lundi 25 novembre 2013

F.P. Journe: Tourbillon Historique

Il fallait une sacrée dose de courage, peut-être même d'inconscience, à François-Paul Journe pour s'attaquer à une montre en série limitée dont le but était de célébrer le 30ième anniversaire de sa toute première création. L'exercice de la montre commémorative est déjà délicat en soi. Mais quand l'objet de l'hommage en question est chargé de symboles comme peut l'être la montre de poche à tourbillon qui nécessita plus de 5 années d'un dur labeur et d'un rare investissement personnel, la tâche semblait presque insurmontable.

La montre de poche d'origine:


Car la montre de poche à tourbillon, c'est bien plus qu'une première montre pour François-Paul Journe. Elle est non seulement l'expression et la mise en pratique de ses propres idées mais elle incarne également sa passion, son admiration pour les grands noms de l'horlogerie comme Ferdinand Berthoud, Abraham-Louis Breguet ou Antide Janvier qui l'ont tant influencé en oeuvrant dans l'atelier de restauration de son oncle. Elle est le fruit d'un travail mené jour et nuit, avec patience et détermination. Elle est la démonstration de son talent et la preuve de sa volonté. Il ne faut pas oublier que François-Paul Journe fait partie des très rares horlogers contemporains qui ont su créer et développer des marques d'envergure portant leurs propres noms. Avec une production annuelle autour de 800/900 pièces, la manufacture F.P. Journe possède aujourd'hui une place privilégiée au sein du segment de la haute horlogerie. 


François-Paul Journe n'avait donc pas le droit à l'erreur: la nouvelle montre anniversaire se devait de laisser une empreinte significative au sein de la production contemporaine pour ne pas rendre décevante cette célébration d'anniversaire et être à la hauteur de l'événement.  La mission est totalement accomplie: je considère le Tourbillon Historique comme une montre qui fera date dans l'histoire de la Manufacture. François-Paul Journe a su relever le défi en imaginant une montre qui respecte de façon très fidèle la pièce d'origine tout en possédant son identité, sa personnalité.


La réussite de la  transition entre montre de poche et montre-bracelet était le principal enjeu du Tourbillon Historique. Malgré un contexte différent, une taille évidemment bien plus contenue, il arrive cependant à conserver un très grand nombre de similitudes avec sa devancière. Je distingue 3 éléments clé qui témoignent de ce respect de l'esprit de la montre d'origine:
  • la présentation du cadran
  • le boîtier bicolore à double fond
  • l'architecture du mouvement
Le cadran du Tourbillon Historique est une merveille de simplicité et d'élégance. Réalisé en argent grené avec des chiffres et des graduations gravés et remplis, il se distingue par sa grande trotteuse qui coupe la zone de l'affichage de l'heure. L'hommage à la grande horlogerie classique se manifeste à travers la cohabitation entre les chiffres romains dédiés aux heures et les chiffres arabes des secondes, les aiguilles Breguet et  le chemin de fer de la minuterie. Les deux vis bleuies situées de chaque côté de la minuterie pousse le mimétisme  avec le cadran de la montre de poche à son paroxysme. Et tout comme sur cette dernière, la minuterie principale s'allège, n'existant plus que par ses index lorsqu'elle se trouve dans la zone dédiée à la trotteuse.


En revanche, il existe une différence fondamentale: les inscriptions à droite sur le cadran ne sont pas les mêmes. Elles mesurent le chemin parcouru par François-Paul Journe. En fait, c'est toute sa vie professionnelle qui est résumée dans ce changement. En 30 ans, il est passé du statut d'un artisan travaillant dans l'atelier de la rue Verneuil "à Paris" comme indiqué sur la montre de poche à celui de  patron d'une manufacture d'envergure dont le slogan "Invenit et Fecit", tel qu'écrit sur le cadran du Tourbillon Historique est connu des collectionneurs du monde entier. Ces quelques mots qui changent symbolisent une trajectoire professionnelle d'exception.


Le boîtier du Tourbillon Historique est d'un très grand équilibre avec des proportions harmonieuses (40mm de diamètre pour une épaisseur de 10mm). Il est réalisé avec les matériaux d'origine en combinant un corps principal en argent avec des lunettes en or rose. Le double fond et les carrures en argent sont guillochés en reprenant des motifs similaires à ceux de la montre de poche. Je dois avouer que j'étais plutôt circonspect quant à l'utilisation d'un boîtier bicolore même si elle s'expliquait pour des raisons évidentes de fidélité à la pièce d'origine. Je fus très agréablement surpris. Grâce au guillochage de l'argent, le contraste entre les deux matériaux se réduit et l'or rose diffuse ses reflets chaleureux sur l'ensemble du boîtier. Le rendu du boîtier  est à la fois très classique dans son interprétation mais finalement aussi très original car cette combinaison de matériaux ne se voit pas dans la production horlogère contemporaine. Il y a 30 ans, l'emploi de l'argent avait été principalement guidé par un souci d'économie. La montre actuelle en profite esthétiquement  aujourd'hui!


Le double-fond s'ouvre et se ferme sans difficulté. La conception  de ce double fond est extrêmement aboutie car la charnière se distingue à peine et l'épaisseur de la montre est peu impactée. Pour le reste, je retrouve la forme habituelle des cornes des boîtiers Journe: grâce à leur forme incurvée, la montre se positionne idéalement sur le poignet ce qui améliore le confort au porté.

Le mouvement de la montre de poche:


Le clou du spectacle se trouve évidemment derrière le double-fond. Comme dans une boîte à secret, le mouvement se dévoile au fur et à mesure que le couvercle se lève. La récompense est à la hauteur de ce petit effort: le calibre 1412, spécialement développé dans le contexte de cette série limitée est tout simplement magique. Il ne faut cependant pas s'attendre à découvrir un mouvement conforme à ce que proposent les marques de haute horlogerie de nos jours avec des finitions démonstratives et des  présentations complexes. C'est tout l'intérêt du mouvement du Tourbillon Historique: grâce à sa fidélité à celui de la montre de poche, elle-même imprégnée de l'influence des grands maîtres du XVIIIième siècle, il possède un charme unique.


Le calibre 1412, à remontage manuel, est réalisé en laiton grené et doré. Sa présentation, d'une apparente simplicité, met en valeur ses principales caractéristiques: le Tourbillon, les deux barillets en parallèle et les vis bleuies. Le Tourbillon, qui effectue une rotation complète en 60 secondes, est maintenu par un superbe pont dont les deux extrémités accueillent des vis d'une taille rarement vue. La roue d'échappement à 15 dents est visible en-dessous tandis que le balancier à 4 masselottes (que j'aurais aimé voir plus grand) oscille avec une fréquence de 3hz. Compte tenu des contraintes liées à une montre-bracelet, soumises à des déplacements plus brusques et fréquents qu'une montre de poche, l'échappement à détente de la montre d'origine a été remplacé par un échappement à ancre latérale. C'est ici la principale modification technique par rapport à la montre d'origine sans oublier la suppression des vis du balancier qui change son apparence.


Les deux barillets en parallèle occupent une grande partie de la zone supérieure. Leurs ponts sont également majestueux avec des extrémités qui contrastent avec la dominante dorée. Malgré la présence de ces deux barillets, la réserve de marche reste limitée à 56 heures. François-Paul Journe a privilégié une meilleure stabilité du comportement  au détriment de l'allongement de la réserve de marche ce qui est une excellente nouvelle.

Les vis bleuies interpellent au premier coup d'oeil. Au-delà de leur rôle habituel de fixation, elles contribuent grandement à la réussite esthétique du mouvement. Elles cassent l'uniformité chromatique et mettent en valeur les ponts. Le calibre 1412 arbore des vis d'au moins trois tailles différentes et ce sont évidemment les 5 vis les plus larges qui suscitent la plus grande surprise. Comme chaque détail qui peut sembler inhabituel dans le Tourbillon Historique, elles matérialisent la volonté permanente de respecter les caractéristiques de la montre de poche. Ces vis ont une histoire singulière. Lorsque François-Paul Journe construisit la pièce d'origine, un des 5 pas de vis fut trop élargi. Afin de respecter une certaine harmonie esthétique, il prit la décision d'élargir les 4 autres! C'est la raison pour laquelle la montre de poche possède des vis d'une telle largeur. Le Tourbillon Historique pousse donc le mimétisme jusqu'à dupliquer "les imperfections" de la première montre.


J'aime beaucoup ce mouvement. Il est d'une intrigante beauté car nous ne sommes plus de nos jours habitués à observer une construction quasi minimaliste. Et pourtant cette simplicité permet d'apprécier la rigueur de sa finition et son architecture particulière. Les deux barillets imposants au sommet, le Tourbillon dégagé dans la partie inférieure, des ponts de caractère, une construction orientée vers l'efficacité, tous ces détails me font penser à un mouvement de George Daniels, seul point de comparaison qui me vient à l'esprit. A vrai dire, le Tourbillon Historique m'évoque la montre Daniels réalisée par Roger Smith. J'y retrouve un état d'esprit similaire, ce respect à la fois de la montre d'origine et de l'oeuvre des grands horlogers du passé. Mais cette fois-ci, la montre de départ et la montre d'arrivée ont été créées par la même personne!


Incontestablement, le Tourbillon Historique est une montre majeure de ces dernières années. En revisitant ses premières années de créateur horloger, François-Paul Journe retrouve toute son inspiration et tout son talent au service d'une pièce d'un grand charme.  Les principaux traits de la montre de poche d'origine définissent le caractère singulier de la montre commémorative, d'un classicisme  très rarement mis en scène de nos jours. Le Tourbillon Historique ne correspond pas aux critères de la haute horlogerie contemporaine que nous avons coutume d'observer. Il se situe dans une autre dimension, celle où  la flamme des horlogers qui ont marqué l'histoire reste vivace.


Le Tourbillon Historique est commercialisé à compter de l'automne 2013 dans le cadre d'une série limitée de 99 exemplaires à un prix de 92.000 euros TTC que je trouve adapté compte tenu de l'originalité et de la qualité de la montre. A noter que 10 exemplaires supplémentaires, à cadran noir, boîtier platine et mouvement en or rose seront également produits afin de célébrer le 10ième anniversaire de la première boutique Journe. Une montre sera disponible par boutique, les heureux élus étant choisis par le biais d'un tirage au sort effectué en janvier 2014.

Merci à François-Paul Journe et à l'équipe de la boutique de Paris.

Les plus:
+ un cadran d'une très grande pureté
+ le charme du boîtier bicolore et la discrétion de la charnière
+ un mouvement dont le minimalisme met en valeur son architecture et sa finition
+ le confort au porté
+ le sentiment d'être en face d'une pièce majeure d'un horloger qui marque son époque

Les moins:
-  le diamètre du balancier aurait mérité d'être plus grand

dimanche 24 novembre 2013

Ludovic Ballouard: Upside Down cadran marqueterie de nacre

L'Upside Down fait partie de ces montres qui sont d'apparence très simples mais qui se révèlent très ingénieuses. Grâce à son talent et à sa malice, Ludovic Ballouard réinvente l'heure sautante en proposant une animation de cadran unique. Lorsque la grande aiguille centrale atteint la 60ième minute, la pastille sur laquelle se trouve le chiffre correspondant à l'heure qui débute effectue une rotation instantanée à 180° pour se positionner à l'endroit. La pastille précédente fait de même pour que le chiffre se retrouve à l'envers. Alors que de prime abord, l'Upside Down semble être une montre résolument classique, très vite son côté incongru et ludique apparaît: l'absence de l'aiguille des heures est troublante tout comme le positionnement des chiffres. A vrai dire, le non-initié pourrait avoir l'impression que la montre se porte à l'envers! La lecture de l'heure est d'ailleurs un peu déroutante lors des premiers instants. Mais elle est facilitée par la présence d'un petit point sur chaque pastille qui devient visible lorsque le chiffre est à l'endroit.


Un tel affichage nécessite un mouvement particulier et Ludovic Ballouard a développé pour répondre aux contraintes liées aux rotations des pastilles un système fondé sur des croix de Malte qui, au-delà de son apport en ce qui concerne la précision des sauts, évite un pic trop important de la consommation d'énergie du mécanisme. Certaines parties du mouvement reprennent des éléments du Peseux 7001 ce qui a permis à Ludovic Ballouard de se concentrer essentiellement sur les performances et la fiabilité de l'affichage. Compte tenu du calibre de base, la fréquence du mouvement est de 3hz. La réserve de marche de 36 heures est en revanche en légère réduction par rapport à la quarantaine d'heures habituelles en raison du module d'affichage.


L'Upside Down, suite à sa première présentation fin 2009, fut déclinée en différentes versions à cadrans gris, bleu ou noir, avec ou sans sertissage. L'Upside Down à cadran en marqueterie de nacre a été dévoilée en 2013. Elle propose une technique décorative de son cadran qui tranche par rapport à celles de ses devancières. Le choix de la marqueterie de nacre peut surprendre: après tout, le côté délicat et subtil d'une telle décoration paraît mieux convenir à une montre féminine ou de soirée. Cependant, une sorte de magie opère et le système d'affichage du temps est mis en valeur par ce nouveau rendu de cadran.

Tout repose sur la finition du cadran. Le principe fondamental est l'utilisation d'une nacre bicolore qui permet de créer une sorte de kaléidoscope qui, partant du centre de la montre, converge vers les pastilles des chiffres des heures, elles-même nacrées. Les éléments centraux entourent les pastilles, épousent leurs formes pour dessiner une représentation d'un parapluie ouvert. Le résultat est tout simplement d'une rare beauté. Les couleurs se mélangent, les reflets se multiplient et c'est toute l'animation du cadran qui s'en trouve transformée. De la même façon que les pastilles tournent pour afficher l'heure, le kaléidoscope central évolue, se modifie selon l'inclinaison du poignet ou de la lumière qui frappe le cadran. Face à un tel spectacle, le sous-cadran de la trotteuse m'est presque apparu comme superflu et je me demande même si la montre n'aurait pas été encore plus réussie sans.


Fort heureusement, la lisibilité n'est pas impactée par la nacre bicolore. L'aiguille des minutes en acier bleui demeure parfaitement visible et les chiffres (ainsi que le petit point si important) se distinguent sans souci.  Incontestablement, cette Upside Down est la plus chaleureuse, la plus enjouée de toutes! La décoration du cadran ne la rend pas plus complexe face à la sobriété des autres versions: elle apporte en revanche une dose de charme et d'élégance supplémentaire.

Un tel aboutissement n'est pas le fruit du hasard. Le cadran, réalisé de main de maître par Gilwatch (dont l'atelier se trouve dans le même bâtiment que celui de Ludovic Ballouard) comporte 60 composants différents ce qui explique le jeu de lumière qu'il provoque. Les 41mm de diamètre de la montre s'oublient d'ailleurs car le remplissage du cadran réduit la perception de la taille. 


Je parlais précédemment de lisibilité. Pour être franc, le vrai problème de cette Upside Down est qu'une fois portée, la lecture de l'heure pourrait sembler accessoire car l'animation des reflets du kaléidoscope central attire irrémédiablement le regard! Heureusement, sa forme qui le fait déboucher sur les pastilles rappelle que les éléments clé de la montre sont ces petits disques rotatifs qui rendent l'Upside Down si spéciale. La forme du boîtier et des cornes, courtes et galbées permet un excellent positionnement sur le poignet. Le poids du platine se ressent car le boîtier demeure relativement massif comme le prouve l'épaisseur de la lunette. C'est un sentiment que j'apprécie.


L'Upside Down à cadran en marqueterie de nacre est disponible en 12 exemplaires en platine et en 12 exemplaires en or rose.  Avec cette série limitée, Ludovic Ballouard donne une nouvelle dimension à son Upside Down en lui apportant une touche artistique et de charme qui s'adapte parfaitement au contexte de l'affichage. Je la considère donc comme l'Upside Down la plus aboutie.

Merci à Ludovic et à Masa pour leur accueil pendant le Salon QP 2013.

Les plus:
+ la finition exceptionnelle du cadran
+ les reflets de lumière qu'il crée et l'animation qu'il apporte
+ l'ingéniosité du mouvement et de l'affichage
+ la présentation du mouvement et sa finition
+ le positionnement de la montre sur le poignet malgré les 41mm de diamètre

les moins:
- la réserve de marche, plutôt courte
- la présence de la trotteuse dans le contexte de ce cadran nacré me semble superflue

dimanche 17 novembre 2013

Pinion: Collection Axis

Quel passionné d'horlogerie n'a jamais rêvé de créer sa propre marque? Piers Berry, grand amateur de montres et spécialiste en communication digitale a décidé de franchir le pas et de se lancer dans la grande aventure du projet personnel. Le contexte peut toutefois sembler difficile, la clientèle s'orientant aujourd'hui  vers des marques pérennes et établies au détriment d'initiatives nouvelles. Cependant, il existe aujourd'hui un véritable renouveau de l'horlogerie anglaise qui favorise ce genre de démarche et qui répond à une réelle attente des clients outre-manche. Ce renouveau s'exprime à la fois par une offre ultra-qualitative et d'exception comme peut l'être celle de Roger Smith mais également par des marques plus simples et abordables comme Meridian ou OceanArc qui utilisent des mouvements répandus et éprouvés, se distinguant par leurs designs spécifiques et évidemment par leur "English attitude"!

L'Axis Steel:


Pinion s'inscrit dans cette catégorie et n'a à ce niveau aucune prétention mécanique particulière. La première collection de la marque qui porte le nom d'Axis est composée de 3 montres automatiques toutes équipées par un ETA 2824-2 d'une fréquence de 4hz et d'une réserve de marche de 40 heures. Piers Berry a accordé un soin particulier au design en dessinant lui-même les éléments qui composent ses montres et en insistant sur des critères rassurants pour la clientèle visée: simplicité (heures, minutes, secondes, date), fiabilité (le mouvement est connu pour sa robustesse), pérennité (il s'agit d'un des mouvements les plus répandus), étanchéité (100m) et lisibilité (grands chiffres, index et aiguilles luminescents, verre saphir bombé avec un traitement anti-reflet).

L'Axis Bronze à la gauche de l'Axis Steel:


Les montres ne sont donc pas d'une grande originalité mais elles sont soignées et correctement finies. L'originalité du cadran réside dans les index, particulièrement longs qui intègrent  les marqueurs des minutes et dans la ligne qui matérialise une sorte de diamètre horizontal. La réussite du design du cadran réside dans le fait que l'ensemble reste propre et très lisible tout en occupant suffisamment d'espace pour faire oublier la taille du boîtier (42mm) un peu grande pour le mouvement. Le guichet du date est ainsi situé trop près du centre mais la taille des index vise à réduire cette perception. Quant aux aiguilles, elles sont simples et efficaces. Leur visibilité est optimale et leurs formes se marient bien avec celles des index.

Le boîtier est également réussi grâce à son confort et à sa fluidité. J'apprécie particulièrement sa lunette inclinée et la forme des cornes qui favorise un bon maintien sur le poignet malgré la taille. Ce boitier est disponible en 3 versions: acier brossé, acier microbillé avec un traitement DLC noir et bronze brossé. C'est en toute logique ce dernier qui est le plus intéressant d'autant plus que l'écart entre le prix de la montre qui l'utilise et ceux des deux autres est minime. La montre Axis Bronze se distingue aussi par son cadran Kaki qui crée un ensemble plutôt harmonieux avec le boîtier. L'entrecorne est de 22mm alors que la largeur du bracelet au niveau de la boucle est de 20mm. Ces dimensions ne sont pas le fruit du hasard: elles sont choisies pour favoriser le plaisir de jouer avec des différents types de peau ou de couleur.

Le fond de l'Axis Bronze:


Dans tous les cas, le fond du boîtier est plein ce qui est une bonne idée. Il permet de profiter de la jolie décoration qui reprend le symbole du pignon constituant le logotype. Ce symbole est d'ailleurs présent côté cadran sous le nom. Compte tenu de son métier d'origine, Piers Berry sait parfaitement que ces détails contribuent à forger l'identité visuelle de sa marque et à la distinguer dans un paysage horloger très encombré.

L'autre caractéristique du fond est l'écriture en grand du mot "England". Ce détail est extrêmement important puisqu'il est l'argument commercial principal qui soutient la démarche de Pinion. Il ne s'agit évidemment pas de démontrer que les montres ont été intégralement fabriquées en Angleterre: la façon dont est organisée l'industrie horlogère ne le permet pas à moins de changer de stratégie et de segment de prix ou de s'appeler Robert Loomes. Piers Berry insiste sur le fait que si de nombreux composants proviennent de Suisse, les finitions dont la traitement DLC ainsi que l'assemblage sont réalisés dans la région d'Oxford au sein d'un atelier portant un nom digne d'un studio de cinéma: "The Motion Works".

L'Axis Steel:


La première présentation de la collection Axis se déroula lors du Salon QP 2013. L'accueil du public fut positif, séduit par la découverte d'une nouvelle marque anglaise, l'enthousiasme de Piers Berry faisant le reste. Les montres seront disponibles à la vente sur le site internet de Pinion à partir de décembre 2013 aux tarifs suivants TVA incluse: Axis Steel (1950 GBP), Axis Black (2150 GBP), Axis Bronze (2350 GBP). Les premières livraisons sont prévues pour début 2014. Les prix peuvent sembler élevés pour un public moins sensible aux origines géographiques de la marque. Ils s'expliquent en partie par les faibles volumes de production qui font augmenter les coûts des fournisseurs. C'est la raison pour laquelle, pour son originalité, son style plus chaleureux et le faible écart tarifaire, la montre que je préfère dans la collection est incontestablement l'Axis Bronze.

L'Axis Bronze:


Je remercie Piers Berry pour son accueil pendant le Salon QP 2013 et je lui souhaite une pleine réussite dans son entreprise.

Les plus:
+ des montres simples et efficaces, dessinées et construites avec soin
+ le design du cadran
+ la décoration du fond plein
+ l'attrait du boîtier en bronze

Les moins:
- les prix qui peuvent être considérés comme élevés
- la taille du boîtier, un peu grande pour le mouvement

jeudi 14 novembre 2013

MB&F: HM5 RT

Dévoilée au cours du Salon QP 2013 à Londres, la HM5 RT est la première déclinaison de la Machine qui explore l'univers des Supercars des années 70. J'avais déjà présenté en détail la HM5 dans l'article ci-après. Je ne vais donc pas revenir en détail sur les principales caractéristiques de la montre qui sont conservées.


Très brièvement, la HM5 est peut-être la Machine qui a nécessité le plus d'engagement personnel de la part de Max Büsser. Elle représente, par son design, par la forme du boîtier, par le système d'affichage un hommage à une période charnière pour deux industries:
  • celle de l'horlogerie où une certaine catégorie de montres mécaniques osait encore résister face à la déferlante du quartz grâce à leurs affichages digitaux,
  • celle de l'automobile où les bolides aux lignes audacieuses faisaient bruler le bitume au moment où les effets du premier choc pétrolier commençaient à se ressentir, impactant par la suite durablement l'offre des constructeurs.
La HM5 symbolise donc les contextes qui ont bercé l'enfance de Max Büsser et c'est la raison pour laquelle nous y retrouvons des thèmes qui lui sont chers. La dimension ludique est ainsi omniprésente comme le prouve la faculté d'ouvrir grâce à un bouton situé sur le côté du boîtier les volets qui font passer la lumière et améliorent la luminosité du cadran.


La HM5 n'est cependant pas ma Machine préférée car je la trouve presque trop respectueuse de ses sources d'inspiration par rapport à l'audace moins contrôlée de celles qui l'ont précédée. Il n'empêche qu'elle est esthétiquement très aboutie, son boîtier étant une merveille de conception en étant à la fois fluide et puissant, original et confortable. La version originale possède un boîtier en zirconium qui entoure un container étanche en acier. Les matériaux changent dans la nouvelle version puisque l'or rose et le titane sont cette fois-ci utilisés. Il y a plusieurs intérêts à combiner ces deux matériaux:
  • le premier est d'équilibrer le poids de la montre compte tenu de l'utilisation d'un matériau plus dense (l'or rose) que le zirconium. Le container en titane contre-balance efficacement l'augmentation du poids. N'oublions pas que le bracelet est en caoutchouc sculpté comportant de larges ouvertures. Le contraste entre la légèreté du bracelet et le poids du boîtier est saisissante et tout facteur permettant de le contrôler est bienvenu.
  • Le deuxième est d'améliorer le confort au porté en mettant au contact de la peau la base du boîtier en titane.
  • Le dernière intérêt est esthétique. Les côtés inférieurs en titane se marient parfaitement avec la chaleur de la partie supérieure. La HM5 RT devient donc une montre certes plus "luxueuse" que la HM5 "zirconium" mais à aucun moment, elle ne tombe dans un côté trop précieux.
Cette combinaison entre or rose et titane parvient à souligner de façon plus prononcée encore les subtilités et le style inimitable du boîtier. Vu de l'arrière, il évoque  la puissance des bolides grâce à sa grande surface, les volets apparents et l'élévation de sa ligne tandis que la couronne suggère un imposant pot d'échappement. L'observation de la carrure met en avant la fluidité et le dynamisme des courbes accentués par la fine partie centrale polie, l'ensemble débouchant sur la face avant de la montre, le tableau de bord qui sert à afficher le temps. 


Un des principes fondamentaux des Horological Machine est respecté: le temps est indiqué par deux indicateurs séparés, digitaux dans le cas précis de la HM5. La forme de la face avant du boîtier les entoure et crée l'unité entre eux. S'il est relativement facile de lire l'heure par segment de 5 minutes, la lecture précise est en revanche plus délicate car les graduations des minutes qui défilent face au petit ergot qui matérialise le marqueur sont difficiles à voir. Heureusement les grands chiffres  des multiples des 5 minutes sont infaillibles. Un tel affichage est obtenu grâce à un prisme réfléchissant en saphir qui projette à 90° les chiffres inscrits sur les disques posés horizontalement sur le mouvement qui les anime. Le prisme les agrandit également de 20% pour qu'ils occupent une surface suffisante sur le tableau de bord.


Le module tridimensionnel d'affichage a été développé par Chronode tandis que le calibre de base provient toujours de chez Girard-Perregaux. Les performances du calibre sont classiques à savoir une réserve de marche de 42 heures pour une fréquence de 4hz.

La HM5 RT dégage une atmosphère différente de celle de la HM5 initiale. Elle est plus chaleureuse et évidemment plus voyante. Elle gagne en énergie, en dynamisme ce qu'elle perd en discrétion.  Cependant, les parties en titane et le design subtil du boîtier lui permettent de ne pas apparaître comme "écrasée par l'or": la HM5 RT tire tous les avantages de la présence de l'or sans en subir les inconvénients. Les dimensions du boîtier sont en effet suffisamment imposantes (51,5x49x22,5mm) pour éviter l'omniprésence d'un métal précieux. 


Je considère la HM5 RT comme une évolution réussie de la Machine d'origine. L'or rose lui apporte la dose d'excentricité qui lui manquait tout en conservant la cohérence de son contexte. Une fois de plus, une Machine prouve qu'elle peut se prêter au jeu des modifications avec réussite pour le plus grand plaisir des fans de MB&F.

La HM5 RT est disponible dans une série limitée de 66 pièces tout comme la HM5 initiale.

Merci à l'équipe MB&F pour son accueil au Salon QP 2013.


Les plus:
+ l'intégration réussie de l'or  rendant la HM5 RT plus audacieuse et plus chaleureuse
+ l'intéressant contraste entre les parties en titane et celles en or
+ le confort au porté
+ la dimension ludique avec l'ouverture des volets

Les moins:
+ l'heure demeure difficile à lire de façon précise
+ une réserve de marche courte dans le contexte actuel

lundi 11 novembre 2013

Ma sélection des montres du Salon QP 2013

Le Salon QP 2013 fut un excellent cru grâce à la diversité des marques présentes. Certaines en ont profité pour dévoiler des nouveaux modèles tandis que pour d'autres, ce fut l'occasion de voir de près leurs montres peu accessibles par ailleurs. Je vous propose donc ma sélection des montres les plus marquantes sachant qu'évidemment je reviendrai en détails sur certaines d'entre elles plus tard.

AkriviA présentait son Tourbillon Chronographe monopoussoir. Comme l'indique l'organisation du cadran, Rexhep Rexhepi a travaillé à partir d'un mouvement BNB:


Je pus enfin découvrir l'EMC d'Urwek, une montre spectaculaire à tout point de vue:


Peter Speake-Marin dévoilait la Spirit Mk II DLC, une nouvelle déclinaison de la Spirit Pioneer que je trouve ici moins convaincante.


1ère évolution de la HM5 chez MB&F. La HM5 RT se pare d'un boîtier en or rose:


La Blacklamp de Schofield est une montre qui se caractérise par son boîtier en carbone et sa lunette interne lumineuse:


Pinion, qui faisait sa première apparition au Salon, est la marque du blogueur et spécialiste en communication digitale Piers Berry qui a décidé de franchir le pas et de lancer sa propre marque:


Kari Voutilainen nous a charmés une fois de plus avec cette superbe V8-R à cadran blanc et une pièce unique de la Vingt-8 GMT:



Le meilleur de Zenith se retrouve dans cette Academy Répétition Minutes:


Le Gyrotourbillon 3 Jubilee de Jaeger-Lecoultre ne m'avait pas forcément séduit à travers les communiqués de presse mais une fois que j'ai pu voir la montre de près, j'ai changé d'avis:


Nouveau propriétaire, nouvelle ambition; Hautlence retrouve de l'énergie comme le prouve la HLRQ:


Les Lambda et Lux de Nomos sont des montres qui veulent démontrer le savoir-faire de Nomos. Elles se situent dans un créneau de prix plus élevé que celui habituellement pratiqué par la marque ce qui n'a pas empêché un très bon accueil de ces nouveautés:



Le nouveau cadran en nacre anime délicatement l'Upside Down de Ludovic Ballouard:


Autre marque qui a changé de propriétaire et de CEO: Manufacture Royale. Les prochains mois seront donc à suivre de près. En attendant, le Tourbillon Androgyne "Glacier" est une montre que je trouve très réussie même si elle est esthétiquement d'un abord difficile:


Cette montre, la Sauterelle, semble simple et pourtant, Andreas Strehler, qui vient de remporter le prix Gaïa, a développé à son attention un remontoir d'égalité spécifique:


OceanArc est une nouvelle marque anglaise dont l'objectif est de fabriquer des montres de plongée:


MCT est une autre marque qui a changé de propriétaire. L'année prochaine sera ainsi très importante avec la concrétisation de la nouvelle dynamique. La S110 est une évolution de la Sequential One:


H.Moser & Cie est dans un cas de figure similaire en ayant rejoint le pôle horloger de Georges-Henri Meylan, MELB Holding. La Nomad Dual Time est une montre à la fois raffinée et astucieuse:


La Logical One Platine à cadran émail de Romain Gauthier était une des plus belles montres du Salon:


Peter Roberts a formé de très nombreux horlogers dans sa longue carrière. Il a souhaité recréer une version moderne de la montre école qu'il avait conçue en 1971 et qui se caractérise par les 5 aiguilles centrales:


Une montre comme la Génie 01 de Breva est très utile pour affronter la météo toujours délicate de Londres!


Stepan Sarpaneva dévoilait une montre à cadran émail. Je n'ai pas été séduit car je l'ai trouvée trop simple et surtout trop lumineuse. Je suis sûr que la version à émail noir sera plus réussie:


Le contexte était parfait pour la présentation par Armin Strom de son Tourbillon Union Jack:


Une de mes montres préférées du Salon fut le Doppel 3 Chronographe à Rattrapante de Habring avec un boîtier titane et un cadran bleu:


J'ai également apprécié cette évolution de la Robin de Robert Loomes à cadran émail, boîtier en or rose et sans trotteuse:


Konstantin Chaykin a de nouveau surpris avec cette évolution esthétiquement audacieuse de la Levitas Mystery qui rend hommage au monde du Jazz:


La Codebreaker de Bremont montre une réelle avancée qualitative de la part de la marque anglaise:


Comme cela était attendu, le Tourbillon de Révélation se retrouve dans le boîtier équipée du système d'ouverture du cadran par la lunette:


Enfin, Badollait présentait une nouvelle version de sa Stellaire à cadran bleu:


Je préparerai donc des revues détaillées de la plupart de ces montres afin de pouvoir revenir de façon plus précise sur leurs caractéristiques et spécificités. En attendant, je tiens à remercier l'ensemble des marques pour l'accueil qu'elles m'ont réservé pendant le Salon.