dimanche 20 octobre 2013

Cartier: Tank Louis Cartier extra-plate

La Tank Louis Cartier extra-plate fut dévoilée lors du SIHH 2012 en même temps que  la Tank Anglaise. Il est pourtant difficile  de trouver deux Tank aussi opposées! Si la Tank Anglaise présente un style plutôt massif du fait de ses imposants brancards dont l'un englobe la couronne, la Tank Louis Cartier extra-plate évolue dans un registre totalement différent en adoptant un style élancé et raffiné. Je fus immédiatement attiré par cette montre que je trouvais être très fidèle à l'esprit de la collection. Lorsqu'il y a quelques mois, un ami bruxellois me proposa de porter pendant une journée sa propre montre, je ne pus refuser une telle opportunité. Une année après sa présentation, dans le contexte d'un test en condition, la Tank Louis Cartier extra-plate allait-elle conserver son pouvoir de séduction?

La caractéristique qui surprend le plus en découvrant et en manipulant cette montre pour la première fois est son extrême finesse. Le boîtier en or rose possède en effet une hauteur de 5,1mm ce qui dans l'absolu est déjà une excellente performance. Cependant, ce sentiment de faible épaisseur est accentué par les autres dimensions du boîtier. Avec une largeur de 34,92mm (couronne comprise) et une longueur de 40,40mm, la Tank Louis Cartier extra-plate arbore un gabarit relativement important et un style résolument élancé pour une montre de forme ce qui se ressent par la présence au poignet qu'elle dégage.  Elle évite fort heureusement l'écueil de la lourdeur esthétique. Les brancards sont fins, plats et arrondis en leurs extrémités, allégeant visuellement le design et contribuant ainsi au raffinement de la pièce. L'entrecorne est relativement important mais le bracelet en cuir en alligator semi-mat se marie parfaitement avec le boîtier grâce à son aspect plat. Le bracelet possède d'ailleurs une forme assez particulière car l'écart entre l'entrecorne et la largeur de la boucle est relativement significatif.

La taille du boîtier et le rapport entre largeur et longueur ont un impact sur le cadran. Ce dernier respecte évidemment tous les canons esthétiques de la collection Tank: les chiffres romains habituels avec la signature secrète de Cartier se trouvant dans le V du VII, la minuterie centrale en chemin de fer avec le marquage plein des 5 minutes, les aiguilles glaive en acier bleui qui dessine le temps sur un fond grené argenté. En revanche, taille oblige, Cartier dut écarter les chiffres du bord du cadran et je trouve cette zone périphérique vide un peu trop importante à mon goût. Malgré cette remarque, le cadran demeure équilibré grâce à la parfaite cohérence entre les formes de la minuterie, du bord des chiffres et du boîtier. J'ai la conviction qu'avec une taille légèrement inférieure, la Tank Louis Cartier extra-plate aurait frôlé la perfection en arborant un cadran mieux rempli. En tout cas, l'absence de guichet de date est un soulagement: la pureté et l'équilibre du cadran sont préservés.

Un élément joue un rôle très important dans la réussite de cette montre. Il s'agit de la couronne qui, ornée d'un saphir, apporte à la fois beaucoup de délicatesse et un côté précieux. Malgré sa forme pointue, elle se manipule aisément grâce aux petits picots qui facilitent le remontage et la mise à l'heure. Cette couronne était à vrai dire, non pas une source d'inquiétude à proprement parler mais un point à vérifier impérativement: la montre étant à remontage manuel, sa prise en main se devait d'être facile et confortable. Ce doute fut balayé et même si je ne possède pas des doigts de fée, la couronne ne m'a posé aucun souci.

A vrai dire, le comportement de la couronne est grandement facilité par la qualité et le caractère éprouvé du mouvement à remontage manuel qui équipe la Tank Louis Cartier extra-plate. Le calibre 430MC provient en effet d'une maison qui maîtrise parfaitement la conception des mouvements extra-plats: Piaget. Le 430MC est le nom dans le contexte Cartier du 430P de Piaget qui se caractérise par sa grande finesse (2,1mm), son stop-balancier, sa fréquence de 3hz et sa réserve de marche de 43 heures. Cette réserve de marche impose un remontage manuel quotidien qui s'effectue avec douceur. 

 Incontestablement, le rituel quotidien qui consiste à redonner de l'énergie au mouvement procure beaucoup de plaisir et contribue au charme de cette montre. De par son style, son esthétique, sa destination, la Tank Louis Cartier extra-plate ne pouvait être animée que par un mouvement à remontage manuel et le 430MC est un calibre idéal dans ce contexte. Le diamètre propre de ce mouvement rond étant réduit (20,5mm) et afin d'obtenir la meilleure finesse de boîtier, le fond plein s'imposait tant du point de vue esthétique que de celui du respect de l'esprit de la montre. Le fond est cependant plutôt agréable à observer grâce notamment aux huit vis latérales qui le fixent sur la partie centrale du boîtier. La partie arrière de la montre permet aussi d'apprécier de façon plus précise les lignes du design de cette Tank et le rôle joué par les brancards qui apportent à la fois du caractère en étant proéminents et de la douceur grâce à leurs extrémités arrondies.


J'ai parlé précédemment de la forme particulière du bracelet plat qui renforce l'élégance de la montre malgré la taille importante de l'entrecorne. La bonne surprise le concernant est l'utilisation d'une boucle ardillon au détriment de la boucle déployante qui est livrée notamment avec la Santos Dumont équivalente à remontage manuel. C'est pour moi une excellente nouvelle. Tout d'abord, je pense qu'une boucle ardillon est plus conforme à l'atmosphère dégagée par cette montre raffinée et habillée. Ensuite, je la trouve particulièrement réussie. Sa forme est subtile, évoquant le "C" de Cartier tout en conservant une certaine délicatesse. Elle apporte donc une petite touche de style plus arrondi, plus sensuel auprès d'une Tank Louis Cartier extra-plate qui demeure très géométrique. De plus, elle suffit à maintenir avec efficacité la montre sur le poignet  compte tenu de la largeur du bracelet et du poids mesuré du boîtier.


La Tank Louis Cartier extra-plate m'accompagna donc pendant une journée entière à Bruxelles.  J'ai pu immédiatement apprécier son confort, son élégance, sa lisibilité et au-delà sa capacité à être une véritable montre de tous les jours. Même s'il s'agit d'une montre à "cadran inerte" car elle ne possède pas de trotteuse, elle évite sans problème le piège de l'ennui. En effet, la finition du cadran et sa pureté, la présentation du boîtier et de la couronne lui donnent le supplément qualitatif qui la positionne parmi les montres classiques à remontage manuel à l'intérêt certain. La position centrale de la minuterie et sa forme rectangulaire obligent à une courte période d'accoutumance pour lire l'heure avec précision mais une fois cette étape passée, la lisibilité devient optimale. Le confort au poignet et la douceur du remontage facilitent grandement son usage au quotidien.


A l'usage, elle m'a semblé plus polyvalente que je ne l'imaginais du fait de sa taille  et de son entrecorne importants pour une montre de forme. Elle est à l'aise à la fois avec  une tenue très formelle ou avec des habits plus décontractés. Je parle évidemment d'une polyvalence esthétique et non pas de condition d'utilisation car l'étanchéité n'est que de 20 mètres. J'ai donc pris beaucoup de plaisir à la porter et mes premiers sentiments à son égard furent confirmés par ce test: la Tank Louis Cartier extra-plate est une montre très réussie qui parvient à être bien plus qu'une déclinaison haut de gamme et qualitative de la Tank, mais une pièce faite pour un usage quotidien qui accompagne son propriétaire avec élégance et raffinement la semaine et le week-end. Je la considère comme une des Tank actuelles les plus convaincantes et la meilleure façon  de rentrer dans l'univers haute horlogerie de Cartier. Son prix, observé en Octobre 2013 est de 11.800 euros soit nettement moins que ceux des deux modèles de la collection Cartier évoluant dans le même segment et utilisant le même mouvement, la Santos Dumont Grand-Modèle et la Ronde Louis Cartier 42mm qui sont proposées à des prix supérieurs à 14.000 euros.

Merci à Nicolas de la boutique Hall of Time à Bruxelles.


Les plus:
+ un boîtier élancé d'une grande élégance
+ la pureté du cadran
+ la jolie boucle ardillon fidèle à l'esprit de la montre
+ le plaisir du remontage du mouvement 430MC

Les moins:
- du fait de sa taille importante pour une montre de forme, la zone périphérique du cadran semble un peu vide

Aucun commentaire: