lundi 4 janvier 2016

Piaget: Gouverneur Quantième Perpétuel

Le quantième perpétuel rejoignit la liste des complications disponibles au sein de la collection Gouverneur de Piaget lors du SIHH 2015. Je dois avouer, à ma grande honte, que la Gouverneur Quantième Perpétuel est passée en dehors de mon écran radar lors du Salon alors que je la trouve très intéressante et séduisante. En fait, Piaget apporte de nouveau la preuve de sa maîtrise de cette complication à travers une montre qui se distingue par l'organisation de son cadran et par un petit détail pratique sur lequel je vais revenir plus tard.


La collection Gouverneur se caractérise par l'utilisation d'un boîtier relativement imposant de 43mm qui mélange astucieusement le rond avec l'ovale. C'est tout le charme d'une montre Gouverneur: selon l'humeur, la perception que nous en avons, le boîtier peut sembler parfaitement rond ou ovale. La lunette, relativement épaisse crée le lien entre ces deux formes et apporte de la personnalité au design. Le cadran argenté de la collection est toujours épuré et est complété par un guillochage périphérique strié et par une paire d'aiguilles dauphine d'une grande élégance. Les compteurs et principales zones d'affichage sont finement cerclés et quelque soit le modèle, une montre de la collection gouverneur dégage un sentiment de raffinement. 

La Gouverneur Quantième Perpétuel ne déroge pas à la règle et profite même de son cadran comportant de nombreux affichages pour réduire la taille perçue. En effet, sur la montre automatique ou le chronographe, le style aéré renforce la sensation de l'importance du diamètre du boîtier. Compte tenu de l'occupation des espaces de son cadran, la Gouverneur Quantième Perpétuel apparaît comme plus équilibrée. L'approche esthétique de la collection Gouverneur met d'ailleurs en valeur l'organisation du cadran extrêmement originale. Pas forcément aux yeux des connaisseurs de Piaget: la montre utilisant le mouvement 855P qui est également utilisé par la Polo ou l'Emperador Coussin Quantième Perpétuel, ils reconnaîtront sans difficulté cette façon très particulière d'afficher les jours de la semaine et les quantièmes avec des aiguilles rétrogrades et de remplacer le traditionnel affichage des phases de lune (une complication poétique mais pas forcément utile au quotidien) par un second fuseau horaire combiné avec un indicateur jour/nuit ce qui est beaucoup plus pratique.


Les différentes zones se coupent mais l'ensemble demeure lisible. Au sommet du cadran se retrouve l'affichage combiné des mois et de l'année bissextile, celle-ci étant matérialisée par un 29 logique mais très rarement utilisé. D'ailleurs, l'Emperador Coussin (sans inscription) et la Polo (un disque plein) offrent des représentations différentes de cette année bissextile. Mon seul regret finalement se situe au niveau des quantièmes gradués tous les 5 jours. La lecture de la date nécessite donc une petite gymnastique intellectuelle ce qui est un peu dommage car cet affichage est la principale donnée d'une montre à quantième perpétuel. Le cadran reste cependant très agréable à observer et parfaitement exécuté.


La finition des autres éléments respecte les standards de qualité de la manufacture et j'aime beaucoup le travail sur le boitier qui malgré sa taille est relativement fluide et élancé. Son épaisseur maîtrisée de 10,5mm explique ce sentiment. De même, le mouvement 855P est fidèle à l'image de Piaget. Il offre une présentation soignée, discrète, sans effet tape-à-l'oeil inutile. Les côtes de Genève circulaires se marient idéalement avec celles de la masse oscillante en or et les vis bleuies décorent sans agressivité les ponts du mouvement sous lesquels se devine la platine perlée. L'intérêt principal du mouvement 855P est lié à ses performances. Grâce à son double-barillet, il propose une réserve de marche de plus de 80 heures (pour une fréquence de 3hz) ce qui est un bon point pour la complication principale de la montre. Son diamètre propre (28,4mm) est hélas un peu petit par rapport à celui du boîtier mais cela ne se ressent pas côté cadran.

Les fonctions des poussoirs sont gravées sur la carrure:


Une fois mise au poignet, la Gouverneur Quantième Perpétuel parvient à faire cohabiter harmonieusement son style classique avec l'originalité de certains détails du cadran. La pièce apparaît ainsi comme élégante tout en ayant du caractère. Surtout, la présentation du cadran lui permet de sortir des canons esthétiques habituels des montres à quantième perpétuel ce qui est très agréable. Le diamètre du boîtier la rend toutefois peu adaptée aux petits poignets malgré les cornes incurvées. Heureusement, pour les raisons expliquées précédemment, la taille perçue reste raisonnable.

Mais alors, quel est le petit détail pratique que j'ai évoqué au début de l'article? Tout simplement, compte tenu de la multiplication des affichages sur le cadran, la Gouverneur Quantième Perpétuel utilise plusieurs poussoirs permettant de régler les différentes indications. Or, lorsque nous utilisons rarement ces poussoirs, à moins de se replonger dans le manuel, il est impossible de se rappeler le rôle dévolu à chacun. Heureusement, Piaget a pensé à faire graver au dessus de chaque poussoir sa fonction. Ainsi, plus aucun souci lors du réglage de la montre en cas d'arrêt. Une idée simple... que j'aimerais voir bien plus souvent!


En tout, ce détail montre bien le soin apporté par Piaget à ses montres à quantième perpétuel. Moins décalée que la Polo, plus facile à porter que l'Emperador Coussin, la Gouverneur Quantième Perpétuel se révèle être une très belle pièce compliquée qui apporte une fois de plus la démonstration de l'expertise de la manufacture de la Côte-aux-Fées.

Merci à l'équipe de la boutique Bucherer à Paris.

Les plus:
+ une montre raffinée et soignée
+ la présentation originale du cadran
+ la présence d'une complication utile (le second fuseau) additionnelle
+ les performances du mouvement 855P
+ les fonctions des poussoirs qui sont gravées sur la carrure du boîtier

Les moins:
- les quantièmes peuvent être délicats à lire rapidement
- le mouvement est un peu petit pour le boîtier

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Dommage que l'information la plus importante d'un QP, la date, soit l'indication la moins lisible.
Du coup, les "Leap Year" sont bien trop lisible alors que...
Pour un QP, définitivement, c'est chez Patek qu'il faut aller.