus:
+ le cadran plein, excellemment fini
+ la priorité des compteurs est enfin logique et ils deviennent totalement lisibles
+ un mouvement mythique
+ le confort au porter

Les moins:
- un bracelet dont les perforations uniquement décoratives

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Biver est un génie ? Qui dit ça ? Les watchfans ?
Il a un modèle économique en tête, un seul. Les série limitées...
Une hublot non limitée est plus compliquée à trouver qu'une série limitée !
Chez Zenith ça commence...
Chez TAG aussi d'ailleurs...
Bref, petite mort...