dimanche 2 novembre 2014

RJ-Romain Jerome: Batman-DNA

Mauvaise nouvelle pour les méchants qui sévissent à Gotham City: Batman ne risque plus d'arriver en retard puisqu'il possède enfin sa propre montre. Et comme il est un super-héro stylé, il n'a pas manqué d'accorder les formes du boîtier à celui de sa Batmobile. Il peut donc remercier RJ-Romain Jerome qui présenta cette montre il y a quelques jours pour célébrer le 75ième anniversaire de sa première apparition en bandes dessinées chez DC Comics.


Il est inutile de faire durer le suspense inutilement: du point de vue strictement horloger, la Batman-DNA n'apporte pas grand chose puisque RJ-Romain Jerome utilise une recette bien connue et maîtrisée. En effet, la montre est animée par le mouvement automatique RJ001-A qui n'est autre que le Valjoux 7750 auquel ont été retirées la date et la fonction chronographe. Le mouvement est ainsi fiable et facilement réparable ce qui est le minimum attendu pour du matériel de super-héro. Les performances sont dans ce contexte similaire au calibre d'origine à savoir une réserve de marche de 42 heures pour une fréquence de 4hz. L'intérêt de la montre réside ailleurs, dans l'atmosphère qu'elle dégage.


Tout d'abord, il faut rendre hommage à Manuel Emch qui n'hésite pas à explorer des univers décalés et bien plus contemporains que ceux qui sont habituellement abordés par les marques horlogères: la science-fiction, les jeux vidéo, les tatouages, l'art contemporain et donc la bande dessinée. Tout ce qui contribue à la définition de notre culture des dernières décennies ne semble pas échapper à son oeil aiguisé. Je ne fus donc guère surpris de découvrir la Batman-DNA qui rentre dans la collection des "Generational Icons".

Je considère cette montre comme une réussite dans son genre car elle parvient à recréer l'atmosphère dans laquelle évolue le personnage. Cela ne veut pas dire que je l'aime: elle se situe aux antipodes de mes goûts personnels  et j'ai du mal à lui trouver une dimension véritablement intemporelle qui pourrait me séduire. Elle est finalement furtive comme le personnage auquel elle rend hommage mais elle n'est pas là non plus pour être portée au bal de l'ambassadeur.


Les points forts de la Batman-DNA se situent au niveau de la lunette et du cadran. Le boîtier en acier PVD noir d'un diamètre de 46mm est en effet agrémenté d'une lunette facettée du même matériau, polie et satinée. Elle donne un aspect très géométrique à la montre qui rappelle le rendu anguleux du super-héros et de sa Batmobile. Elle renforce par la même occasion l'effet de volume. J'espère que ce PVD est suffisamment résistant car les angles de la lunette pourraient présenter des points de vulnérabilité du traitement en cas de choc.

Le cadran est constitué d'une applique Batman en laque noire sur une gravure à effet "graphite" dont le Superluminova d'apparence noire émet une couleur bleue lorsqu'il devient luminescent. C'est dans cette configuration visuelle que la Batman-DNA devient la plus intéressante. L'applique se détache plus nettement du fond et  le mélange noir&bleu fonctionne agréablement. De plus, les extrémités des aiguilles prennent la même teinte que la gravure car utilisant le même Superluminova. 


La carrure, pourtant identique à celle des boîtiers standards 46mm de RJ-Romain Jerome s'intègre particulièrement bien dans le style général de la montre car y apportant une touche Steampunk. Le fond du boîtier est plein ce qui permet de profiter d'une représentation d'un médaillon Batman, assurément la meilleure solution à adopter. Compte tenu du mouvement et de sa taille, le fond transparent était à proscrire.

Grâce à sa dominante sombre, la taille perçue de Batman-DNA est plus petite qu'elle n'est véritablement même si le gabarit demeure imposant. Le diamètre est cependant bien à propos: difficile d'imaginer la montre de Batman avec des dimensions contenues. Puissante et obscure, elle est véritablement en cohérence avec le super-héro tout comme le bracelet croco corné noir.


En toute logique, la Batman-DNA est commercialisée dans le cadre d'un série limitée de 75 exemplaires. Il faudra donc trouver 75 clients suffisamment admiratifs de la chauve-souris humaine pour débourser la coquette somme de 14.950 euros, un tarif que je trouve personnellement très élevé par rapport au véritable contenu horloger de la montre. Heureusement pour RJ-Romain Jerome, la Batman-DNA n'est pas dénuée d'atouts et sait intelligemment mettre en scène les références au personnage. Et tout comme Batman, c'est dans le noir qu'elle devient plus séduisante. Le mimétisme est poussé à son comble ce qui est une bonne nouvelle dans la perspective du succès commercial d'un tel modèle de niche.


Merci aux équipes de RJ-Romain Jerome et de Colette.

Les plus:
+ la cohérence avec l'univers du personnage
+ la luminescence bleue
+ le bracelet corné

Les moins:
- le prix élevé
- Mais qui seront les 75 clients sachant que le Joker et le Pingouin n'en feront pas partie?

Aucun commentaire: