Jaeger-Lecoultre: Master Grande Tradition à Quantième Perpétuel 8 Jours SQ

Jaeger-Lecoultre est assurément la marque qui pousse le plus loin le concept de manufacture intégrée en réunissant sous un même toit 180 métiers différents dédiés à la création et à la production de l'intégralité de sa collection. L'éventail des prix de Jaeger-Lecoultre étant extrêmement large, les objectifs assignés aux pièces d'exception qui mettent le plus à contribution les talents des horlogers, artisans et artistes de la manufacture sont multiples. Au-delà de leur contribution au développement du chiffre d'affaires de la marque, elles témoignent du respect et de la poursuite de l'histoire de la Grande Maison et constituent également une démonstration de savoir-faire technique et artistique qui rejaillit sur l'ensemble de la collection.


La Master Grande Tradition à Quantième Perpétuel 8 Jours SQ (squelette) s'inscrit dans cette démarche: inspirée par une montre de poche à Grande Complication datant de 1928, elle met en valeur le travail de quatre métiers d'art (le squelettage, la gravure, le guillochage et l'émaillage) dans un contexte horloger maîtrisé et abouti. Le risque avec ce genre de montre est de devenir une accumulation d'effets de style au détriment de la cohérence d'ensemble. Mais Jaeger-Lecoultre a su éviter l'écueil, la beauté de la montre de poche d'origine étant un précieux guide.

A vrai dire, je suis toujours un peu inquiet lorsqu'une marque présente une montre à quantième perpétuel squelette: j'ai l'impression que la complication n'est pas faite pour subir un tel traitement esthétique et décoratif de son mouvement. Le quantième perpétuel nécessite un affichage multiple sur le cadran et le squelettage peut nuire à la lisibilité. Une des plus belles réussites de cette Master Grande Tradition QP SQ est la préservation de cette lisibilité. En la découvrant, je fus séduit par son charme et immédiatement par ce subtil mélange entre complexité et parfaite accessibilité des informations: la montre permet de profiter du travail du squelettage côté cadran sans nuire à son aspect pratique. Si je mets à part l'affichage de l'année, plus discret, toutes les autres indications ressortent nettement.


Le sommet du cadran est réservé aux affichages "pratiques": la réserve de marche et l'indicateur jour&nuit. Le mouvement qui équipe la Master Grande Tradition QP SQ étant à remontage manuel, il est important d'avoir une réserve de marche suffisamment longue afin d'éviter de devoir régler la montre dès qu'elle est posée pour quelques jours même si le réglage est ici facilité. La réserve de marche est de 8 jours grâce à deux barillets ce qui est une très bonne performance car les dimensions du mouvement et donc de la montre demeurent très raisonnables (un boîtier de 42mm de diamètre pour une épaisseur de 11,6mm). Compte tenu de la longueur de la réserve de marche, cet affichage est extrêmement précieux. A sa droite se trouve l'indicateur jour&nuit, lui aussi extrêmement utile pour le réglage de la montre afin d'être sûr d'utiliser les ajustements rapides des fonctions calendaires dans la plage de la journée adéquate.


Le sous-cadran situé à gauche combine l'indication des jours avec celle des phases de lune, celui de droite affiche les quantièmes, le tout par le biais d'aiguilles bleuies. Les mois sont présentés d'une manière similaire au niveau du sous-cadran inférieur, seule finalement l'année est retranscrite de façon digitale et presque invisible au bas du cadran grâce à deux disques concentriques. Pour des raisons esthétiques, les deux premiers chiffres de l'année (le "20" fixe) que l'on retrouve sur les montres à affichage complet de l'année ont été retirés.  Nous retrouvons donc sans surprise l'organisation du calibre 876 qui fut dévoilé il y a une dizaine d'année et qui fut l'objet déjà d'un traitement squelette  à travers la Master 8 jours QP SQ. Mais, malgré une rigueur dans l'exécution et un soin apporté aux détails similaires, l'ambiance qui se dégage de la Master Grande Tradition QP SQ est très différente de celle de sa devancière. La Master 8 jours QP SQ proposait finalement de réinventer le QP à travers une approche très contemporaine de la présentation du squelettage et  très masculine du fait de l'épaisseur de la lunette et de la forme du boîtier.

Partant d'un mouvement similaire et donc d'une architecture identique, les équipes de Jaeger-Lecoultre sont arrivées grâce à un style de finition faisant appel à des techniques décoratives traditionnelles à élaborer un contexte beaucoup plus classique et fidèle à la montre de poche d'origine. Une fois le mouvement squeletté, chaque composant est retravaillé individuellement en étant étiré, anglé, poli et gravé. C'est cette gravure, à la fois raffinée et très présente côté cadran qui magnifie le mouvement et qui le modifie visuellement par rapport à celui de la Master 8 jours QP SQ. Compte tenu de la finesse de certains composants, cette gravure ressemble à de la dentelle qui dessine côté cadran une sorte de toile qui relie les affichages. 


En fait, l'explication de la structure du mouvement squeletté se trouve à l'arrière de la montre: le motif ainsi esquissé par les ponts et la structure est celui d'un planisphère qui souligne le caractère universel (et intemporel!) d'une telle montre à quantième perpétuel. Le balancier est une sorte de pôle, un point de départ pour des lignes semblables à des latitudes et des longitudes. Le résultat est un régal pour les yeux et finalement très original car rarement un mouvement offre une telle présentation. La finition est au niveau de celle du côté cadran, parfaite sans être excessive ou trop démonstrative. L'autre atout de la structure est de cacher les éléments qui ont tendance à gâcher le spectacle offert par le squelettage comme les barillets. Mon seul léger regret est lié à la taille du balancier que je trouve un peu petit dans ce contexte, semblant presque écrasé par la structure qui l'entoure. Mais il est évident qu'avec une fréquence de 4hz et une réserve de marche de 8 jours, Jaeger-Lecoultre n'allait pas proposer un diamètre de balancier important car l'objectif principal demeurait l'utilisation des mouvements 876 et 876SQ dans des boîtiers de taille raisonnable. 


Les composants du mouvement ne sont pas les seuls éléments de la Master Grande Tradition QP SQ à faire l'objet d'une technique décorative sophistiquée: les pourtours du cadran et du mouvement en or gris  sont guillochés avant d'être recouvert d'un émail bleu translucide d'une rare finesse, du plus bel effet et qui joue en plus le rôle du support aux index. Ce n'est évidemment pas la première fois que Jaeger-Lecoultre met en scène cet émail champlevé puisque la Grande Reverso Ultra-Thin Squelette introduite il y a deux ans utilisa la même technique. Je le trouve encore plus impressionnant dans le contexte de la Master Grande Tradition QP SQ car selon moi, il se marie mieux avec le rendu du squelettage de cette montre, moins baroque que celui de la Reverso. De plus, la Reverso présente une gamme chromatique plus large du fait de la couleur de certains éléments mobiles du mouvement alors que la Master Grande Tradition QP SQ reste dans deux teintes majeures: le bleu et le gris... y compris pour le balancier. Seuls les rubis décorent ici et là sobrement le squelettage comme de discrètes étoiles sur le planisphère. 

La  beauté de cette montre s'explique en grande partie par cette maîtrise des couleurs qui apporte un équilibre face à la complexité du squelettage. L'émail translucide périphérique  et les aiguilles bleuies créent un ensemble harmonieux qui se détache du cadran. La montre apparaît donc comme étant très raffinée, nullement ostentatoire. Paradoxalement, elle semble presque simple au premier coup d'oeil car les sous-cadrans se remarquent en premier. L'enchevêtrement du mouvement apparaît ensuite ce qui rend son observation encore plus jouissive.


La Master Grande Tradition QP SQ est aussi un modèle d'équilibre. Son boîtier en or gris possède la taille adéquate car la présence de l'émail réduit l'ouverture du cadran sans que le design semble massif. En effet, la lunette en elle-même reste fine alors que son épaisseur pouvait visuellement gêner sur la Master 8 jours QP SQ. Ainsi, tout en étant d'un diamètre légèrement supérieur à celui de cette dernière, la Master Grande Tradition QP SQ apparaît comme étant presque plus petite.

J'ai donc pris beaucoup de plaisir à la mettre au poignet. Elle procure le sentiment d'être en face d'une montre d'un grand raffinement et dont le porté au quotidien ne posera aucun souci. Elle est conçu à cet effet et c'est tout l'intérêt d'une montre à quantième perpétuel: c'est sur la longueur du temps qu'elle s'apprécie. Esthétiquement, elle fait le même effet que sa complication: à chaque observation, elle dévoile un détail qui nous a précédemment échappé. Elle diffuse un charme continu et croissant et ne joue pas sur la séduction immédiate.


Je considère donc cette Master Grande Tradition QP SQ comme une des plus belles réussites de Jaeger-Lecoultre de ces dernières années. Elle n'apporte rien de nouveau du point de vue mécanique car mettant en scène le mouvement 876SQ. En revanche, elle arrive à atteindre un point d'équilibre parfait entre contenu technique et approche artistique, entre complexité et raffinement. A ce titre, elle est un superbe porte-drapeau des métiers de la Manufacture.

Merci à l'équipe Jaeger-Lecoultre pour son accueil pendant le SIHH 2014.

Les plus:
+ une montre dont la beauté est rehaussée par l'émail translucide périphérique
+ les performances du mouvement 876SQ qui combine le plaisir du remontage manuel avec une longue réserve de marche
+ la qualité des finitions
+ la lisibilité irréprochable 
+ la maîtrise des couleurs et le raffinement dont la montre fait preuve

Les moins:
- l'absence d'un indicateur de marche comme une trotteuse côté cadran
- la taille du balancier

Commentaires

Vinz a dit…
Bien classe cette montre ! Je préfère ne pas connaître le prix...