Lange & Söhne: Grande Lange 1 Phases de Lune

Lorsque Lange présenta il y a deux ans la nouvelle version de la Grande Lange 1, il était évident pour tous les observateurs que cette montre allait faire l'objet par la suite d'une évolution intégrant l'affichage des phases de lune. Il faut avouer que cette complication occupe une place spéciale chez Lange depuis la fameuse 1815 Emil Lange et sa redoutable précision (une déviation d'un jour toutes les 1.058 années). La Manufacture saxonne développa même  plusieurs systèmes différents (celui de l'Emil Lange, celui de la Lange 1 Phases de Lune, celui de la Cabaret Phases de Lune) qui se retrouvèrent au fil du temps dans plusieurs montres de la collection y compris dans les pièces les plus compliquées comme le Datograph Perpetual ou la Lange 1 Tourbillon à quantième perpétuel.Une des plus célèbres séries limitées fut le set Luna Mundi qui mit en valeur cette énigmatique complication à travers deux montres, une par hémisphère, basées sur la Grande Lange 1 antérieure et qui se distinguaient par la représentation de leurs constellations de référence sur leurs cadrans (Grande Ourse et Croix du Sud).

3 générations de Lange One à phases de lune (la Lange 1 Phases de Lune, la Grande Lange 1 Phases de Lune et la Luna Mundi Hémisphère Sud):


Lange & Söhne se trouvait cependant face à une difficulté. Cette future Grande Lange 1 Phases de Lune était tellement attendue qu'elle aurait risqué d'être perçue comme banale si son interprétation avait été identique à celle de la Lange 1 "classique" comportant la même complication. Il fallait impérativement trouver un moyen de surprendre afin de donner un côté excitant à cette montre. Car telle est la dure loi des collectionneurs: ils rêvent que les marques répondent à leurs attentes mais ils veulent être surpris en même temps. Toute l'astuce pour Lange & Söhne a consisté à proposer un nouvel affichage tout en s'appuyant sur les forces de la montre de base.


Très brièvement, la Grande Lange 1 "nouvelle génération", dévoilée lors du SIHH 2012 possède les caractéristiques suivantes:
  • un nouveau mouvement, plus large et plus fin, le L095.1, à barillet unique mais qui conserve la même réserve de marche de 72 heures,
  • un style élancé compte tenu du ratio élevé entre diamètre (41mm) et épaisseur,
  • la préservation de la pureté du design du cadran de la Lange 1 alors que les sous-cadrans se chevauchaient avec la Grande Lange 1 antérieure,
  • la grande date agrandie par rapport à celle de la Lange 1 afin de respecter l'harmonie des proportions.
Ces caractéristiques se retrouvent évidemment dans la version à phases de lune qui vient d'être présentée au cours du pré-SIHH de décembre 2013.  Mais, au lieu de placer comme de coutume l'affichage de la complication dans le sous-cadran de la trotteuse, Lange & Söhne prit la décision de le déplacer dans la zone dédiée à l'indication de l'heure. Ce changement a une vertu: le disque de la lune est élargi ce qui permet de proposer une décoration plus spectaculaire. Il est ainsi parsemé de plus de 300 étoiles de diverses tailles donnant l'impression qu'une galaxie entière s'y est déposée. Je retrouve dans ce contexte toute la beauté du disque de la 1815 Rattrapante Quantième Perpétuel qui m'avait impressionné notamment grâce à son affichage des phases de lune.


Ce changement de position a un autre impact: il change l'équilibre du cadran. Alors qu'avec une Lange 1, notre regard a plutôt tendance à être attiré par le côté droit et l'axe vertical grande date - phases de lune, sur la Grande Lange 1, c'est le côté gauche qui domine sensiblement du fait de la présence imposante du disque de la lune. Une autre différence d'importance existe avec la Lange 1 Phases de Lune: les aiguilles luminescentes sont remplacées par des aiguilles classiques. Je vois deux raisons derrière ce choix. La première consiste à renforcer le caractère élégant de la montre. La deuxième vise à créer un écart esthétique plus important entre ces deux montres afin que l'une  ressemble moins à une version élargie de l'autre.

En revanche, un principe fondamental demeure: la course continue de l'affichage des phases de lune grâce au lien avec la roue des heures. Lange & Söhne ne joue donc pas uniquement sur la précision du mécanisme (une déviation d'un jour après 122,6 années se rencontre régulièrement) mais aussi sur celle de l'affichage ce qui est beaucoup plus rare. En cas de besoin, les phases de lune se règlent grâce à un poussoir  correcteur situé entre 7 et 8 heures tandis que le poussoir à 10 heures est dédié, comme d'habitude, au réglage de la grande date.


J'apprécie beaucoup la finition du cadran, le contour de la grande date, les chiffres appliqués et évidemment la magie du disque de la lune et de ses étoiles. Mon seul regret est la taille de la zone située sous le disque: j'ai tendance à la trouver un peu vide et je pense qu'elle manque d'un petit détail qui aurait pu casser son uniformité.

Le mouvement qui anime la Grande Lange 1 Phases de Lune est le L095.3 d'une fréquence de 3hz et d'une réserve de marche de 72 heures. Sa présentation, ses finitions sont en tout point conformes avec celles du L095.1. C'est un mouvement que je trouve esthétiquement réussi grâce à son imposante platine 3/4 qui permet d'apprécier la travail décoratif et la finition sans reproche. Cependant, les amateurs de mouvements plus ouverts peuvent être frustrés par le fait que la platine recouvre l'essentiel des parties mobiles. Heureusement, l'organe régulant et le pont du balancier gravé animent joliment la vue de l'arrière de la montre. Il s'agit donc d'un style caractéristique de celui de Lange & Söhne qu'il faut aimer pour apprécier pleinement le soin et la rigueur dans la réalisation.


Les 41mm de diamètre du boîtier ne m'ont guère posé de souci. Mon poignet s'accommode fort bien des 38,5mm de la Lange 1 mais j'aime tout autant cette taille élargie qui permet de profiter de l'agrandissement des différentes zones du cadran: grande date, trotteuse, sous-cadran de l'heure et évidemment disque de la lune. La force de cette montre demeure son élégance et son style fluide et élancé. Malgré l'ajout de la complication, l'épaisseur demeure inférieure à 10mm (9,5mm) même si cela représente une augmentation de 0,7mm par rapport à la Grande Lange 1 sans phases de lune. Que ce soit en or or jaune, en or rose ou bien sûr en platine, la Grande Lange 1 Phases de Lune est une montre plutôt lourde qui nécessite un bon maintien sur le poignet. L'effort est récompensé par le spectacle merveilleux proposé par le disque de la lune. Sa rotation lente et imperceptible ne pose pas de problème: dans n'importe quelle position, il offre un régal visuel avec les étoiles ou la lune.


Sans aucun doute, Lange & Söhne a réussi son objectif en donnant à l'affichage des phases de lune le premier rôle! Il ne faudrait cependant pas oublier que cette nouveauté reprend les caractéristiques et les qualités de la Grande Lange 1 présentée il y a deux ans ce qui en fait une montre élégante et équilibrée, d'une grande qualité d'exécution. Je regrette malgré tout l'absence d'une version en or gris. Je rêve secrètement qu'elle puisse un jour être présentée avec le même cadran noir que la montre sans phases de lune: le résultat pourrait être encore plus envoûtant!


Merci à l'équipe Lange pour sa parfaite organisation du pré-SIHH à Dresde et à Glashütte.

Les plus:
+ le plaisir de retrouver les caractéristiques convaincantes de la Grande Lange 1
+ le nouvel emplacement de l'affichage des phases de lune qui apporte une touche d'originalité
+ la beauté du disque de la lune et des étoiles
+ la course continue du disque
+ la qualité d'exécution de l'ensemble

Les moins:
- la zone située sous l'affichage des phases de lune me semble un peu vide
- pas de version en or gris à cadran noir... j'espère qu'elle sortira un jour!

Une hésitation:
+/-: ce que l'utilisation d'aiguilles classique apporte en matière d'élégance est perdu du côté du caractère.

Commentaires