HCH: Chronographe Type 22

HCH (Haute Couture Horlogère) n'est pas, contrairement à ce qu'un tel nom pourrait le laisser supposer, la nouvelle escapade d'une marque de vêtements dans l'univers des montres. Il s'agit tout simplement de la propre marque de Romain Réa, le célèbre expert horloger basé à Paris qui a souhaité se lancer dans le grand bain avec un projet personnel. Compte tenu de son métier et de l'activité de sa boutique, Romain Réa sait pertinemment qu'une nouvelle marque n'a de sens que si elle apporte quelque chose de nouveau. C'est la raison pour laquelle il insiste sur 2 points fondamentaux de sa démarche.

Le premier est lié au nom. HCH veut être un créateur de montres sur mesure. Soyons clairs: nous sommes ici plus dans la personnalisation que dans le vrai sur-mesure partant de zéro. La collection HCH est composée de 5 modèles, tous radicalement différents les uns des autres et qui peuvent être personnalisés, ajustés selon les goûts de chacun.

Le second est le lieu d'assemblage des montres, à Tours. C'est une sorte de retour aux sources de l'horlogerie française qui s'était développée au XVIème siècle dans la région lorsque les rois de France séjournaient dans les châteaux de la Loire. Evidemment, HCH n'est pas une manufacture intégrée telle que nous pourrions la concevoir chez quelques marques suisses mais ce clin d'oeil est tout de même appréciable.

Le chronographe Type 22 est le représentant le plus charismatique de la collection de HCH par sa taille, son design et son mouvement. Romain Réa a souhaité à travers ce chronographe imaginer la montre de dotation de l'Armée de l'Air du début des années 70 qui aurait pu exister sans l'arrivée du quartz. Auquel cas, elle aurait été définie par un cahier des charges émanant du Ministère de la Défense Nationale que Romain Réa s'est amusé à rédiger pour en présenter les principales caractéristiques.

Le chronographe Type 22 ainsi décrit est une montre instrument possédant un boîtier en acier inoxydable au fond vissé et d'un large diamètre (48mm). Les tiges de bracelet sont vissées. La lunette tournante est bidirectionnelle et est marquée d'un triangle en relief utilisé comme repère. Les poussoirs du chronographe sont clairement différenciés afin d'éviter toute erreur de manipulation. Le poussoir de démarrage et d'arrêt, inséré dans la couronne est rond alors que celui de la remise à zéro, plus imposant, est rectangulaire.

En dehors de ces deux poussoirs distincts, le cadran constitue la principale originalité du chronographe Type 22. Si pour la lecture du temps, son orientation est traditionnelle puisque les chiffres des index sont à leurs places coutumières, en revanche l'axe des sous-cadrans est plutôt déroutant car suivant une diagonale 7h30-1h30. Ce choix est justifié par l'optimisation de la lecture des informations du compteur des minutes lorsque la main gauche est occupée, cahier des charges imaginaire oblige! Cependant, dans tous les cas, pour l'ensemble des aiguilles, le point culminant de la graduation représente le zéro. Il n'y a donc aucune rotation des graduations, seule le pivotement de l'axe des sous-cadrans a été effectué.

La conséquence de ce changement est évidemment le nouveau positionnement de la couronne et des poussoirs puisque le mouvement qui équipe le chronographe Type 22, le Valjoux 5, présente une architecture classique avec couronne dans le parfaitement alignement de l'axe des sous-cadrans. Du fait de cette rotation de 45°, la couronne et le premier poussoir se retrouvent à 1h30 tandis que le second poussoir se déplace à 2h30. Ce dernier donne la fausse impression d'être parfaitement à 3 heures compte tenu de sa taille mais il n'y a qu'un peu plus d'"une heure" de décalage entre les deux poussoirs. Dans sa version à deux poussoirs, en configuration montre de poche avec couronne à 12 heures, le poussoir de remise à zéro est ainsi logé légèrement après une heure. A noter que le Valjoux 5 existe également dans une configuration stricte "monopoussoir" avec les 3 fonctions du chronographe gérée par le poussoir intégré dans la couronne.

La transition est donc faite pour donner quelques détails sur le mouvement. A la base étant un mouvement chronographe à roue à colonnes de montre de poche, son diamètre (42,1mm) est adapté aux dimensions du boîtier.  Il s'agit d'un mouvement à basse fréquence (2,5hz) qui possède une réserve de marche de 40 heures (36 heures lors le chronographe fonctionne de façon permanente). Cette fréquence, associée à la taille du balancier bimétallique (16,6mm), lui confère une grande stabilité de marche. Il est ici muni d'un incabloc et de tous les dispositifs permettant un usage quotidien sans risque. C'est toujours un vrai plaisir que de porter un tel mouvement: le tic-tac lié à la basse fréquence, la régularité, la sensation au remontage due à l'imposant barillet lui donnent beaucoup de charme. A noter que HCH offre la possibilité de lui rajouter la fonction flyback.

Le chronographe Type 22 a incontestablement une très belle présence au poignet. Ce n'est pas uniquement lié au diamètre du boîtier. La couronne et les poussoirs décalés, l'imposant poussoir de remise à zéro, l'orientation originale de l'axe des sous-cadrans contribuent fortement à ce sentiment.  Le blanc légèrement cassé des chiffres et aiguilles rend la lecture des information optimale. La lunette se manipule aisément tout comme la couronne: à l'usage, le chronographe Type 22 ne souffre d'aucun reproche.

Le bilan semble donc parfait puisque la montre est stylée, fiable, agréable au quotidien pour ceux qui ne sont pas effrayés par un tel diamètre. Cependant, tout au long de l'écriture de cet article, j'avais de façon constante un bémol dans ma tête: l'idée de concevoir une montre qui aurait pu exister est séduisante d'autant plus que le résultat est cohérent avec la démarche. Mais l'utilisation du Valjoux 5 nous replonge dans la réalité: si un collectionneur veut profiter de ce mouvement, il y a de fortes chances qu'il privilégie  une montre de l'époque et dans son jus. Ce choix semble fort logique pour des raisons historiques, de légitimité et plus basiquement de prix. Une montre de poche avec un Valjoux 5 se trouve à des prix nettement inférieurs, de l'ordre de 10 fois moins, de celui proposé par HCH (au-dessus de 14.000 euros). C'est alors une question d'état d'esprit. Si l'envie d'avoir un mouvement chronographe de basse fréquence, de qualité, dans un contexte favorisant son usage quotidien est irrésistible, alors le chronographe Type 22 tient la route. Dans la catégorie des montres contemporaines utilisant d'anciens calibres, elle est plus que crédible. Dans les autres cas, la montre de poche d'origine apparaît comme l'option la plus logique pour apprécier les performances du Valjoux 5.

Merci à l'équipe de HCH pour son accueil pendant le Salon Belles Montres 2012.

Commentaires