dimanche 10 juin 2012

Rudis Sylva: Oscillateur Harmonieux RS10

Il est toujours extrêmement agréable de rencontrer Jacky Epitaux. Véritable porte-drapeau de la marque Rudis Sylva, il est également un véritable ambassadeur de toutes les facettes de l'artisanat du haut-plateau jurassien. Ainsi, chaque présentation d'une nouvelle montre est accompagnée d'une dégustation des produits locaux, une façon gustative de découvrir la richesse de cette région au climat très rude. Cela peut ressembler à du folklore et pourtant derrière cette démarche, nous retrouvons toute la philosophie qui caractérise les montres Rudis Sylva dont la conception et la réalisation mobilisent le savoir-faire des artisans jurassiens de différents corps de métier.

Je vous avais présenté il y a quelques années la première montre Rudis Sylva, la RS05 qui se distinguait dans le paysage horloger par la présence de l'Oscillateur Harmonieux. La RS10 peut être considérée comme une version à la fois plus épurée et plus abordable de la RS05 sans rien perdre de ce qui fait l'atout et le charme des montres Rudis Sylva, c'est-à-dire un soin extrême apporté aux détails et cet hommage constant aux paysans-horlogers.

La RS05, de par sa forme, son épaisseur, sa complication additionnelle (une grande date) est une montre d'un abord assez délicat, son gabarit ayant tendance à lui donner un côté assez radical. La RS10 veut s'affranchir de ces difficultés. Son boîtier rond gagne en simplicité et en élégance. Son diamètre reste important (44mm) mais la présentation du cadran et la taille de la cage de l'Oscillateur l'imposent. Mais surtout, du fait du retrait de la grande date et du logo Rudis Sylva, le style plus épuré met incontestablement beaucoup plus en valeur l'évolution de l'Oscillateur Harmonieux.

L'Oscillateur Harmonieux permet de classer les montres Rudis Sylva dans une catégorie peu représentée: celle des montres qui suppriment l'effet de la gravité alors que les montres à Tourbillon ou Carrousel classiques ont vocation à seulement le compenser. Rentre aussi dans cette catégorie le Zéro-G de Zenith qui grâce à une sorte de culbuto mécanique positionne l'organe régulant en position horizontale.

Cependant, malgré son intérêt, le système de Zenith n'est pas parfait: comme le repositionnement horizontal n'est pas immédiat, il demeure des fractions de temps pendant lesquelles l'organe régulant est soumis à la gravité.  De plus, lors de son déplacement vers la position horizontale, il se retrouve dans des zones, des sortes de cônes d'incertitude, qui génèrent des précisions moindres que s'il était resté immobile. Evidemment, tout ceci est pratiquement imperceptible car l'organe régulant est en déplacement permanent. Ces contraintes réduisent l'apport chronométrique du système même s'il demeure impressionnant du point de vue technique.

L'Oscillateur Harmonieux, conçu par l'horloger Mika Rissanen propose une autre solution. Ici, l'organe régulant reste toujours sur le même plan. En revanche, il est composé de deux balanciers dentés reliés l'un à l'autre et d'un échappement unique. Les deux spiraux sont déployés de façon asymétrique et ce dans toutes les positions, la cage dans laquelle le système est placé effectuant une rotation complète par minute. Du fait de la connexion entre les deux balanciers conduisant à une même amplitude et de l'asymétrie des deux spiraux, l'Oscillateur Harmonieux permet une correction moyenne immédiate qui annule l'effet de la gravité. Si un spiral donne de l'avance, l'autre spiral donne un retard d'une valeur équivalente: ils compensent mutuellement leurs effets pour un réglage optimal. Il s'agit d'un  Tourbillon (du fait de la révolution de la cage) extrêmement sophistiqué et unique dans ses caractéristiques car accompagné d'une mise en harmonie (ou résonance mécanique) des deux balanciers grâce à leurs dentures.

Le rôle clé de l'Oscillateur est souligné par la présentation du cadran. L'affichage du temps devient presque accessoire, le secteur dédié à l'Oscillateur empiétant sur le sous-cadran de l'heure. Le pont de l'Oscillateur, majestueux, accentue cet effet. A ce propos, malgré sa beauté, son côté élancé qui n'est pas sans rappeler le sommet d'une montagne, j'aurais peut-être préféré qu'il soit moins présent. Sa taille et sa couleur ont tendance à trop attirer le regard et à cacher les révolutions et les oscillations de la paire de balanciers.

Autour de ces deux balanciers se déploie le pont de cage en titane. Il présente une forme pour le moins originale car ressemblant à une sorte de shuriken gothique qui enveloppe les balanciers. Cette pièce témoigne de l'excellence en matière de finitions de l'équipe Rudis Sylva. Elle comporte pas moins de 28 angles rentrants et des traits tirés parfaitement exécutés: une très belle démonstration de maîtrise de ce subtil art.

Le mouvement a une fréquence de 3hz et une réserve de marche de 70 heures. Il nécessite près de 50 tours de couronne pour être totalement remonté. Chaque élément du mouvement fait l'objet d'un soin particulier avec un niveau de finition de très niveau et est usiné chez Swiss-Finest dont le patron, Fabrice Thueler, est également actionnaire de Rudis Sylva. La production de la quasi-totalité des composants y compris des balanciers dentés est interne, seuls l'échappement, les pierres, le ressort et les incablocs sont achetés à des tiers.

Mais les montres Rudis Sylva ne se résument pas seulement à leurs mouvements et à l'Oscillateur Harmonieux. Elles fournissent aussi un cadre d'expression aux talentueux artistes de la région.

Le sous-cadran d'affichage de l'heure est décoré d'un guillochage en trapèzes dégressifs sur lequel évoluent les aiguilles en or aux flancs anglés et dont la forme rappelle celles des sapins. Ce guillochage a été réalisé par Georges Brodbeck  dans son propre atelier tout comme la plaque située sous l'Oscillateur, travaillée en clous de Paris et qui sert de scène à l'organe régulant.

Le fond du boîtier combine deux arts: la gravure et l'émaillage. Jacky Epitaux a souhaité que le fond du boîtier soit plein pour deux raisons. Tout d'abord pour souligner que le principal attrait mécanique se trouve côté cadran: l'Oscillateur Harmonieux. Ensuite pour donner une surface suffisamment importante aux artistes afin d'ancrer les montres Rudis Sylva dans le contexte du haut-plateau jurassien. Sylvain Bettex et Bertrand Degiorgi, par la précision de leur travail, rappellent que la région avait il y a deux siècles, une importante activité de gravure qui était requise pour la fabrication des médailles, des plaques des  timbres, des billets de banque sans oublier son rôle dans l'horlogerie et la bijouterie. Sophie Cattin Morales offre de son côté une demi-lune émaillée qui représente le cadran solaire "Ultima Forsan" datant de 1750 qui orne la façade de la ferme des Rosées-Dessous. Son côté brillant provient de l'opération de vitrification et de polissage qui donne ce côté lumineux.

Grâce à son boîtier rond et à son approche stylistique plus épuré, j'ai trouvé la RS10 plus convaincante que la RS05. Elle gagne en finesse (près de 4mm de moins), en raffinement et en confort. Les cornes courbées permettent un bon positionnement de la montre sur le poignet. L'Oscillateur Harmonieux est mieux mis en valeur même si comme souligné précédemment le pont est peut-être trop présent visuellement. Les deux incablocs s'insèrent plutôt bien dans la présentation générale de l'Oscillateur et ne gâchent pas le spectacle. Enfin l'heure située au sommet du cadran se lit sans difficulté si ce n'est celle qui consiste à détourner son regard de l'Oscillateur.  J'ai cependant trouvé les aiguilles un poil trop imposantes compte tenu de la taille du sous-cadran. 

La RS10 m'a donc séduit par son aspect plus maîtrisé. L'originalité propre de l'Oscillateur Harmonieux est plus à l'aise dans ce contexte moins démonstratif et plus facile à aborder. Et puis, au-delà de la montre en elle-même, il est difficile de ne pas être séduit par la démarche de Jacky Epitaux qui met en avant l'histoire et le savoir-faire des artisans de sa région: rien que pour cela, la RS10 mérite un regard attentif de la part des collectionneurs à la recherche de solutions nouvelles en matière de chronométrie. C'est peut-être ce savant mélange entre  tradition et innovation qui rend les montres Rudis Sylva si attachantes.

Merci à Jacky Epitaux pour sa disponibilité.

Aucun commentaire: