dimanche 22 février 2015

Christophe Claret: Aventicum

L'Aventicum n'est sûrement pas la montre la plus compliquée du point de vue mécanique de la part de Christophe Claret. Elle est en revanche une des plus ambitieuses du point de vue esthétique et une des plus originales compte tenu du thème qu'elle aborde. Elle incarne également l'implication personnelle de Christophe Claret auprès du musée de la ville d'Avenches qui fut 2000 ans plus tôt la capitale de l'Helvétie romaine. A travers cette montre et son thème central (au sens premier comme au sens figuré), il souhaite donner un coup de projecteur sur la richesse du patrimoine du musée archéologique romain afin que ce dernier puisse démarrer la construction d'un nouveau bâtiment.  Il ne s'agit pas d'une simple posture de la part de l'horloger français puisque son engagement vis-à-vis du musée s'est déjà exprimée à travers le financement du tournage d'un film en 3D détaillant les plus belles pièces de ce patrimoine qui malheureusement, faute de place, demeure pour une très grande partie inaccessible au public.


Une des pièces majeures du musée d'Avenches est le buste en or massif de Marc Aurèle. Une telle oeuvre, dans cet état de conservation, est en effet extrêmement rare puisque la plupart des bustes en métal précieux furent fondus ou transformés. L'idée est donc venue chez Christophe Claret d'utiliser toute la dimension symbolique de ce buste pour en faire une montre rendant hommage au musée et de façon plus large, au monde antique. Un tel thème est rarement abordé dans l'horlogerie et il fallait tout le talent d'un Christophe Claret pour éviter de tomber dans le kitch. Si l'Aventicum est une montre réussie, c'est bien parce qu'elle met en scène les différents éléments qui la composent et que l'affichage du temps a été adapté à son contexte.


Tout le principe de l'Aventicum a été de rendre le plus spectaculaire possible la représentation du buste. L'original étant impressionnant et majestueux, Christophe Claret ne pouvait pas se permettre un rendu visuel décevant. Je retrouve ainsi dans l'Aventicum deux idées que j'avais observées chez De Bethune et Greubel Forsey mais cette fois-ci combinées pour un résultat spectaculaire: le dégagement de la partie centrale du cadran grâce à un affichage périphérique des heures et minutes utilisant deux disques et l'utilisation d'un jeu de miroir agrandissant de façon significative la petite sculpture de moins de 3 millimètres de haut et renforçant son aspect tri-dimensionnel. 

Je dois avouer que je fus très surpris par l'efficacité du mirascope qui est une sorte d'effet d'optique qui donne le sentiment que le buste surgit du cadran. Cet effet est de plus accentué par la forme convexe de la partie centrale. Imaginez une sorte de présentoir qui élèverait le buste: selon l'inclinaison du poignet, les conditions de lumière, le buste devient plus ou moins présent jusqu'à même nous convaincre qu'il se trouve au-dessus du cadran! Dans ce contexte, la ligne géométrique continue qui dessine un labyrinthe allant du T d'Aventicum jusqu'au buste décore joliment la montre tout en préservant sa cohérence esthétique.


L'autre satisfaction est que la lisibilité du temps demeure tout à fait acceptable. Ce type d'affichage par le biais de disques sur lesquels sont apposés les marqueurs correspond visuellement parlant à celui à aiguilles où seules leurs extrémités auraient été conservées. Il est donc important que les marqueurs soient facilement détectables et surtout qu'ils se distinguent nettement l'un de l'autre. C'est bien le cas grâce à leurs formes différentes et leurs lettres qui rappellent leurs fonctions. La difficulté en revanche est la puissance du mouvement qui est requise car la taille des deux disques périphériques fait que l'énergie nécessaire est plus importante qu'avec une paire d'aiguilles traditionnelles. C'est la raison pour laquelle le choix s'est porté sur des disques en fibre de carbone pour limiter cette consommation d'énergie. De plus, ils apportent une touche  contemporaine et étrangement, ils ne dénaturent pas l'ambiance antique de l'Aventicum.


Le double barillet du mouvement automatique, visible à travers le fond transparent, a de fait plus vocation à donner de la puissance et du couple qu'à véritablement augmenter la réserve de marche qui n'en demeure pas moins très acceptable avec une durée de 3 jours. Au-delà de ses performances, son intérêt est de rajouter une dimension ludique à la montre. La course de chars de Ben-Hur est en effet de retour! La masse oscillante possède un secteur de masse en saphir permettant ainsi par un procédé de métallisation haute définition de le décorer avec cinq chars  qui possèdent leurs propres numéros. En faisant tourner la masse, les paris peuvent être pris pour savoir lequel des cinq s'arrêtera devant la petite flèche de "Marc Aurèle": un clin d'oeil évidemment aux montres ludiques de Christophe Claret comme la Poker ou la Blackjack!


L'Aventicum est définitivement une montre intrigante une fois mise au poignet. La forme convexe, la décoration autour du buste et la faculté de ce dernier a plus ou moins se détacher sont autant d'éléments surprenants. Cependant, j'ai trouvé qu'un équilibre était trouvé  et la montre n'apparaît nullement comme un étrange ovni. L'atmosphère qui s'en dégage est cependant inhabituelle, comme si nous plongions dans une sorte de monde antique contemporain. C'est bien d'ailleurs cette atmosphère qui constitue le principal intérêt de l'Aventicum qui ne possède pas sinon de complication horlogère particulière. Attention cependant à son gabarit! Si le diamètre, rendu nécessaire par la construction du cadran, est imposant (44mm) mais tolérable, en revanche la forme du verre et l'épaisseur maximum (18,49mm) peuvent apparaître comme plus problématique. Mais ne serions-nous pas prêts à accepter cette contrainte pour profiter du buste d'un empereur romain dans toute sa splendeur? En tout cas, la maxime latine présente sur le fond du boîtier "Perfice omnia facta vitae quasi haec postrema essent" (qui pourrait se traduire par "Accomplis chaque acte de ta vie comme s'il devait être le dernier") m'a causé beaucoup moins d'interrogation car je la considère comme une très belle philosophie de vie!

L'Aventicum est disponible en deux versions: or rose et titane (68 exemplaires) et or gris et titane (38 exemplaires).

Les plus:
+ l'atmosphère particulière qui se dégage
+ l'impressionnant rendu visuel du buste
+ la lisibilité tout à fait correcte compte tenu du contexte
+ la dimension ludique et les performances du mouvement

Les moins:
- l'épaisseur maximum de la montre
- l'absence d'indicateur de marche côté cadran lui donnant un côté un peu inerte

Aucun commentaire: