lundi 23 février 2015

Breva: Génie 03

De prime abord, la Génie 03 semble être la montre la plus simple de Breva. Après tout, sa "complication" originale consiste en l'intégration d'un anémomètre que le propriétaire de la montre peut activer grâce à un poussoir. Certes, cette intégration n'est pas aisée mais les difficultés techniques inhérentes aux fonctions des Génie 01 et 02 qui dérivent de la mesure de la pression de l'air apparaissent comme plus ardues. Il serait cependant beaucoup trop réducteur de considérer la Génie 03 comme une Breva simplifiée. Tout d'abord parce qu'elle conserve ce qui fait la force de la marque, à savoir le jeu et l'interaction avec un élément naturel. Ensuite parce qu'elle utilise le premier mouvement entièrement développé en interne. Enfin, parce qu'elle recèle quelques surprises qui démontrent que la marque de Vincent Dupontreué gagne en maturité.


La force de la Génie 03 est également sa faiblesse. En incorporant l'anémomètre dans le boîtier, Breva réussit un joli tour de force car un tel instrument nécessite une certaine taille et des coupelles efficaces et opérationnelles. Lorsqu'il demeure logé dans son emplacement, il décore joliment la partie droite de la montre et ne dépasse quasiment pas du boîtier. L'inconvénient est qu'il réduit significativement la place dédiée à l'affichage du temps et à d'autres fonctions. La contrainte pour Breva fut donc de rassembler le maximum d'information sur le côté gauche de la montre ce qui peut s'avérer gênant pour les personnes qui portent la montre sur le poignet gauche.


Du point de vue fonctionnel, la mission est accomplie puisque la Génie 03 propose sur cette moitié de cadran, un sous-cadran dédié à l'affichage du temps avec une seconde centrale, un balancier apparent et un astucieux indicateur de réserve de marche. Malgré la concentration des informations, l'ensemble demeure lisible et surtout très animé! En sus du parcours de la trotteuse et des oscillations du balancier, se distingue le comportement de la roue d'échappement. Le sous-cadran surélevé met au premier plan les heures et les minutes qui deviennent facilement accessibles même en l'absence d'une graduation des minutes. Au-delà des animations, cette partie de la montre propose de jolis effets de profondeur et de relief qui contribuent à la réussite esthétique de l'ensemble. L'autre élément intéressant est la lecture directe grâce au ressort du barillet de la réserve de marche ce qui permet également de profiter de l'observation de l'impact du remontage à la couronne du mouvement.


La partie droite de la montre est donc dédiée au fameux anémomètre. Une fois dévissé, le poussoir à deux heures permet de l'activer en le faisant sortir de son emplacement. L'épaisseur de la montre passe alors à 23,5mm contre 17,5mm lorsqu'il est rangé. Le principe de l'anémomètre est simple: il mesure la vitesse du vent et l'affiche de façon instantanée lorsqu'elle est stabilisée. Grâce à cet instrument, la personne qui porte la Génie 03 peut lire directement sur la graduation sa vitesse de déplacement si elle est en mouvement ou tout simplement la vitesse du vent si elle est immobile. La plage de lecture est comprise entre 20 et 200 kilomètres à l'heure. Une fois la vitesse mesurée, une pression sur l'anémomètre permet de le ranger sans oublier pour des raisons de sécurité et pour éviter toute ouverture intempestive, de visser le poussoir.


L'arrière de la montre suit les courbes du cadran et propose un convertisseur des km/h en mph pour réconcilier le monde anglo-saxon avec le reste de la planète. Mais le plat de résistance est évidemment le micro-rotor qui symbolise au moins deux premières pour Breva. En effet, le mouvement BRE03.001 qui équipe la Génie 03 est non seulement le premier mouvement automatique utilisé par la marque mais également le premier intégralement développé en interne. Je rappelle que les précédents avaient été conçus avec Chronode, la société de Jean-François Mojon. Ce mouvement d'une fréquence de 4hz et d'une réserve de marche de 60 heures  recèle un potentiel très intéressant du fait de son architecture (balancier côté cadran, emplacement disponible pour des complications complémentaires) et de son efficacité au remontage qui peut être jugée grâce à l'indicateur de réserve de marche. Je suis par conséquent à peu près certain que je le retrouverai dans d'autres contextes. Breva possède dorénavant son mouvement de base exclusif. C'est une excellente nouvelle pour le développement de la marque.


La Génie 03 se démarque de ses deux devancières par son style plus sportif accentué par la présence de l'anémomètre. Ses dimensions sont cohérentes avec l'ensemble de la gamme de Breva et je retrouve ainsi le diamètre du boîtier en titane de 44,70mm. Seule l'épaisseur est légèrement supérieure du fait de la présence de l'instrument additionnel mais la différence n'est pas significative par rapport aux autres montres de la collection. Si le confort au porter est toujours au rendez-vous (à condition d'avoir le poignet à la taille adaptée), je suis moins séduit, comme sur la Génie 02, par les pièces de bout qui ont tendance, selon moi, à alourdir esthétiquement la montre. De plus, si le sous-cadran de l'affichage du temps n'est pas plus petit que sur les deux autres Génie, l'omniprésence de l'anémomètre réduit la perception de sa taille. La Génie 03 est ainsi plutôt déroutante au poignet  mais c'est ce qui fait son intérêt. Malgré son indication de l'heure classique, elle donne vraiment l'impression d'être une drôle de machine et c'est tout de même un sentiment très agréable à condition d'adhérer au concept.


Malgré ses imperfections, la Génie 03 apporte une nouvelle preuve du potentiel de Breva car elle introduit le mouvement de base qui constituera dans le futur un atout significatif pour la marque.

Les plus:
+ le premier mouvement entièrement développé en interne à micro-rotor
+ les animations de la partie gauche du cadran
+ l'indicateur de réserve de marche à lecture directe
+ l'anémomètre peut sembler anecdotique mais il offre une interaction avec un élément naturel

Les moins:
- l'anémomètre a tendance à écraser le cadran de sa présence
- les pièces de bout alourdissent l'esthétique de l'ensemble

Aucun commentaire: