dimanche 23 août 2015

Jaeger-LeCoultre: Master Calendar cadran météorite

La Master Calendar est un grand classique de Jaeger-LeCoultre, trouvant sa source d'inspiration dans la montre historique à calendrier de 1945. Etrangement, les montres à calendrier complet ne sont pas si fréquentes que cela dans l'offre actuelle des marques. Ces dernières ont en effet tendance à proposer des calendriers perpétuels ou annuels pour des raisons pratiques vis-à-vis de leurs clients et compte-tenu évidemment des prix de vente plus élevés. Heureusement, certaines manufactures traditionnelles comme JLC les conservent dans leurs catalogues. Cumulant l'affichage du jour de la semaine, du mois, du quantième et des phases de lune, la montre à calendrier complet ne gère en revanche aucun passage au mois suivant. Un réglage manuel est donc nécessaire dès que le mois qui s'écoule ne fait pas 31 jours ce qui après tout n'arrive que cinq fois par an. Rien d'insurmontable donc.


La Master Calendar est le prototype même de la montre d'aspect classique qui fleure bon la tradition. L'organisation de son cadran respecte les principes du genre avec les guichets du jour et du mois dans la partie supérieure et l'indicateur des phases de lune dans le sous-cadran inférieur. La Master Calendar fait partie des montres qui affichent le quantième par le biais d'une aiguille centrale à croissant de lune qui suit une graduation périphérique. J'aime beaucoup cette solution qui rend la lecture des quantième plus aisée que dans le cas où ils sont positionnés autour du sous-cadran des phases de lune. L'autre vertu est d'équilibrer le cadran.

Avec un diamètre de 39mm, la Master Calendar n'avait de toutes les façons pas besoin d'être véritablement rééquilibrée. Elle dégage le sentiment d'offrir des proportions harmonieuses avec une épaisseur contenue (10,6mm) et une taille cohérente avec son style. Car ce style est résolument classique et certains pourront même le trouver suranné voire poussiéreux. C'est dans ce contexte qu'interviennent les déclinaisons en or rose et en acier à cadran météorite proposées lors du SIHH 2015.


Comme cela arrive souvent, un détail change et la montre est transformée. Le cadran météorite est bien entendu plus qu'un détail et il propulse littéralement la Master Calendar là d'où il vient: dans les étoiles. JLC a découpé avec délicatesse un bloc de météorite trouvé en Suède et en provenance de la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter. Les fines plaques ainsi crées deviennent bien plus que des cadrans. Elles apportent une animation, jouent avec les affichages et les reflets de lumière. Les effets de contraste sont surprenants et changeants. Selon les conditions d'éclairage, les parties sombres deviennent lumineuses et réciproquement. La texte du cadran, irrégulière, est magnifique à observer et contrairement à ce que je pensais, ne nuit pas à la lisibilité des quantièmes. Elle donne de plus le sentiment au propriétaire de la montre d'être face à un cadran unique compte tenu des motifs particuliers. A la lumière du jour, la montre est ainsi en perpétuel mouvement faisant penser un peu à un comportement de cristaux liquides de taille et de forme différentes qui s'allument et s'éteignent. La Master Calender adopte en définitive un style plus contemporain alors que son contexte de départ est très traditionnel. 


L'emploi de ces plaques de météorite, qui est un joli clin d'oeil à l'affichage des phases de lune, est par conséquent une excellente idée et il est important de souligner que JLC le propose à la fois pour les montres en acier et en or rose. J'ai une préférence pour cette dernière version, l'or rose apportant sa chaleur et se mélangeant subtilement avec la texture du cadran. Mais la version en acier n'en demeure pas moins réussie. Elle est à la fois discrète du fait de ses couleurs neutres et très animée pour les raisons évoquées plus tôt. 

La couleur du croissant n'est pas la même entre les deux versions ce qui est un excellent point:


Dans tous les cas, le calibre automatique  866 de manufacture d'une fréquence de 4hz et d'une réserve de marche d'une quarantaine d'heures reprend du service. Sa présentation plutôt austère est heureusement rehaussée et égayée par les vis bleuies et la partie périphérique en or de la masse oscillante. Sa conception est récente puisqu'il remplaça le calibre 924 il y a deux ans. Je regrette donc que la réserve de marche n'ait pas été augmentée afin de correspondre aux standards d'aujourd'hui même si son efficacité du remontage automatique est incontestable.

Sous le soleil de Rome:


La Master Calendar à cadran météorite reste toutefois une montre passionnante qui trouve un parfait équilibre entre son  contexte classique et l'énergie provoquée par les reflets du cadran. Elle permet ainsi un regard nouveau sur cette catégorie de montres à calendrier complet et invite notre esprit à se promener dans les étoiles. Au bout du compte, la dimension poétique prend le pas sur les contraintes et obligations de notre vie moderne symbolisées par les affichages calendaires.


Les plus:
+ la beauté du cadran en météorite
+ l'affichage périphérique des quantièmes
+ la taille bien proportionnée
+ la disponibilité du cadran y compris sur la version en acier

Les moins:
- une réserve de marche un peu courte
- une présentation du mouvement plutôt austère

Aucun commentaire: