dimanche 6 décembre 2015

Lange & Söhne: Chronographe 1815 Edition Boutique

Le chronographe 1815 fut pour la première fois présenté en 2004 mais il ne resta que 3 ans dans le catalogue de Lange & Söhne. Cette montre occupait une place singulière dans la collection et se distinguait par son échelle pulsométrique, son rehaut incliné et ses sous-cadrans décalés vers le bas du cadran. Le retrait de la grande date par rapport au Datograph cassait la construction du triangle équilatéral parfait dessiné par le double-guichet et les sous-cadrans mais il n'en demeurait pas moins qu'il se dégageait beaucoup de charme de cette montre.


Les principaux reproches qui étaient émis à son encontre étaient connus (une réserve de marche de 36 heures considérée comme trop courte et la petite taille des sous-cadrans) et Lange veilla à les corriger lorsque la version suivante du chronographe fut dévoilée en 2010. Disponible en or gris ou en or rose, cette nouvelle version, qui constitue toujours celle qui est présente dans le catalogue, adopte un style beaucoup plus épuré. Alors que le diamètre du boîtier ne gagne qu'un demi-millimètre, le chronographe 1815 actuel, du fait de sa lunette plus fine et de son cadran plus aéré, semble beaucoup plus grand. Cependant, je pense que ce qu'il gagne du point de vue du confort de lecture et de l'aspect pratique avec la réserve de marche élargie est perdu du côté du caractère. Il faut bien l'avouer: à trop vouloir épurer, ce chronographe n'est pas loin d'engendrer l'ennui et je continue à nettement préférer la version initiale.


C'est dans ce contexte que Lange & Söhne vient de présenter l'édition boutique en or gris du chronographe 1815 lors de la dernière édition de Watches & Wonders. Et pour mon plus grand plaisir, l'approche esthétique et le style du premier chronographe refont leur grand retour... tout en profitant des apports de la version actuelle. En effet, le chronographe 1815 édition boutique se caractérise par son échelle pulsométrique et son rehaut incliné... tout comme la montre de 2004! Mais la subtilité est qu'il ne s'agit pas d'un clone et que cette édition boutique comporte suffisamment d'éléments distinctifs pour la reconnaître au premier coup d'oeil.


La différence immédiatement perceptible se situe au niveau des deux aiguilles principales qui sont dorénavant en or rhodié. Si elles contrastent moins avec le cadran en argent massif que les deux aiguilles en acier bleui du chronographe initial, elles apportent beaucoup de douceur et de raffinement. Mais l'élément qui contribue le plus selon moi à la réussite de cette édition boutique est l'utilisation d'inscriptions bleues sur toutes les zones du cadran: partie centrale, nom de la marque, compteurs, chiffres arabes, échelle pulsométrique périphérique, toutes ces zones sont décorées de ce bleu profond qui parfois semble très proche du noir et dans d'autres conditions de lumière tend vers le bleu clair. Ce bleu se mélange harmonieusement avec l'argent massif et ces multiples touches bleutées (soutenues par le bracelet bleu foncé se dégagent au final sans que la montre ne tombe dans le bleu absolu. Il n'y a donc aucun risque de lassitude.


Le cadran dans son ensemble apparaît plus équilibré que celui du premier chronographe 1815. Son ouverture est légèrement supérieure et le rehaut est également un soupçon moins large et moins incliné. La zone centrale profite donc d'un diamètre plus important permettant ainsi d'élargir légèrement la taille des sous-cadrans et améliorant ainsi la lecture des minutes du chronographe.

Si le cadran est très séduisant, que dire du mouvement L951.5? Certes, il est strictement identique à celui de la version catalogue actuelle mais c'est toujours un véritable régal pour les yeux. J'ai déjà beaucoup écrit sur les mouvements chronographe de Lange. Je ne vais donc revenir en détail sur les finitions techniques et décoratives irréprochables, sur le compteur des minutes instantané et sur la sensation de profondeur que le calibre procure. Tout ce que je souhaite rappeler est son comportement au quotidien qui donne beaucoup de plaisir à son utilisateur que ce soit lors du remontage ou lors de l'activation des poussoirs, y compris lors du retour en vol. La basse fréquence (2,5hz) est un rappel très agréable des mouvements chronographe traditionnels et la réserve de marche est maintenant portée à 60 heures. Le mouvement L951.5 se reconnaît facilement lorsqu'il est comparé au mouvement L951.0 du chronographe de 2004: son balancier est à masselottes alors que celui de la montre d'origine est à vis. Sinon, leurs attraits et charmes demeurent identiques.


Le test au porter s'est avéré en outre très concluant car très vite j'ai pu apprécier l'équilibre de la montre, les reflets des inscriptions bleus et le subtil soleillage des sous-cadrans. Le chronographe 1815 édition boutique possède une taille raisonnable, un style traditionnel mais rassemble suffisamment d'éléments dynamiques pour qu'il ne tombe pas dans un trop grand classicisme. Je le trouve d'ailleurs plutôt contemporain grâce au jeu de couleurs qu'il offre. Alors, même s'il n'est pas d'une très grande originalité car n'étant qu'une évolution du chronographe de 2004 (ce que le communiqué de presse élude complétement faisant démarrer son existence en 2010!), il est avant tout un magnifique chronographe de haut niveau animé par un mouvement qui est une référence de son segment.


Merci à l'équipe Lange & Söhne de la boutique de la rue de la Paix.

Les plus:
+ le retour du style du chronographe de 2004
+ la beauté et l'équilibre du cadran
+ le plaisir procuré par le mouvement L951.5
+ les finitions des éléments

Les moins:
- les aiguilles principales moins lisibles que les aiguilles bleuies

Aucun commentaire: