Carl F. Bucherer: Patravi Calendar

Carl F. Bucherer reste une marque relativement peu connue en France. C'est la raison pour laquelle le Salon Belles Montre lui donna une belle opportunité de présenter au public français l'étendue de sa collection ainsi que les performances de son mouvement de manufacture, le CFB A1000.

La collection s'articule autour de 4 lignes, 2 masculines et 2 féminines. Pour les hommes, la ligne Patravi regroupe les montres les plus technique et audacieuses tandis que la ligne Manero propose un style plus traditionnel. Pour les femmes, les lignes Alacria  et Adamavi sont composées respectivement de montres rectangulaires précieuses et de montres rondes plus sages.

Pour l'amateur d'horlogerie, ce sont les pièces équipées du mouvement de manufacture et de ses différentes déclinaisons qui constituent les principaux points d'intérêt de la collection et qui concentrent le savoir-faire de la marque. La Patravi Calendar, disponible en acier ou en or rose, est ainsi une excellente représentante de l'ambition de Carl F. Bucherer par son contenu horloger et par son design.

Du point de vue esthétique, la Patravi Calendar demeure au premier coup d'oeil relativement classique. Cependant certains détails apportent une touche de caractère qui renforce le côté polyvalent de la montre, à la fois à l'aise dans un contexte habillé ou avec une tenue plus décontractée.

Le boîtier est relativement imposant avec un diamètre de 42,6mm et une épaisseur de 12,85mm. Son design est très masculin, presque trapu, avec une lunette épaisse et des protèges-couronne très présents. Les cornes sont également proéminentes même si leur forme et leur courbure améliorent le confort au porté. Du fait de l'ouverture du cadran contenue, la montre  semble légèrement plus petite que sa taille réelle ce qui est un point positif.

Le cadran est plus original. Tout d'abord, il possède une organisation inhabituelle du fait de la présence d'une complication rare et pourtant fort utile: l'affichage du rang des semaines. Visuellement, cet affichage par le biais d'une aiguille parcourant une graduation circulaire intérieure ressemble à celui des quantièmes. Ces derniers sont cependant indiqués grâce à une grande date à double guichet située de façon surprenante à 11 heures et caractéristique du style Carl F. Bucherer. Les jours de la semaine sont également affichés sur le cadran à 9 heures tandis que la trotteuse est symbolisée par un disque tournant qui anime joliment le cadran.

Malgré la cohabitation des complications, l'ensemble est très lisible et finalement bien organisé malgré des emplacements parfois étonnants. En fait, la graduation des semaines entoure tous ces affichages et crée une sorte de cadran intérieur dont la périphérie regroupe les index appliqués. Ces derniers apportent l'effet de relief sur le cadran qui sinon, aurait été un peu plat.

Le principal atout de la Patravi Calendar demeure le mouvement CFB A1004 basé sur le mouvement de manufacture de la marque qui avait été présenté il y a 4 ans. Il s'agit incontestablement d'un très beau mouvement qui selon moi, cumule l'avantage du remontage automatique et l'élégance de l'architecture d'un calibre à remontage manuel.

La principale spécificité du mouvement est son rotor périphérique sans fixation centrale. Un tel rotor oblige à d'importants efforts de conception compte tenu des contraintes qu'il génère. Les coussinets du rotor ont ainsi été créés pour améliorer les performances de l'amortissement rendues nécessaires par la rotation périphérique. Il s'agit de galets avec un traitement DLC équipés de roulements à billes.  Le rotor remonte le mouvement dans les deux sens grâce à un rouage de remontoir constitué de deux roues d'accouplement excentrées. Une roue de transmission conduit l'énergie de la masse au rouage de remontoir. Elle est équipée de deux Incabloc et c'est la raison pour laquelle nous observons la présence inhabituelle d'un Incabloc visible côté pont, sur le bord du mouvement à côté de l'organe régulant. L'architecture du mouvement joue aussi un rôle important dans l'absorption des chocs puisque le rotor est "coincé" entre les ponts et le boîtier.

Un CFB A1000 de démonstration. Vous noterez la présence de l'Incabloc sous le dernier E de Bucherer:


Il serait cependant dommage de ne réduire l'intérêt du mouvement qu'à son rotor périphérique. La vue dégagée sur les ponts permet d'apprécier l'architecture très contemporaine du mouvement. Les ponts ont une forme très géométrique qui me rappellent l'esprit du calibre 48 de Minerva. Mais c'est bien l'organe régulant qui surprend le plus. Le rendu visuel proposé est unique. Une sorte d'élément à deux bras semble soutenir l'organe. Il s'agit du CDAS ou "Central Dual Adjusting System" qui permet un réglage fin par le biais d'un seul ajustement et qui protège l'organe contre les chocs. A noter que le réglage n'est en théorie exécutable que par un horloger agréé possédant une clé spéciale: un facteur de dépendance au réseau qui peut s'expliquer pour des raisons de qualité mais que je trouve un peu agaçant pour une intervention presque banale malgré les spécificités du CDAS.

La finition du mouvement est propre. Plus que sa finition, c'est bien son architecture qui le met en valeur grâce au rotor et à la forme des ponts. Grâce à son diamètre de 30mm, il remplit correctement le boîtier même si une taille plus mesurée pour ce dernier n'aurait pas été pour me déplaire. Ses performances sont classiques avec une réserve de marche de 55 heures pour une fréquence de 3hz.


La Patravi Calendar se porte sans souci grâce à la forme des cornes et fait rapidement apprécier la jolie organisation du cadran. La grande date est très présente et rend l'affichage des semaines très discret. J'aurais à titre personnel inversé les affichages en réservant le grand double guichet aux semaines et la graduation centrale à la date. La présentation de Carl F. Bucherer est évidemment plus logique car la date est plus utile... et utilisée que le rang de la semaine. Mais cet inversement aurait renforcé l'originalité de la pièce. La finition du cadran ne souffre d'aucun reproche et la montre propose une belle présence au poignet grâce au diamètre du boîtier et à l'épaisseur de la lunette. Le bracelet en veau m'a en revanche peu convaincu: sa forme, son aspect, les surpiqures m'ont semblé hors de propos. Malgré son confort, la première chose que je ferais si je me portais acquéreur de cette montre serait de le changer. Ce problème a au moins la vertu de se corriger facilement!

La Patravi Calendar est une montre qui possède de sérieux atouts: un cadran bien organisé regroupant des complications utiles et un mouvement contemporain et techniquement abouti. A titre personnel, j'aurais cependant apprécié plus de finesse dans le traitement en allégeant visuellement le boîtier et en mettant un bracelet plus élégant que celui d'origine. Il serait donc intéressant d'imaginer le mouvement CFB A1004 de cette Patravi Calendar dans le contexte d'une Manero, plus fine et plus raffinée d'autant plus que la hauteur mesurée du mouvement le permet. Le résultat serait encore plus
séduisant.

Merci à l'équipe Carl F. Bucherer France pour son accueil pendant le Salon Belles Montres 2012.

Commentaires