Ma sélection des douze montres les plus marquantes du SIHH 2016 (hors Carré des Horlogers)

Le SIHH 2016 vient de s'achever sur une note plutôt positive quant à son contenu et à la qualité des montres présentées. J'ai trouvé l'offre des marques plus audacieuse et adaptée aux marchés par rapport au Salon de l'année dernière qui était beaucoup trop sage. Cependant, je note que les écarts de prix s'élargissent. Les segments des montres abordables se renforcent tout comme celui des pièces exceptionnelles et j'ai tendance à penser que l'amateur traditionnel de haute horlogerie, celui qui se faisait plaisir de temps en temps en achetant une montre dans un budget de 15 à 20.000 euros, n'est plus vraiment dans le coeur de cible à de rares exceptions près. C'est évidemment un reflet de la situation économique générale poussant ainsi les marques de Richemont et autres participants au SIHH à naviguer entre raison et démesure, en oubliant presque ce qui se trouve entre ces deux limites. Par ailleurs, le Carré des Horlogers qui regroupait neuf marques indépendantes a été un succès. Elles y ont apporté leur créativité, leur fraîcheur, leur énergie donnant ainsi une belle impulsion dynamique au SIHH. La formule des conférences de 20 minutes par marque était au bout du compte adaptée permettant de donner aux journalistes qui ne les connaissaient pas un aperçu suffisant pour les découvrir. Libre ensuite à ceux qui voulaient en savoir plus de se rendre sur les stands. Cette intégration réussie, tant du point de vue de l'organisation, de la logistique que de celui de la cohabitation avec les acteurs traditionnels du Salon est donc une excellente nouvelle pour le SIHH.

Je vous propose dans un premier temps la sélection des douze montres qui m'ont le plus plu en provenance des marques habituelles du SIHH.

Mon coup de coeur vient de chez Lange & Söhne (on ne se refait pas) avec la Richard Lange Seconde Sautante. J'aime beaucoup cette montre car le concept de la seconde morte est cohérent avec l'ambition chronométrique de la collection Richard Lange, car le cadran est épuré et vierge de complications inutiles et parce que le mouvement à échappement à force constante à secondes est une merveille.



Vacheron Constantin retrouve l'ambition sur le créneau "élégant décontracté" avec la nouvelle collection Overseas. En dehors des modèles extra-plats, les montres de la collection utilisent des nouveaux mouvements de manufacture. De plus, l'ensemble de la collection se distingue par un système de changement rapide des bracelets. Caoutchouc, métal, cuir, les possibilités sont nombreuses et surtout, les bracelets disponibles sont livrés avec les montres.


Chaque année, IWC renouvelle une collection de son catalogue. C'est au tour de la collection Pilot. Et l'excellente nouvelle parmi les (trop?) nombreuses références est la nouvelle version de la montre de base, dans la livrée Mark XVIII. C'est le retour du guichet simple, des chiffres arabes devant  les index à 6 et 9 heures, d'un meilleur équilibre de cadran. Cette montre de 40mm (perdant donc un mm au passage) est la plus réussie de la collection.


Drive est la nouvelle collection de Cartier. La forme caractéristique du boîtier que je qualifierais de coussin de caractère est élégante et possède le soupçon d'originalité nécessaire. Plusieurs montres sont disponibles ainsi que différents matériaux. La bonne nouvelle est l'utilisation du mouvement 1904MC-PS sur le modèle de base. Il s'agit d'une collection que je trouve bien plus convaincante que Clé.


Montblanc a fait preuve de beaucoup de créativité une fois de plus tout en conservant des prix attractifs, y compris pour les pièces les plus compliquées. Cette année est marquée par la collection 4810 dont un digne représentant est le Chronographe TwinFly Edition 110ième anniversaire. J'y retrouve avec plaisir le mouvement LL100 comprenant l'affichage d'un second fuseau horaire. Logique pour une collection qui évoque les voyages.


La palme de la montre la plus charmante revient sans aucun doute à la Van Cleef & Arpels Ronde des Papillons. L'affichage du temps est, comme toujours avec les complications poétiques, audacieux et grâce à un mécanisme dédié, les papillons peuvent entreprendre à la demande leur ballet autour des nuages. Il n'y a donc aucun risque d'être frustré par une complication lente!


Parmigiani célébrait les 20 ans de la création de la marque. Un tel événement méritait un mouvement à la hauteur de la capacité de la manufacture et c'est une des complications les plus difficiles à maîtriser qui a ainsi été développée: le chronographe à rattrapante intégrée. Le résultat est spectaculaire même s'il a tendance à être un peu trop démonstratif au niveau des ponts. Le mouvement PF361 est un des calibres marquants du Salon.


Jaeger-Lecoultre célébrait les 85 ans de la Reverso et avait besoin d'un symbole frappant les esprits. La Reverso Tribute to Gyrotourbillon est une totale réussite car la montre parvient à être beaucoup plus portable que le Gyrotourbillon 2 tout en offrant un tourbillon deux axes qui décoiffe. Un des axes effectue une rotation complète en douze petites secondes donnant ainsi une impression de vitesse spectaculaire.


Piaget a créé l'événement en se situant là où personnellement je ne les attendais pas. L'Emperador Coussin XL 700P puise son inspiration dans l'esthétique de l'Emperador Coussin Tourbillon. Mais la caractéristique principale de cette montre est son mécanisme hybride combinant remontage automatique et régulation hybride. Une approche surprenante s'expliquant par l'hommage rendu au premier mouvement à quartz de la manufacture, le 7P.


La Royal Oak Double Balancier Squelette est ma représentante préférée de la collection 2016 d'Audemars Piguet. Cette montre d'un diamètre de 41mm est belle et d'un intérêt technique certain. Le double balancier a pour but d'obtenir une meilleure stabilité de fonctionnement tout en apportant sa présence sur le cadran. Parfaitement exécutée, elle succède ainsi à la référence 15305 avec talent.


La Signature 1 constitue un rêve qui se réalise pour les amateurs des montres Greubel Forsey. En jouant la carte de la simplicité et des finitions décoratives abouties mais non démonstratives, cette montre offre le meilleur de la marque dans une approche épurée. L'émotion créée par le mouvement, pourtant sans tourbillon,  n'en est que plus forte.


Le Richard Mille RM67-01 Extra-Plate complète cette sélection de douze montres. Fine, élancée, à la forme subtile, elle m'a séduit par son élégance contemporaine et son confort au porter. Le prix est certes élevé pour une montre simple mais il est difficile de résister à son charme.



Le compte-rendu du SIHH se poursuivra avec la sélection des montres du Carré des Horlogers.

Commentaires

Unknown a dit…
Merci pour ce compte rendu très complet et intéressant Fx!
Duf
Anonyme a dit…
Belle sélection ! Je ne sais pas trop quoi penser de la Drive de Cartier : elle recueille beaucoup d'opinions positives alors que je n'y vois qu'une montre fade et ennuyeuse. Elle souffre du même problème que la Clé : du travail bien fait, certes, mais sans saveur aucune. Quant à parler d'élégance... Il faudrait d'abord que le boîtier ait un peu de tenue au lieu d'afficher ses lignes mollassonnes. C'est bien joli de faire disparaître toutes les icônes de la marque, les Santos, Tank Française et autre Pasha, mais la relève tarde à venir.
Anonyme a dit…
La Lange, ainsi que la Dato Tourbillon sont superbes alors que cette marque ne me touche pas particulièrement habituellement.

La Overseas...mouais...Je préfère une bonne Rolex dans ce rôle ou une APRO.

L'IWC...chiante à regarder et le prix compte tenu de ce qu'elle embarque comme calibre, je rigole !

La Drive de Cartier....Sans intérêt.

Montblanc...ras le bol de Montblanc qui semble avoir graissé la patte de tous les bloggers pour que l'on parle d'eux.

Van Cleef, on en parle pas assez. Les complications poétiques sont de véritables merveilles.

Reverso...mouai, encore et encore...

APRO double balancier, celle qui a retenu mon attention cette année.

La Greubel...150K acier pour ça ? Pas étonnant que ça aille mal chez GF.

Francois Cisco a dit…
Merci FX,
J'aime beaucoup l'Overseas et surtout cette Richard Mille plate, le gabarit est parfait.