Lange & Söhne: 1815 up/down

Il serait faux de penser que Lange a appliqué la même recette en 2013 avec la 1815 up/down que plusieurs années auparavant lors de la sortie de la première 1815 avec affichage de la réserve de marche.

En 1997, la 1815 up/down, malgré la présence d'un sous-cadran supplémentaire et le décalage du sous-cadran dédié à la trotteuse, demeurait dans la droite lignée de la 1815 simple à trois aiguilles utilisant le même boîtier de 35,9mm de diamètre et surtout la même base de mouvement. Cependant, elle était légèrement plus épaisse compte tenu d'une hauteur de mouvement supérieure de 0,5mm.

Le rouge du bas de la réserve de marche apporte une petite touche de couleur:


En 2013, Lange présente une 1815 up/down qui se démarque en revanche nettement de la version trois aiguilles. Certes, l'appartenance à la famille 1815 ne se dément pas. Je retrouve ainsi avec grand plaisir les chiffres arabes et les aiguilles Alpha en acier bleui qui brodent le temps en parcourant la très élégante minuterie chemin de fer du cadran argenté. Cependant, très vite, deux différences fondamentales apparaissent: le diamètre de la montre est plus petit que celui de la version trois aiguilles (39mm vs 40mm) et le mouvement L051.2 ne présente pas la même architecture que le L051.1 de la 1815 simple.

Le trio des 1815 up/down, chaque version utilisant des aiguilles en acier bleui:


L'aspect plus contenu du boîtier n'est pas son unique particularité: il présente une différence esthétique singulière. Alors que de façon traditionnelle, la lunette et la carrure forment une continuité, dans le cas de la 1815 up/down, il existe un léger décrochage au niveau de la lunette. Je dois avouer que je fus un peu surpris au départ, cette caractéristique m'apparaissant presque comme un accroc aux principes de Lange. Malgré tout, elle permet de réduire l'ouverture du cadran et de donner un sentiment d'équilibre à l'ensemble. Elle est donc bienvenue.

La plus grande force de cette montre est assurément la beauté de son cadran qui arrive à combiner son style très classique et symétrique avec une petite touche de fantaisie: le bas de la réserve de marche est ainsi indiqué en rouge. Compte tenu de l'effet miroir qui existe entre les deux sous-cadrans, cette couleur casse la grande rigueur toute germanique du cadran tout en préservant son raffinement. 

Le mouvement se dévoile nettement plus que n'importe quel autre à platine 3/4 traditionnelle:


L'indicateur de réserve de marche prend ici tout son sens car la réserve de marche est en hausse par rapport à la version 3 aiguilles en atteignant les 72 heures, soit la même que la plus célèbre Lange possédant un affichage similaire: la Lange One.

Cette augmentation de la réserve de marche est un indice qui tend à prouver  que le mouvement L051.2 ne dérive pas nécessairement du L051.1 comme sa référence pourrait le laisser supposer. En retournant la montre, le doute n'est plus permis: le L051.2 diffère nettement du mouvement de la 1815 trois aiguilles. Avec son rochet et sa roue de couronne apparents, il évoque d'ailleurs un autre mouvement qui possède également une réserve de marche de 72 heures: celui de la Saxonia Thin. C'est là toute l'astuce pour Lange. En inscrivant le L051.2 dans la même démarche que celle du L093.1 de la Saxonia Thin, réputé pour sa finesse, la manufacture saxonne arrive à conserver pour la 1815 up/down un mouvement aux diamètre et épaisseur similaires de celui de la 1815 trois aiguilles malgré les 57 composants supplémentaires du mécanisme de la complication additionnelle. Equipé d'un balancier à vis et d'un spiral maison, le mouvement L051.2 possède une fréquence de 3hz, comme très souvent chez Lange.

La version en or jaune:


Il est assurément très agréable à observer. Il se dévoile plus que ceux à stricte platine 3/4 et se distingue de celui de la Saxonia Thin par les chatons en or supplémentaires et évidemment par le système de remontage différent du fait de la complication additionnelle. La finition est fidèle aux standards de Lange et l'exécution des anglages, des côtes de Glashütte, de la décoration des roues est sans faille et qualitative.

En revanche, compte tenu de sa similarité avec le mouvement de la Saxonia Thin, son remontage n'est pas aussi agréable que de tradition chez Lange. Il est en tout cas moins doux qu'avec la 1815 trois aiguilles. Il s'agit d'un point que j'avais remarqué avec la Saxonia Thin qui est sûrement dû à la structure du mouvement et à la forme du ressort du barillet, plus plat mais plus large pour concilier finesse et performance. Je fus déçu à ce niveau, non pas que la montre soit délicate à remonter, bien au contraire, mais parce que je ne retrouve pas les sensations auxquelles Lange m'avait habitué.

La version en or gris:
 

La 1815 up/down est une montre incontestablement très séduisante une fois mise au poignet. Elle est équilibrée, d'une grande élégance et classique sans être ennuyeuse. Elle est selon moi, une des plus jolies montres simples de Lange et le rapport diamètre/épaisseur de son boîtier est proche de la perfection. De plus, le diamètre de 39mm rappelle qu'une montre classique gagne finalement en charme et en impact lorsque sa taille demeure contenue. Je suis ainsi très satisfait de voir que Lange n'a pas hésité à repasser sous les 40mm pour une de ses montres simples. La 1815 up/down est ainsi une belle réussite et seule véritablement la sensation au remontage l'empêche d'atteindre le sans-faute.

La version en or rose:
 

La 1815 up/down en disponible en or jaune, en or rose et en or gris mais pas en platine.

Merci à l'équipe Lange&Söhne pour son accueil pendant le SIHH 2013.

Les plus:
+ la présentation très équilibrée du cadran
+ les proportions idéales du boîtier
+ la beauté du mouvement et sa finition
+ la réserve de marche de 72 heures

Les moins:
- la sensation au remontage, décevante pour une Lange

Commentaires