Breitling: Transocean Chronograph 1915

Il y a tout juste 100 ans, Gaston Breitling, profitant du passage de la montre de gousset à la montre-bracelet, eut l'idée de séparer les commandes du chronographe de celles de l'affichage du temps. Pour la première fois, un poussoir, qui enclenchait, arrêtait et remettait à zéro le chronographe, était séparé de la couronne et positionné à deux heures pour améliorer le confort d'utilisation. Le premier chronographe à poussoir indépendant était né. Breitling rend hommage cette année au brevet de Gaston Breitling avec la Transocean Chronograph 1915, commercialisée, comme il se doit, dans le cadre d'une série limitée de 1915 exemplaires.


La Transocean Chronograph 1915 est une montre inspirée par le passé mais également très contemporaine. C'est d'ailleurs ce va-et-vient constant qui en fait l'originalité et la singularité au sein de la collection de Breitling. Le style néo-rétro est immédiatement perceptible grâce au rendu des chiffres qui utilisent une matière luminescente d'une couleur patinée et à l'ancienne signature Breitling qui décore joliment le cadran au sommet de sa zone centrale. Le compteur des minutes du chronographe (identique à celui de la Transocean Chronograph Edition) contribue également à cette atmosphère avec une graduation qui souligne les 3 premiers intervalles de trois minutes. L'aspect bombé du cadran est dans ce contexte cohérent et la qualité de l'exécution est conforme aux standards de qualité de la marque. L'ensemble est soigné et irréprochable.


La paire d'aiguilles est relativement fine mais la lecture du temps est aisée grâce au contraste suffisant avec le cadran argenté. L'échelle périphérique du chronographe est parfaitement dessinée et d'une grande clarté. Elle est par conséquent facilement lisible même si l'écart de hauteur entre la trotteuse du chronographe et l'échelle est conséquente, entraînant une sorte d'effet de parallaxe, sans grande conséquence toutefois.

Le cadran m'a donc beaucoup plu grâce à sa simplicité, son efficacité et son charme légèrement suranné. Malheureusement, Breitling a succombé à un de ses pêchés mignons et n'a pu résister à la tentation d'y apposer un guichet de date que je trouve inutile voire même nuisible à l'harmonie du cadran. Cette édition limitée était pourtant l'occasion rêvée de retrouver un cadran vierge de tout guichet et c'est fort dommage. Le 6 tronqué n'est pas du plus bel effet et compte tenu du contexte de la sortie de cette montre, un cadran sans date n'aurait pas, selon moi, nui à sa performance commerciale.


Le boîtier en acier reprend le diamètre généreux de 43mm de la Transocean Chronograph Edition et propose une épaisseur relativement conséquente de 14,6mm. Je pense que Breitling avait tout à fait les moyens de proposer un boîtier plus petit et plus fin. La marque a préféré rester dans ses gabarits habituels et ce point-là est également décevant. Remarquons cependant que grâce au retrait de la masse oscillante, la montre est tout de même plus fine que la Transocean Chronograph Edition qui possède une épaisseur de 15,9mm.

En revanche, j'ai beaucoup aimé l'intégration du poussoir dans le boîtier. Il se situe dans le prolongement du protège-couronne assurant ainsi une continuité esthétique. Il est suffisamment proéminent pour que son utilisation soit aisée et confortable. Sa manipulation est agréable et c'est un excellent point à souligner.


L'hommage au brevet de Gaston Breitling exigeait l'utilisation d'un mouvement à remontage manuel et Breitling a veillé à conserver cette cohérence. Le mouvement qui équipe la Transocean Chronograph 1915 est le calibre de manufacture B14, certifié chronomètre,  qui est une déclinaison du calibre B01. Deux principales modifications le distinguent du mouvement d'origine:
  • la suppression du remontage automatique bien entendu,
  • l'intégration d'un système de double roue à colonnes sur deux étages qui sont actionnées par des commandes également sur deux niveaux.

La première modification se ressent en observant le mouvement à travers le fond transparent. Le calibre B14 n'est pas pour ces raisons d'une beauté irrésistible car conçu à la base pour être automatique. Par contre, il se dégage de ce mouvement une approche sérieuse et aboutie de sa conception et de sa réalisation. Je retrouve en toute logique les performances du calibre B01 avec une réserve de marche appréciable de plus de 70 heures pour une fréquence de 4hz. 

La seconde modification est perceptible à travers l'aspect de la roue à colonnes qui est différent de celui du mouvement B01. Mais c'est surtout à l'usage que cette modification apporte un véritable plus. Accompagnant le poussoir à deux heures, elle contribue au plaisir qu'il procure lors de manipulation.


Il n'en demeure pas moins que du point de vue esthétique, j'aurais préféré un fond de boîtier plein. Je comprends néanmoins la contrainte commerciale de Breitling et la visibilité du mouvement me semble dans cet objectif plus pertinente que le fameux guichet de date.

Comme de coutume avec Breitling, la taille importante du boîtier n'altère pas le confort au porter grâce à l'excellent bracelet en cuir et à la boucle ardillon qui positionnent bien la montre sur le poignet... à condition que sa taille supporte celle de la montre. La Transocean Chronograph 1915 respire la qualité et le sérieux et se révèle agréable à l'usage grâce aux performances du mouvement B14 et au déclenchement précis du poussoir.


La Transocean Chronograph 1915 m'a donc plutôt convaincu à la fois par sa démarche et par sa réalisation. Cependant, je regrette que Breitling ne soit pas allé au bout de la logique en retirant le guichet de date et en proposant un fond plein pour cacher les origines "automatiques" du mouvement à remontage manuel. C'est dommage car cette série limitée, également disponible avec un bracelet à maille milanaise, offrait une opportunité pour trancher de façon plus nette avec la collection permanente du catalogue.

Merci à l'équipe de la boutique Breitling de la rue de la Paix.

Les plus:
+ le sérieux de la réalisation
+ un développement du mouvement spécifique à ce modèle
+ la simplicité du cadran et la signature historique de Breitling
+ l'intégration du poussoir 
+ les performances du mouvement B14

Les moins:
- un guichet de date inutile
- un fond plein aurait été préférable
- l'épaisseur du boîtier

Commentaires