Zenith: Pilot Type 20 Extra Special

La voici donc la fameuse montre de la polémique, celle qui symbolise pour les fans de Zenith l'abandon d'un principe fondamental de la marque dans son histoire récente: l'utilisation exclusive de mouvements maison. Force est de constater que lors de sa présentation à Bâle cette année, la Pilot Type 20 Extra Special a fait couler beaucoup d'encre. Comment Zenith, une des rares véritables manufactures suisses contemporaines, peut-elle se fourvoyer en utilisant des mouvements Sellita pour une de ces nouveautés?

J'ai sciemment attendu plusieurs mois avant d'écrire sur cette montre, sûrement pour éviter les réactions à chaud et de tomber à bras raccourcis sur cette pièce qui au bout du compte n'aurait pas mérité un tel traitement. Car lorsque je l'analyse avec du recul, je me rends compte qu'elle n'est pas dénuée de qualités. 


Zenith a bâti depuis quelques années une collection de montres de pilotes inspirées par son histoire et dont le point de départ fut la Type 20 Aéronef qui utilise le mouvement 5011. Cette pièce d'un diamètre de 57,5mm a posé les jalons d'une approche stylistique qui allait par la suite se retrouver dans plusieurs modèles aux tailles et aux complications différentes. La plus simple dans cette collection, avant la sortie de l'Extra Special, était la Pilot Automatique d'un diamètre de 40mm avec une petite seconde à 9 heures. Cette montre, fort sympathique au demeurant, est perçue comme trop petite compte tenu du design propre à la collection: lunette relativement épaisse, couronne oignon, chiffres luminescents, cadran noir. Incontestablement,  une fois mise au poignet, sa taille ressentie semble inférieure aux 40mm annoncés. Le rôle de l'Extra Special est triple:
  • elle complète la collection  en proposant un diamètre de boîtier plus cohérent de 45mm, ni trop grand (les GMT sont par exemple à 48mm), ni trop petit,
  • elle possède une trotteuse centrale ce qui est une excellent idée pour une montre d'inspiration "pilote",
  • et surtout, son tarif reste contenu dans un segment très concurrentiel.
 

L'utilisation du mouvement Sellita SW300 prend alors son sens du point de vue industriel tout du moins. Il permet à Zenith de limiter ses coûts  et de libérer de la capacité de production afin de la dédier plus spécifiquement sur des mouvements à plus forte valeur ajoutée, ceux sur base El Primero. Il ne faut pas oublier non plus que Zenith fournit des mouvements à d'autres marques du pôle horloger de LVMH comme Hublot (la Spirit of Big Bang est équipée d'un El Primero). La réorganisation de la capacité de production répond-elle à une pure stratégie de marque ou à une logique de groupe? Je ne sais pas répondre à une telle question mais après tout, le plus important est la perception que nous avons de la montre et pas les raisons plus ou moins obscures qui ont conduit à certains choix.

Dans l'absolu, la Type 20 Extra Special est une montre réussie du point de vue esthétique. Son diamètre lui confère un sentiment d'équilibre. Le cadran respire suffisamment tout en évitant de ressembler à une assiette. Les chiffres en Superluminova sont exécutés avec soin et la petite étoile Zenith agrémente joliment l'ensemble. La trotteuse centrale anime la montre tandis que les deux aiguilles principales et la couronne oignon forgent son caractère.


Le mouvement objet de tant de commentaires est caché par un fond plein ce qui est une excellente décision. Non pas qu'il y ait une gêne à le montrer mais avec un diamètre de 25,6mm, il aurait été perdu dans le fond du boîtier et le résultat n'aurait pas été plaisant à voir. De ce point de vue, l'Elite n'aurait pas fait mieux d'ailleurs. Et puis, le fond plein donne l'opportunité de profiter de la décoration très réussie, une gravure des instruments d'aviation Zenith.

Fonctionnant de façon fiable et ayant une bonne efficacité au remontage, le Sellita SW300 n'est pas critiquable du point de vue fonctionnel. C'est la raison pour laquelle la montre dans son ensemble est convaincante et attirante pour tous ceux qui souhaitent profiter d'une Type 20 de Zenith tout en restant dans des prix raisonnables. Mais l'horlogerie est avant tout une histoire de passion et la déception des fans est compréhensible. Il est toujours difficile pour une marque de conquérir de nouveaux clients ou marchés sans décevoir ceux qui forment le coeur de la clientèle. Le problème dans ce cas précis est que la concession, pour ne pas parler d'abandon, touche ce qui fait le socle, la base d'une manufacture horlogère: son mouvement. La logique industrielle est compréhensible mais justement, elle l'est peut-être un peu trop.


Car dans le contexte du marché d'aujourd'hui, les clients aimeraient ressentir plus d'efforts de la part des marques vers le pur contenu horloger et une meilleure adéquation entre la qualité perçue et les prix alors qu'ils perçoivent avant tout les actions menées pour préserver les marges. La Zenith Type 20 Extra Special est ainsi considérée comme un symbole de ces choix industriels ce qui est finalement peut-être injuste et trop lourd à porter pour une montre qui remplit son objectif sans rougir. 

Les plus:
+ le diamètre de 45mm très équilibré dans le contexte de la collection Type 20
+ la finition du cadran
+ la décoration du fond plein
+ la trotteuse centrale

Les moins:
- la provenance extérieure du mouvement donne forcément une image négative à la montre dans le contexte d'une manufacture prestigieuse

Commentaires

Anonyme a dit…
Le coeur a ses raisons que la raison ignore... Malgré toutes les qualités objectives de la montre et du mouvement Sellita, cette Pilot Extra Special est une très grosse erreur de casting. De quoi relativiser quelque peu l'image de “wonder boy" de Jean-Frédéric Dufour.
Anonyme a dit…
J'aime beaucoup cette ligne chez Zenith et comme souligné dans ta revue, la taille est parfaite. La montre serait parfaite avec un calibre manuel du genre Unitas à seconde centrale.
Merci pour ta revue F.X.
Doug