Audemars Piguet: Millenary Quadriennium

L'année 2015 sera incontestablement placée sous le signe de la Millenary pour Audemars Piguet. Si le SIHH 2015 s'est distingué par la présentation d'une collection de Millenary à remontage manuel à l'attention des femmes, les hommes ne furent pas oubliés grâce à la Quadriennium dévoilée quelques semaines plus tôt à Watches & Wonders.

Grâce à Audemars Piguet, je progresse en latin! Quadriennium signifie une période de 4 ans ce qui apporte une explication sur la spécificité du calendrier proposé par cette Millenary. Il s'agit en fait d'un calendrier bissextile que les amateurs de Breitling connaissent bien et qui nécessite un réglage une fois tous les 4 ans lors des années bissextiles. En effet, si le calendrier annuel nécessite un ajustement à la fin février de chaque année, si le calendrier perpétuel évite toute manipulation sauf dans des cas très précis (comme les années divisibles par 100 mais pas par 400 qui ne sont pas bissextiles), le calendrier bissextile gère le passage de février à mars de chaque année... sauf lors de l'année bissextile. Bien évidemment, pour les puristes, un calendrier bissextile ne peut être considéré au même niveau qu'un calendrier perpétuel. Cependant, je lui rends tout de même le mérite de permettre de découvrir une nouvelle complication dans le contexte de la ligne Millenary.


Sans surprise, la montre présente l'organisation habituelle des Millenary à organe réglant visible côté cadran. Le balancier et son pont vertical sont situés à gauche tandis que la partie droite est dédiée à l'affichage des fonctions. Le sous-cadran de la trotteuse ainsi que le balancier mordent sur le cadran principal ce qui renforce la similitude visuelle avec la Millenary Répétition Minutes. La montre est de fait extrêmement animée puisque les oscillations du balancier sont accompagnés par le mouvement de la roue d'échappement visible sous le pont et par le déplacement de la trotteuse.

Cette partie gauche de la montre est pour moi la plus réussie: le pont du balancier est majestueux tout en restant esthétiquement léger, l'incabloc est plutôt discret et les oscillations du balancier proposent un spectacle hypnotisant. Il est à ce stade important d'indiquer que la Millenary Quadriennium utilise l'échappement Audemars Piguet à double spiral fonctionnant sans lubrification et dont l'objectif est d'obtenir une meilleure régularité de marche. Le double spiral a pour but de compenser les écarts de comportement, un peu comme pourrait le faire un Tourbillon dans un autre contexte.


La partie droite m'a moins convaincu. Je retrouve la présentation habituelle du cadran Millenary avec l'axe des aiguilles décentré. Les chiffres romains sont ainsi plus grands à gauche qu'à droite. Ce qui donne du dynamisme à la Millenary 4101 apporte en revanche un peu de confusion dans le cas précis de la Millenary Quadriennium. Le problème en définitive est le rassemblement sur une zone relativement réduite des guichets des jours et des mois ainsi que de l'affichage par aiguille des quantièmes. Je touche ici le paradoxe de la montre. Pour une montre calendrier, quelle qu'elle soit, l'affichage le plus important doit être celui des quantièmes car tout le mécanisme est fait pour les indiquer avec justesse. Or l'affichage avec aiguille, même rouge, rend la lecture de ces quantièmes plus compliquée. Malgré tout, lorsqu'elle est observée dans son ensemble, il se dégage de la Millenary le sentiment d'être face à un design convaincant et original, supporté par une exécution de qualité comme le prouvent le cadran en émail  et les finitions irréprochables. C'est plus sur la dimension purement pratique que se situe le point faible de la montre.


L'organe réglant étant situé côté cadran, le mouvement côté ponts est évidemment plus statique ce qui n'empêche pas d'apprécier la singularité de son architecture et la décoration soignée. Les deux rochets mettent en évidence la présence d'un double barillet qui se devine côté cadran. Il confère à la montre une réserve de marche d'une semaine (pour une fréquence de 3hz) ce qui est une excellente nouvelle pour une montre calendrier à remontage manuel. J'apprécie également la forme du cliquet et  le contraste entre les lignes droites créées par les côtes de Genève et les éléments mobiles circulaires.

La Millenary Quadriennium est une montre qui impose sa présence au poignet. Plus encore que sa taille (47x42mm) similaire à celle de la 4101 ou de la répétition minutes, c'est sa forme qui lui donne l'impression d'avoir un gabarit imposant. Cependant, la taille demeure bien équilibrée et rien ne dépasse, les cornes étant très incurvées. La montre se porte ainsi sans souci étant bien positionnée sur le poignet. Du fait de son cadran très décentré, elle est en revanche bien plus indiquée pour ceux qui portent la montre sur le poignet gauche. 


J'ai donc au final un avis mitigé sur cette nouvelle Millenary. Ses forces sont évidentes: son style, son design, ses finitions, son animation côté cadran constituent des atouts considérables. En revanche, la lisibilité plutôt délicate des quantièmes vient gâcher un peu le plaisir surtout dans le contexte d'une montre calendrier.

Merci à l'équipe Audemars Piguet pour son accueil pendant le SIHH 2015.

Les plus:
+ un design réussi et très proche de celui de la Répétition Minutes
+ la qualité des finitions
+ le spectacle offert par le balancier
+ la longue réserve de marche (7 jours)

Les moins:
- la lisibilité du cadran et notamment des quantièmes
- la Millenary est-elle le contexte approprié pour une montre calendrier?

Commentaires