lundi 7 mars 2016

De Bethune: retour sur la DB26

Une récente visite à la boutique De Bethune me donna l'occasion de revoir la DB26, une montre à quantième perpétuel qui fut dévoilée en 2009. Je souhaite revenir sur cette montre car je l'ai toujours trouvée particulière. En effet, elle se distingue par son organisation de cadran unique et par ses aiguilles saphir cerclées d'acier bleuie qui furent utilisées à plusieurs reprises par la suite par De Bethune.

Ces aiguilles sont fondamentales pour la DB26. Quelques soient leurs positions, les informations du cadran demeurent lisibles. La partie gauche du cadran regroupe les quantièmes indiqués par le biais d'une aiguille, les jours et les mois affichés dans des guichets. La partie droite, matérialisée par un disque bleu, est dédiée à la fameuse lune sphérique composée de deux parties (acier bleui et platine) tandis qu'un petit guichet rond sert à indiquer les années bissextiles.


J'aime beaucoup ce cadran qui bouscule la traditionnelle répartition des fonctions des quantièmes perpétuels. Il n'est guère étonnant que pour De Bethune, l'affichage le plus important et le plus visible soit celui des phases de lune. Cependant, le sous-cadran des quantièmes est suffisamment grand (et de même taille que la zone de droite) pour que leur lecture ne pose aucune difficulté.

Il se dégage de ce cadran un sentiment d'une grande pureté, d'une grande maîtrise dans le design. Il possède un style très contemporain tout en demeurant intemporel. Les touches de bleu permanentes sur les aiguilles, sur les index hémisphériques périphériques, sur le disque autour de la lune agrémentent le cadran avec harmonie et délicatesse. Mais bien entendu, ce sont les aiguilles saphir qui rendent le design de la DB26 si remarquable. Il est intéressant de remarquer qu'elles sont quasiment de la même longueur, la distinction s'opère grâce aux motifs en leurs extrémités et à leurs largeurs respectives. Elles apportent une touche lumineuse et presque futuriste à la montre.


Dans ce contexte, le boîtier ne pouvait être qu'à l'image du cadran pour préserver la cohérence d'ensemble. Il met incontestablement le cadran en valeur du fait de son diamètre généreux (44,4mm) et de sa lunette plate avec une finition en poli mat. Lui aussi s'inscrit dans cette alchimie si difficile à obtenir qui combine originalité, modernité et intemporalité. La touche De Bethune se retrouve dans les berceaux d'attaches mobiles qui améliorent le confort au porter et dans la couronne à 6 heures. Cette position de couronne est étrange (mais pas inhabituelle chez De Bethune) et peut déranger de prime abord. Puis elle finit par s'intégrer dans le design de la DB26 sans difficulté.


Le mouvement DB2005 à remontage manuel qui équipe la DB26 a été développé à partir du DB2004. C'est la raison pour laquelle il offre des performances similaires à savoir une fréquence de 4hz et une réserve de marche de 5 jours. Cette longue réserve de marche est évidemment importante pour une montre à quantième perpétuel et à remontage manuel de surcroît. La présentation du mouvement met en avant le double barillet auto-régulateur et l'organe réglant. Ce dernier concentre le savoir-faire technique de De Bethune. Le balancier en titane/platine possède une répartition de sa masse optimale et est protégé par le système triple pare-chute qui préserve la stabilité de son comportement en cas de perturbations. La forme du balancier me fait penser à celle d'un vaisseau spatial et il suffit d'observer la forme des ogives aux extrémités pour apprécier le soin apporté dans sa conception. La finition du mouvement est sinon irréprochable et elle souligne son architecture qui est à l'image du cadran: très contemporaine.  


La DB26 est une montre réellement fascinante. J'aime son design, j'aime son atmosphère et le charme un peu froid mais très pur qu'elle dégage. Elle n'est certes pas dénuée de défaut. Plus que son diamètre, son épaisseur (16,1mm) peut être jugée comme excessive. L'absence d'un élément de marche côté cadran peut être également considérée comme un reproche. Mais au final, tout cela est balayé par le style incomparable de cette montre. Comment résister face à ces extraordinaires aiguilles et aux berceaux mobiles du boîtier?

Merci à l'équipe de la boutique De Bethune de Genève.

Les plus:
+ une organisation du cadran unique
+ la beauté des aiguilles saphir
+ la réserve de marche de 5 jours, indispensable pour une montre à QP et à remontage manuel
+ la parfaite exécution des éléments
+ le confort au porter grâce aux berceaux mobiles

Les moins:
- l'épaisseur du boîtier
- l'absence d'un indicateur de marche côté cadran

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Je n'aime définitivement pas cette marque.
Le design tranché est courageux mais je pense que ça va très mal vieillir.

Anonyme a dit…

Quand cette marque n'existera plus (il y a de fortes chances), qui pourra maintenir ces usines à gaz ?