vendredi 1 janvier 2016

Très bonne année 2016!

L'avantage de l'industrie horlogère est que les tendances de l'année peuvent se dessiner très vite du fait de l'organisation du SIHH dès le mois de janvier et de celle de Baselworld à la mi-mars. Ce SIHH sera très intéressant à observer après une édition 2015 marquée par l'absence de prise de risque de la part d'une très grande majorité de marques. Car il y a maintenant une véritable urgence après plusieurs années commercialement difficiles et une activité sensiblement ralentie en 2015. Les marques vont-elles enfin retrouver l'audace nécessaire? Le retour à une politique tarifaire raisonnable va-t-il s'accentuer après les premiers signes observés l'année dernière (Montblanc, Cartier)? Les dirigeants et autres stratèges vont-ils enfin appréhender et comprendre les aspirations de la clientèle? De nombreuses questions me viennent à l'esprit et je dois avouer que je suis impatient de découvrir les premiers réponses dans deux semaines. De plus, le SIHH de cette année se distinguera par l'arrivée de la fine fleur de l'horlogerie indépendante en son sein. Là également, je suis très curieux de voir comment se déroulera ce mariage de la carpe et du lapin qui peut être profitable pour toutes les parties si l'intégration est réussie. 

En tout cas, les collections présentées lors de ces trois premiers mois auront intérêt à séduire une clientèle de plus en plus frileuse et ce, quelle que soit le segment ou la zone géographique. Car malheureusement, si l'industrie automobile, par exemple, a la capacité de réaction, de création et de production qui lui permet d'affronter les retournements de marché dans des délais relativement courts, l'industrie horlogère souffre de son inertie due à la façon dont elle est structurée et à l'attitude ultra-prudente des marques dont les sommets semblent de plus en plus coupés des équipes en contact avec la clientèle. 


Le véritable souci aujourd'hui est donc pour moi un problème d'offre et de production. Au-delà du fait que les produits, tout comme la façon de communiquer, ne sont pas adaptés aux segments de clientèle que les marques considèrent comme étant les relais de croissance, le délai interminable entre la présentation lors des salons et la disponibilité chez les détaillants des nouveautés de l'année demeure un obstacle majeur au fonctionnement sain de l'industrie. Pendant au moins 6 mois, les clients attendent les nouveautés et ne comprennent pas qu'elles demeurent indisponibles alors que les centaines de médias horlogers les abreuvent de photos et de tests. Cela frustre les clients, particulièrement ceux qui découvrent le monde de l'horlogerie et accélère l'obsolescence du stock des détaillants qui a déjà beaucoup de mal à diminuer.

Il faudra bien un jour que l'industrie horlogère procède à sa révolution industrielle. Sinon elle finira par succomber de ses propres maux en n'ayant pas su renouveler sa base de clientèle.

Restons cependant optimistes en ce premier jour de l'année! Après tout, des marques parviennent à tirer leur épingle du jeu et l'année 2015 a tout de même révélé  quelques belles réussites. Comme quoi, lorsque les planètes sont alignées, la magie peut toujours opérer. C'est donc à l'industrie horlogère dans son ensemble de travailler à favoriser cette conjonction d'éléments favorables.

Je vous souhaite ainsi qu'à tous vos proches une excellente année 2016!

1 commentaire:

Anonyme a dit…

"Il faudra bien un jour que l'industrie horlogère procède à sa révolution industrielle" : il en est, en effet, plus que temps ! Et si elle pouvait faire évoluer son management antédiluvien et snobinard dans la foulée, ce ne serait pas une mauvaise chose non plus. Ceci dit, excellente année 2016 : j'espère encore pouvoir lire ce blog longtemps !