Longines: Chronographe Monopoussoir 180ième anniversaire

Pour célébrer son 180ième anniversaire, Longines a mis les petits plats dans les grands en dévoilant non pas une montre mais une collection complète de 4 montres inspirées par des pièces historiques, toutes commercialisées dans le cadre de séries limitées. Il est malheureusement vain d'espérer voir Longines renouer avec son positionnement dans le très haut de gamme horloger que la marque de St-Imier occupait grâce à ces mouvements chronographes mythiques. Cependant le Swatch Group a su donner une nouvelle impulsion à la marque en la situant dans un segment juste derrière celui d'Omega et en lui faisant jouer la partition du néo-rétro et de l'élégance.

Longines cumule plusieurs atouts: un nom prestigieux pour commencer, une histoire riche ensuite qui fournit un contexte créatif fertile et enfin la puissance du Swatch Group. Les collectionneurs auront certes du mal à se retrouver dans le Longines d'aujourd'hui mais la marque s'attaque à une clientèle toute autre, plus à la recherche de sa première belle montre que d'une pièce possédant un mouvement majeur.

Cependant, cela ne veut pas dire que Longines a abandonné toute ambition du point de vue du contenu horloger comme le prouve la présentation du mouvement L688-2  en 2009. Ce mouvement chronographe à roue à colonnes fut développé par ETA pour le compte de Longines qui finança son développement. Longines utilise donc ce mouvement de façon exclusive. Il s'agit d'un mouvement destiné à être produit à une échelle importante et dont la standardisation le situe très loin des mythiques 13ZN ou 30CH. Il n'en demeure pas moins intéressant pour un calibre de ce segment.



Le Chronographe Monopoussoir 180ième anniversaire représente d'excellente façon ce qu'est l'ambition de Longines aujourd'hui. Cette montre est inspirée par le premier chronographe-bracelet conçu par la marque en 1913 et utilise le mouvement L788 qui est une déclinaison en version monopoussoir du L688-2. Esthétiquement, le résultat est plutôt réussi grâce au boîtier en or rose et à ses anses mobiles caractéristiques qui donnent immédiatement la connotation historique à la pièce. La couronne comportant le mono-poussoir s'intègre bien au design du boîtier. Le cadran n'est pas en reste proposant un joli rendu visuel grâce à une couleur blanche qui rappelle l'émail, au dessin des chiffres et au "12" rouge traditionnel. Les aiguilles en acier bleuies complètent avec élégance cet ensemble. Cela aurait pu être parfait mais hélas, un détail a réduit mon enthousiasme: Longines a rajouté un guichet de date à 6 heures qui me semble hors propos. Il n'est certes pas choquant du point de vue esthétique, j'ai vu très souvent des guichets positionnés de façon bien plus inadaptée que sur ce chronographe. Mais du fait de son inspiration, j'aurais nettement préféré que le cadran soit plus fidèle à la pièce d'origine et que la pureté du cadran soit préservée. 



Le fond du boîtier n'est pas à charnière et propose un verre saphir classique permettant une vue sur le mouvement L788. Ce dernier n'est pas le premier prix de beauté avec sa roue à colonnes bleuie qui jure un peu avec le reste de la platine perlée et le rotor en or. Mais il est ici très correctement fini et la masse oscillante se marie bien avec le fond. Ses performances sont conformes à celles d'un mouvement de conception récente: une fréquence de 4hz, une réserve de marche de 54 heures (un peu courte pour laisser la montre le week-end), un enclenchement relativement agréable.  La lunette inférieure est extrêmement bavarde, il n'y a plus un espace de disponible pour rajouter la moindre lettre. Une approche plus sobre aurait été bienvenue mais ce n'est pas un détail à proprement parler gênant. 

Le Chronographe Monopoussoir 180ième anniversaire dégage une belle présence au poignet grâce à son cadran  et aux anses mobiles qui se positionnent idéalement. Elles mettent le boîtier en valeur car elles ont tendance à s'effacer en partant sur les côtés, laissant uniquement la partie centrale du boîtier visible sur le poignet: une impression rarement éprouvée de nos jours.


Dans l'absolu, ce Chronographe est convaincant: une jolie réussite esthétique grâce à l'inspiration néo-rétro, un mouvement exclusif, une finition d'ensemble tout à fait correcte pour ne pas dire bonne au niveau du boîtier et du cadran. Mais je trouve dommage que Longines se soit écarté du chemin de la reproduction fidèle en proposant une date et un fond saphir. Compte tenu du nombre de pièces proposées dans le cadre de cette série limitée (180), une approche plus puriste n'aurait sûrement pas nui à la performance commerciale et aurait rendu cette montre encore plus désirable.

Merci à l'équipe Longines pour son accueil  au cours de la Foire de Bâle.

Commentaires