Rolex: Yacht-Master Everose

L'année 2015 fut riche en événements d'importance pour Rolex. La sortie du mouvement 3255 qui anime les Day-Date 40 et la présentation des différentes versions de l'Oyster Perpetual 39 en font incontestablement partie. Mais il ne faudrait oublier une autre nouveauté qui marqua les esprits lors de la dernière édition de Baselworld: l'introduction au sein du catalogue d'une déclinaison de la Yacht-Master, disponible en deux tailles, avec un boîtier en or Everose et un bracelet Oysterflex. Il peut paraître surprenant de mettre au même niveau d'intérêt un nouveau calibre et un nouveau bracelet. Et pourtant, comme souvent chez Rolex, le moindre détail a de l'importance et considérer le bracelet Oysterflex comme un simple bracelet caoutchouc serait une grande erreur.


De plus, la Yacht-Master Everose est bien plus qu'une simple déclinaison d'un modèle existant. Elle incarne, selon moi, une double orientation stratégique pour Rolex. La première est inhérente à la présentation concomitante des deux tailles: 40 et 37mm. Cela peut sembler anodin mais à travers cet affichage côte à côte des deux montres, qui offrent le même équilibre (Rolex veille à ne pas utiliser le même mouvement dans les deux boîtiers), le même style, la même atmosphère, la marque à la couronne oriente sa communication vers la clientèle qui achète ses montres en couple. En effet, cette clientèle, particulièrement asiatique, pratique assez fréquemment l'achat conjoint avec une tendance à prendre des montres similaires dans ce cas. La Yacht-Master Everose arrive donc à point nommé pour répondre à ce genre de demande grâce à des tailles très bien pensées.


L'écart de 3mm entre les deux boîtiers est significatif et se ressent au premier coup d'oeil... lorsque les deux montres sont  ensemble. Cependant, prise indépendamment, chaque montre conserve bien ses atouts quelle que soit sa taille. La version 40mm demeure élégante, le cadran noir diminuant légèrement la taille perçue. Quant à la version 37mm, elle possède suffisamment de présence au poignet pour orner avec style et caractère un poignet féminin ou un petit poignet masculin.


La deuxième orientation stratégique que je ressens  est plus structurante pour Rolex. La Yacht-Master Everose, avec le rendu du bracelet en élastomère noir, le disque Cerachrom de la lunette, le contraste entre les parties sombres et la finition polie du boîtier, joue une partition esthétique inhabituelle dans l'univers de Rolex. La Yacht-Master est une montre idéale pour ce type d'évolution. Elle incarne avec conviction l'approche Sport Chic des Oyster Perpetual, étant à l'aise dans des pratiques sportives (confortée par une étanchéité de 100 mètres) ou dans des situations plus formelles. Sa polyvalence, tant du point de vue des performances que du point de vue esthétique offre donc un cadre parfait pour élaborer ces nouvelles textures qui s'apprécient tant visuellement que tactilement.


Ma crainte à l'annonce de la sortie de cette montre en or Everose était qu'elle tombât dans un style trop ostentatoire. Il n'en est rien. Le contraste entre le noir du cadran, de la lunette, du bracelet et l'or Everose du boîtier est maîtrisé et il se dégage de la montre beaucoup d'élégance et de raffinement. Elle possède aussi la dose adéquate de décontraction grâce au bracelet dont la forme en relief apporte une certaine sophistication. Comme toujours avec Rolex, les finitions sont irréprochables avec 3 éléments clé parfaitement exécutés:
  • la lunette avec disque Cerachrom en céramique mate
  • le boîtier et la couronne
  • les appliques et aiguilles en or rose dont la netteté renforce la qualité perçue, si besoin est.
J'aime d'ailleurs beaucoup le contraste entre les aiguilles et appliques d'un côté et la finition noire mate du cadran de l'autre. La lisibilité est au rendez-vous et dans cet environnement noir, la loupe cyclope se fait même plus discrète.


Le mouvement qui équipe la version 40mm est le très connu calibre 3135, certifié chronomètre, d'une fréquence de 4hz et d'une réserve de marche de deux jours. Mouvement d'une rare efficacité, il se distingue par sa fiabilité, sa précision et sa grande efficacité au remontage. Sans surprise, j'y retrouve le pont de balancier traversant, le réglage du balancier par 4 écrous Microstella et le spiral maison en Parachrom bleu paramagnétique et à courbe terminale Breguet. Le calibre 3135 fait partie des mouvements en qui j'ai totalement confiance et je sais que je n'ai pas besoin de donner manuellement des tours de couronne même si je ne porte la montre que quelques heures par jour. Le seul reproche que je pourrais lui faire est sa réserve de marche un peu courte selon les standards d'aujourd'hui mais compte tenu de la polyvalence de la montre, cette dernière a vocation à rester de longs moments sur le poignet!

Il est temps d'évoquer le confort au porter et sans surprise aucune, il est au rendez-vous. C'est là où la complexité du bracelet Oysterflex rentre en jeu. L'objectif du bracelet est de combiner la souplesse d'un bracelet caoutchouc tout en conservant la résistance et la capacité d'épouser le poignet d'un bracelet métal. Le bracelet est construit selon le principe suivant: une lame métallique en alliage de titane et nickel relie le boîtier au fermoir Oysterlock et ce, pour chaque brin du bracelet. Les deux lames sont ensuite surmoulées d'un élastomère noir d'une grande résistance et sans effet inopportun pour le propriétaire de la montre. Cette construction est complétée au départ de chaque brin par des coussins sur la face interne qui améliorent la stabilité de la montre sur le poignet et qui laissent mieux respirer la peau. Le fermoir Oysterlock à boucle déployante est la touche finale d'un système très agréable au porter et qui maintient parfaitement la montre.


La Rolex Yacht-Master Everose m'a donc beaucoup plu. Au-delà du respect des critères de qualité de Rolex et de la parfaite exécution des éléments, j'ai apprécié cette prise d'audace stylistique matérialisée par la texture du bracelet et le contraste élégant et chaleureux entre le boîtier et les éléments noirs. Certes, cette audace reste évidemment très maîtrisée, Rolex oblige, mais elle fait plaisir à voir car elle apporte de nouvelles perspectives esthétiques. Loin d'être ostentatoire, la Yacht-Master Everose dégage au contraire un certain raffinement. Malgré tout, le contraste or Everose et parties noires reste d'un abord difficile pour les amateurs à la recherche de la discrétion la plus absolue. C'est la raison pour laquelle j'espère que cette Yacht-Master deviendra l'initiatrice d'un courant stylistique plus présent au sein du catalogue avec des matériaux à couleur neutre.  Quoi qu'il en soit, la clientèle évolue et exprime l'envie de découvrir des nouveaux matériaux, des nouvelles combinaisons, des nouvelles textures.La Yacht-Master Everose remplit ainsi parfaitement sa mission en s'aventurant sur ce territoire plus original tout en conservant les atouts qui font la force de Rolex.

Merci à l'équipe Bucherer Paris.

Les plus:
+ une évolution esthétique bienvenue
+ la qualité des finitions et la parfaite exécution des éléments
+ le sérieux et le confort du bracelet Oysterflex
+ les performances du mouvement 3135

Les moins:
- une réserve de marche un peu courte selon les standards actuels
- même si la montre n'est pas ostentatoire, le contraste entre or Everose et parties noires demeure d'un abord difficile

Commentaires

Philippe Vo a dit…
Bonjour François-Xavier,

Merci encore une fois pour cette très belle revue. C'est une montre qui allie pour moi le sport chic avec grande élégance!

Sur un autre sujet, on m'a dit que l'entièreté de la production chez Rolex s'est alignée sur la précision de la 3255, soit deux fois le COSC. Auriez-vous des informations là-dessus?

Merci et bonne journée.

Philippe
Anonyme a dit…
Oui, Rolex veut se rapprocher du 0