MATWATCHES: AG7 California

Dernière le nom de code AG7 se cache la ligne des montres habillées de MATWATCHES. Mais n'ayez crainte! Tout l'esprit de la marque est préservé et c'est bel et bien dans un contexte militaire qu'elles puisent leur inspiration. Les AG7, aujourd'hui au nombre de trois (Acier, Furtive et California), peuvent en effet être considérées comme des montres d'état-major qui allient une certaine idée de l'élégance avec les caractéristiques de l'ensemble de la collection: lisibilité, luminescence, robustesse, étanchéité, manipulation aisée. Et malgré cette évolution vers plus de raffinement, le style propre à MATWATCHES demeure aisément reconnaissable.


Ma préférée est sans aucun doute la California qui tire son nom de son cadran particulier. L'intérêt des cadrans de ce type, qui mélangent chiffres arabes et romains, est qu'ils permettent de faire très facilement le tri entre designs réussis ou ratés. Ils ont tendance à amplifier les qualités et les défauts des montres qui les utilisent. Une montre au design hasardeux affublée d'un cadran California devient ridicule. En revanche, si elle se révèle être aboutie, un tel cadran peut lui donner beaucoup de charme et renforcer son pouvoir d'attraction. C'est ce que j'ai ressenti en découvrant l'AG7 California.

La principale raison qui explique ce sentiment est l'harmonie entre le cadran et le boîtier. Ils semblent faits l'un pour l'autre. Le boîtier en acier d'un diamètre de 39mm suit scrupuleusement un des éléments esthétiques de MATWATCHES: la lunette ronde posée sur une carrure de forme tonneau. Cet élément contribue au caractère de la montre et lui évite, dans ce contexte plus formel, de tomber dans la traditionnelle montre ronde lisse et sage. La couronne surdimensionnée, au-delà de son aspect pratique, raccroche l'AG7 à son environnement militaire. Sa taille est d'ailleurs cohérente avec celles des chiffres et des aiguilles. Le décrochage au niveau des cornes et la présence des pièces de bouts qui créent le lien entre le bracelet et le boîtier sont également des rappels stylistiques de la marque qui donnent à l'AG7 un soupçon d'originalité tout en l'ancrant dans la collection grâce à un air de famille incontestable.


Dans ce contexte, le cadran ne pouvait pas jouer une partition différente. Il respecte lui aussi plusieurs principes de MATWATCHES comme la présence de 4 chiffres uniquement et l'alternance entre les index bâton épais et les larges points. Ce qui surprend le plus à l'observation du cadran est la taille de ses composants. Les chiffres et index semblent très imposants et ont tendance à manger une grande partie de la surface disponible. Une telle option est-elle vraiment appropriée pour une montre de 39mm de diamètre? En fait, j'ai trouvé plusieurs vertus à un tel choix. Tout d'abord, ces larges chiffres et index augmentent le diamètre perçu de la montre. Ensuite, ils renforcent l'inspiration militaire. Enfin, ils donnent l'occasion de profiter d'une très jolie finition mise en valeur par des fins liserés délicatement en relief autour du Superluminova. Les aiguilles, chiffres et index sont ainsi en harmonie car partageant la même approche. J'ai beaucoup aimé ce surdimensionnement car tout en restant dans les limites du raisonnable, il apporte beaucoup d'énergie et de peps à la montre.


Fabrice Pougez, le créateur de MATWATCHES a également souhaité conférer à la montre une atmosphère vintage. Tel est le but de la minuterie périphérique qui rappelle les pièces d'il y a quelques décennies tout comme l'indication "automatique" rouge qui agrémente joliment le cadran avec une petite touche de couleur discrète et bienvenue. Au bout du compte, le cadran dans son ensemble propose un bel équilibre qui n'était pourtant pas facile à atteindre. 

L'AG7 California, comme de coutume avec les montres automatiques à 3 aiguilles de MATWATCHES, est équipée du mouvement ETA2824-2 d'une fréquence de 4hz et d'une réserve de marche de 42 heures. Il colle parfaitement à l'esprit de la montre: fiable et sans histoire, répandu et donc facilement réparable, il en est son parfait compagnon. Je me suis posé la question de la pertinence de l'utilisation d'un mouvement à remontage manuel. A la réflexion, compte tenu de la couronne visée, l'option automatique me semble être la meilleure. Elle l'est également du point de vue commercial. On a beau tourner le problème dans tous les sens, dans ce segment, les montres automatiques trouvent plus facilement preneur que les montres à remontage manuel. Après tout, peut-être que MATWATCHES réserve un mouvement de ce type pour la montre de gala qui accompagnera la tenue d'apparat?


L'AG7 California dégage une présence au poignet bien plus forte que sa taille ne le laisse supposer. Quel que soit le bracelet utilisé (la montre est livrée avec un barenia marron, un bracelet en toile et un en caoutchouc), le confort est au rendez-vous. Grâce à son caractère, son cadran, son épaisseur parfaitement dosée (11,5mm) et la forme du boîtier, elle demeure finalement bien dans la lignée des autres montres de la marque, pourtant bien plus grandes. Mélangeant astucieusement des atmosphères militaire et vintage d'un côté et du raffinement et du punch de l'autre, l'AG7 California peut être considérée comme une évolution stylistique réussie et un élargissement convaincant de la gamme de la jeune marque de Fabrice Pougez.
 
Merci à Fabrice Pougez pour son accueil pendant le Salon Belles Montres 2014.

Les plus:
+ le design et la réalisation du cadran
+ le caractère du boîtier
+ le mouvement simple et fiable
+ le confort au porté quelque soit le bracelet utilisé

Les moins:
- le cadran manque un peu de respiration, le logo aurait peut-être mérité d'être plus petit

Commentaires