Montblanc: Meisterstück Heritage Calendrier Perpétuel

L'événement pour Montblanc lors du SIHH 2014 était la présentation de la toute nouvelle collection Meisterstück Heritage qui incarne une orientation stratégique importante pour la marque. Le choix du nom de cette collection n'est pas anodin: le terme Meisterstück fait évidemment référence à la célèbre ligne de stylos et il rappelle que Montblanc compte bien jouer sur tous les tableaux pour développer son chiffre d'affaires. Instruments d'écriture, horlogerie, maroquinerie, ces trois piliers de l'activité de Montblanc devront d'ici quelques années contribuer à parts égales aux revenus de la société. L'objectif est d'être en mesure d'équiper le segment de clientèle visé par toute une gamme de produits qui se complètent: en rentrant dans une boutique Montblanc, le client doit pouvoir accéder à l'intégralité de l'univers de la marque, chaque pilier favorisant le développement des deux autres. Dans ce contexte, l'impulsion dynamique du pôle horloger joue un rôle clé car sa part dans le chiffre d'affaires, situé autour de 25% aujourd'hui, va croître.


La collection Meisterstück Heritage va devenir le principal vecteur de cette ambition. Elle se distingue par une approche stylistique élégante et épurée, par des mouvements simples et efficaces et par des prix mesurés. Plus raffinée que la collection Star, plus consensuelle que la collection Rieussec, plus classique que la collection TimeWalker, plus abordable que la collection Villeret, la nouvelle collection vise une clientèle à la recherche de montres discrètes et très classiques, moins marquées par des éléments de style Montblanc comme peuvent l'être les montres Star, le tout à des prix raisonnables.

La Meisterstück Heritage Calendrier Perpétuel en est peut-être sa représentante la plus symbolique compte tenu du prestige de sa complication et de ses prix extrêmement compétitifs: 10.000 euros dans sa version acier et 16.900 euros dans sa version en or rose. Cependant, l'attractivité des prix a peu d'intérêt si le produit n'est pas séduisant. C'est la raison pour laquelle Montblanc a travaillé avec soin certains détails de cette montre.


Le boîtier d'un diamètre de 39mm est simple et confortable grâce à la forme très incurvée des cornes. Sa lunette fine conduit à une large ouverture de cadran si bien que la montre a une taille perçue supérieure. Même si la taille demeure raisonnable, la diamètre propre du module calendrier perpétuel donne l'impression que les différents sous-cadrans sont proches du centre. Les designers ont donc travaillé pour réduire cet effet visuel peu agréable en allongeant les index et en insérant le douze romain, une constante et un signe distinctif de la collection, au sommet du cadran. Le cadran argenté à motif ensoleillé, légèrement bombé, apporte grâce à ses reflets du dynamisme et de l'animation ce qui pallie le manque d'un indicateur de marche comme une trotteuse. L'organisation du cadran est on ne peut plus traditionnelle avec les mois et les années dans le sous-cadran supérieur, les jours et les quantièmes dans les deux sous-cadrans intermédiaires et les phases de lune dans le sous-cadran inférieur. La lecture des informations est tout à fait acceptable, la finesse des aiguilles empêche de cacher trop d'informations du cadran. J'apprécie que Montblanc ait conservé les mêmes index et aiguilles plaqués or quelque soit le boîtier. Dans la version en acier, ces index et aiguilles apportent de la chaleur à une montre qui aurait été trop austère sinon.


Le fond du boîtier est équipé d'un verre saphir qui permet d'observer le calibre de base. Il s'agit d'un calibre Sellita SW300 qui anime le module calendrier perpétuel en provenance de chez Dubois Dépraz. Ce clone de l'ETA 2892-A2 est réputé pour sa fiabilité et propose des performances habituelles (une fréquence de 4 hz et une réserve de marche de 42 heures). Sa finition est propre mais sommaire. Je pense que Montblanc aurait peut-être dû mettre plus en valeur la masse oscillante pour améliorer la qualité perçue ou carrément faire le choix du fond plein. Il est vrai que commercialement parlant le fait de rendre le mouvement visible est un plus. 


La Meisterstück Heritage Calendrier Perpétuel est une montre qui se porte avec confort grâce à son bon positionnement sur le poignet. Les proportions du boîtier sont idéales pour une montre habillée et le rapport diamètre sur épaisseur (10,27mm) est très équilibré. Elle possède un certain charme qui provient en grande partie de son style discret et légèrement suranné. Cependant, il est inutile de lui trouver une quelconque once d'originalité: elle n'en a pas. Ce n'est pas son propos. Son rôle est de proposer cette complication habituellement réservée à des montres plus onéreuses dans un contexte simple et sans faute de goût. Les amateurs d'audace et de prises de risque passeront leur chemin mais d'un autre côté, le grand classicisme qu'elle dégage lui assure une dimension intemporelle. Cette Meisterstück Heritage Calendrier Perpétuel, à l'image de l'ensemble de la collection, a donc les moyens d'atteindre son objectif en jouant la carte de la discrétion: même le nom de la marque, positionné en bas du cadran semble suivre le même principe.


Merci à l'équipe de Montblanc pour son accueil pendant le SIHH.

Les plus:
+ une finition de cadran soignée
+ les éléments plaqués or disponibles pour la version acier
+ une complication Calendrier Perpétuel disponible à un prix de 10.000 euros
+ une esthétique intemporelle

Les moins:
- la taille du module rend les sous-cadrans trop proche du centre
- la finition sommaire du calibre de base: un fond plein aurait été plus adapté

Commentaires

Renarddu25 a dit…
On peut saluer l'effort de sortir un QP Suisse MADE à moins de 10000 euros mais ça reste du selita... Dommage.