mardi 29 septembre 2015

De Grisogono: New Retro

Et si la De Grisogono New Retro était la plus belle montre de Baselworld 2015? Je ne suis pas loin de le penser en tout cas. Je suis totalement sous le charme de cette montre au style unique et dessinée de main de maître par Fawaz Gruosi. Une chose est certaine en tout cas: son nom a été choisi avec beaucoup de soin. La New Retro ne doit pas selon moi être comprise comme une nième déclinaison de la tendance Neo Retro que les marques nous proposent avec plus ou moins de succès depuis des années. Le Neo Retro, c'est une réinterprétation d'aujourd'hui d'un classique ou d'une approche stylistique du passé, en d'autres termes, une remise au goût du jour d'une recette qui a fait ses preuves. Et moins il y a de prises de risque, mieux c'est. La New Retro est basée sur un autre concept, presque opposé. Dans l'esprit, cette montre veut devenir une sorte de représentation idéale de ce que serait la montre "vintage" de l'avenir, c'est à dire la montre d'aujourd'hui observée dans plusieurs décennies. A ce titre je la considère comme une projection vers le futur et absolument pas comme une montre tournée vers le passé.


Car, j'ai beau l'observer et la manipuler, malgré son atmosphère très Art déco, elle me semble bien plus inspirée par le design industriel que l'on pourrait retrouver dans certaines calandres de voiture que par une tendance esthétique horlogère antérieure. C'est la tout le talent de Fawaz Gruosi: la New Retro est une montre résolument contemporaine et imprégné de l'univers de De Grisogono. Cet univers se manifeste à travers de nombreux détails:
  • le boîtier de forme, cette fois-ci un rectangle horizontal, que l'on a vu à de très nombreuses reprises comme avec l'Uno, la Meccanico DG ou l'Otturatore,
  • la couronne à 12 heures déjà utilisée dans le contexte de la FG One Jump Hour,
  • le cadran qui va à l'essentiel avec des chiffres prédominants et des aiguilles dauphine,
  • et bien entendu une taille imposante avec une largeur de 50mm, une hauteur de 44mm et une épaisseur de 12mm.
 

Il est intéressant d'analyser de plus près cette taille. A la lecture de ses dimensions, le gabarit de la montre apparaît  impressionnant, à la limite du portable. Et pourtant, la montre se porte sans difficulté et parvient même à dégager un sentiment de raffinement et de grande élégance. Plusieurs raisons expliquent cette sensation. La première est que la montre se déploie dans le sens horizontal, facilitant ainsi son confort au porter. La deuxième est la façon dont les godrons convergent vers le bracelet et qui allège considérablement l'esthétique de la montre. Les cornes, relativement courtes et incurvées apportent aussi leur contribution au confort et à la fluidité visuelle. Enfin, la dernière raison est peut-être celle qui est la plus fondamentale et qui explique en grande partie la réussite du design de la New Retro: c'est la forme du verre.


Le verre joue ici un double rôle: non seulement il donne une touche aérienne à la montre mais, grâce à sa forme qui se prolonge sur les côtés en initiant la carrure, il englobe littéralement le cadran et l'illumine. J'aime beaucoup cet effet de style qui plonge la New Retro dans une atmosphère très contemporaine qui m'évoque, d'une certaine façon, celle des téléphones portables et autres objets technologiques du quotidien.

Les chiffres du cadran se trouvent d'ailleurs près des bords comme pour mieux capter la lumière. Forme de la montre oblige, les 6 et 12 ont été retirés pour obtenir un rendu contraire à ce qui se pratique habituellement et accentuer l'impression de largeur de la montre. Le cadran est disponible en plusieurs teintes: noir, blanc cassé et vert vintage, la couleur assurément la plus intéressante et originale du lot.


Le parti-pris de Fawaz Gruosi fut d'épurer le cadran ce qui explique la prédominance des chiffres. La montre est en ce sens sans compromis car combien aurait été tenté de mettre la sempiternelle date qui gâche tout? La New Retro ne propose aucune complication, ni date, ni trotteuse et cette simplicité, qui tranche avec le design plutôt complexe du boîtier, est la bienvenue.  Seule entorse à cette règle: le blason de la marque au centre du cadran, peu discret mais conforme au style De Grisogono.


La New Retro est animée par le mouvement DG 10-01. Il s'agit en fait d'un calibre ETA2824 très joliment décoré avec une masse oscillante en or évidée et une finition noircie. L'effet visuel du cadran  est repris côté mouvement en utilisant un verre présent sur toute la largeur de la montre et qui se prolonge sur la carrure. Rarement un ETA2824 aura été aussi spectaculaire et dans ces conditions je m'en contente aisément. Car bien entendu, je peux regretter qu'une montre d'un tel prix (26.900 euros en or et 14.100 euros pour la version en acier PVD noir) utilise un mouvement de large diffusion sans exclusivité. Mais voilà: c'est un mouvement fiable avec une très bonne efficacité au remontage (bien meilleure que le 2892) et facilement réparable. Alors compte tenu de sa présentation très avantageuse, le choix de ce mouvement sans souci m'a semblé pertinent.


L'essentiel est ailleurs. Car la grande force de la New Retro est l'émotion qu'elle crée une fois mise au poignet. Il s'agit véritablement d'une montre de contrastes aimant jouer avec les oppositions. Elle est à la fois puissante, imposante mais aussi raffinée et élégante. Elle est également simple dans son affichage du temps et complexe dans la construction du boîtier. Elle est enfin très énergique et originale du fait de sa forme rectangulaire horizontale mais aussi douce compte tenu des courbures des verres. Le cocktail fonctionne incontestablement et dans ce contexte, la position de la couronne à douze heures est le détail qui parachève la réussite du design. Cette couronne assure la parfaite symétrie. Elle explique aussi la raison de l'utilisation d'un mouvement automatique. Dans mon esprit, un mouvement à remontage manuel aurait été parfait pour une montre habillée à deux aiguilles. Cependant, la position de la couronne rend sa manipulation plus délicate, ayant quelques difficultés à la tirer et à la faire tourner. Le mouvement automatique devient alors la solution la plus raisonnable et la plus adaptée.


La New Retro est donc pour moi la parfaite démonstration du talent de Fawaz Gruosi. Toutes les explications, les descriptions de cette montre semblent bien vaines car il suffit de la porter pour comprendre la force de son design et la créativité dont elle fait preuve. Je la considère tout simplement comme une des plus belles montres deux aiguilles du marché.


Merci à l'équipe de la boutique De Grisogono de Paris.

Les plus:
+ un design remarquable magnifié par la forme des verres
+ un affichage réduit à sa plus simple expression
+ le confort au porter grâce au bon maintien du bracelet
+ la présentation du mouvement: rarement un ETA2824 aura été aussi spectaculaire!

Les moins:
- la couronne plutôt difficile à manipuler
- le prix élevé... mais c'est la rançon d'une certaine exclusivité et la beauté n'a pas de prix! 

2 commentaires:

Renarddu25 a dit…

Si on m'avait dit un jour que je tomberais sous le charme dune montre de cette marque...dommage que le calibre soit à la base un ETA.

Anonyme a dit…

J'adore sincèrement cette montre, que je trouve belle et originale, mais 14.400€ (voire 26.900€) pour un 2824 même superbement fini... On est quand même face à un des pires rapports horlogerie/prix du moment.