mercredi 12 novembre 2014

Ma sélection du SalonQP 2014

Fort d'un plateau extrêmement fourni faisant la part belle aux marques indépendantes, le SalonQP réserva cette année de nombreuses surprises grâce notamment à plusieurs montres dévoilées en avant-première. Je vous propose de faire un rapide tour d'horizon sachant que je reviendrai en détail sur certaines de ces pièces.

Je fus ravi de rencontrer les frères Grönefeld dans les couloirs du Salon ce qui me permit de mettre une nouvelle fois le Tourbillon Parallax au poignet, tout fraîchement auréolé  de son prix au GPHG:


Stepan Sarpaneva présenta à travers sa deuxième marque, S.U.F, une réédition (en deux versions) de la Paroni:


Emmanuel Bouchet dévoila sa première montre sous sa propre marque, la Complication One. Une pièce qui décoiffe car donnant à l'échappement une importance qui va bien au-delà de son rôle habituel. Un de mes coups de coeur du Salon.


En marge du Salon, chez Timothy Everest, Urwerk nous fit découvrir les deux dernières déclinaisons de l'UR-110 en partenariat avec le célèbre couturier. Les East Wood apportent une dimension nouvelle à Urwerk grâce à l'utilisation de matériaux que l'on imaginait pas dans l'univers de la marque de Martin Frei et de Felix Baumgartner.


Akrivia leva le voile sur ce prototype à heures sautantes dont la présentation finale se fera en janvier:


Arnold & Son présenta sa gamme complète dans laquelle se trouve la toute récente HMS1:


Je ne pouvais pas manquer l'opportunité de mettre au poignet une nouvelle fois la HM6, une montre qui m'a particulièrement séduit par son audace et ses rappels des Machines précédentes.


De nouveau Stepan Sarpaneva mais cette fois-ci avec sa marque éponyme. La Moonphase se décline dans le boîtier de 46mm pour un résultat étonnant:


Andreas Strehler est un des horlogers les plus doués et il le prouve une nouvelle fois avec la  Sauterelle à Lune Perpetuelle:


Ce n'est certes pas une nouveauté mais comment ne pas être sous le charme de l'étonnante et magique Deep Space de Vianney Halter?


Le bleu du cadran de cette Kari Voutilainen GMT est magnifique. Chaque déclinaison de ses montres fait mouche.


Ce n'est pas là non plus une nouveauté mais la JJJ de Marc Jenni demeure une montre très séduisante par son ingéniosité:


Cette pièce unique de la Décalogue de Konstantin Chaykin donna l'occasion d'explorer une nouvelle dimension décorative: 


Le QP "black" de Moser  à cadran fumé est étonnant et dépoussière l'approche trop souvent classique de ce type de montre:


Ce fut un véritable plaisir que de mettre au poignet le chronographe LUC 1963 de Chopard dans son édition limitée "Purists". L'absence de date, le cadran noir, les touches de rouge lui donnent beaucoup de charme.


Une des stars du Salon fut incontestablement la Metamorphosis II de Montblanc. Quelle animation dans le processus de transformation du cadran!


La H1 "Velvet Gun" est une déclinaison fort réussie de la H1 de HYT:


Armin Strom profita du Salon pour présenter sa toute nouvelle collection, les Skeleton Pure:


Seul Nomos pouvait oser une montre habillée avec un cadran jaune canari! La Lux voit en même temps sa taille réduite: 


La Beater est le dernier opus de Schofield animé par un mouvement NOS (ETA 2724R) et qui existe en trois déclinaisons.


Autre marque anglaise, Pinion aborde les complications avec le chronographe Revival 1964 animé par le Valjoux 7734.


Un ovni... La Hoptroff Montre Atomique n°16!


Virage à 180 degrés compte tenu de la montre précédente... Alexandre Meerson propose une gamme de montres simples et raffinées utilisant des mouvements Vaucher:


La Surya de Frédéric Jouvenot met en valeur l'originalité de son affichage:


Ludovic Ballouard  proposa une version noire et blanche de son Half Time:


L'affichage de l'heure à la demande vous tente? Bonhoff est une réussite esthétique et explore une nouvelle façon de lire le temps.


La Sopwith Aviator de Valour est une très grande montre (54mm!) inspirée par les avions militaires:


La Wright Flyer est peut-être la montre Bremont la plus ambitieuse:


Toujours plus d'audace et d'excès et pourtant... la recette fonctionne! La Harry Winston Histoire de Tourbillon 5 est selon moi la plus réussie de la collection:


Le spécialiste de la mosaïque, Sicis, était un des exposants à voir lors du Salon. La collection Memento Mori m'a particulièrement plu:


Cette sélection large et éclectique est finalement à l'image du Salon dont le plateau est aujourd'hui un des plus complets et originaux pour ce type d'événements en Europe.

Aucun commentaire: