dimanche 11 décembre 2011

Cacheux: Elephant Circus

L'Elephant Circus, c'est l'histoire d'un rêve qui devient réalité, d'une représentation virtuelle qui devient concrète. Il y a un peu plus d'un an, le designer lavallois Fabien Cacheux avait présenté la Galibier GT (comme Garde-Temps et Grand Tourisme), une concept watch inspirée par l'univers Bugatti et des supercars. Avec son affichage "régulateur", le cadran de la Galibier GT ressemblait au tachymètre de la voiture qui l'avait inspiré et la forme particulière du bracelet, en fer à cheval, rappelait la poignée des portes.

Des collectionneurs furent séduits par ce projet et contactèrent logiquement Fabien Cacheux pour connaître les modalités d'acquisition. Mais à ce moment-là, il ne s'agissait que d'une étude de style, certes très poussée mais qui restait purement virtuelle. Cependant, ces demandes rajoutées à la volonté de voir aboutir les idées qu'il avait exprimées ont poussé Fabien Cacheux à oeuvrer pour la production effective d'une montre issue de son propre travail de designer. Le processus était enclenché!

Le travail complexe du boîtier:

Fabien Cacheux s'est appuyé pour la partie technique sur le bureau d'étude de Mikaël Bourgeois reconnu pour sa création de pièces uniques commercialisées sous la marque MB Watches. Les différents éléments de l'Elephant Circus sont fabriqués et assemblés en Suisse y compris évidemment le mouvement qui est fourni par Technotime.

Lorsque j'ai découvert l'Elephant Circus, d'abord sans son bracelet, je fus immédiatement surpris par la qualité de fabrication et de finition du boîtier en or. C'est sans aucun doute l'atout majeur de la montre. Le système d'attache du bracelet qui permet de se passer d'une boucle, donne toute l'originalité à l'Elephant Circus par ailleurs relativement traditionnelle dans sa présentation de cadran. Il donne le sentiment que deux bélières se trouvent aux extrémités du boîtier renforçant en cela le côté "montre de poche". Les deux piliers qui soutiennent les mécanismes de fixation sont très subtilement finis. Les mécanismes de fixation comportent une sorte de couronne qui se tire afin de pouvoir insérer le bracelet. En la poussant, la couronne insère l'ardillon dans le trou du bracelet.

Le type de bracelet requis par l'Elephant Circus:

Compte tenu de la spécificité du système d'attache, le bracelet doit être réalisé sur mesure afin que sa taille corresponde parfaitement à celle du poignet du propriétaire de la montre, celui-ci pouvant en outre souhaiter que ce bracelet dépasse plus ou moins largement les mécanismes de fixation. La distance comprise entre chaque couronne de mécanisme est de 77mm ce qui contribue grandement au sentiment de taille de l'Elephant Circus!

C'est une des raisons qui expliquent ce nom pour le moins curieux:
  • Elephant car l'objet est volumineux et parce que, le bracelet dépassant de chaque côté, il semblent dessiner deux défenses autour du boîtier,
  • Circus car les complications évoluent sur le cadran tels des saltimbanques sur une piste de cirque.
La partie principale du boîtier est beaucoup plus raisonnable avec un diamètre de 42mm. Comme évoqué, la présentation du cadran est plus classique avec cependant une trait inhabituel: un affichage des quantièmes rétrograde entre une et deux heures. Vous noterez le poussoir à deux heures qui a pour but de régler la date. J'aime assez l'idée du poussoir car il donne du volume sur le côté droit de la montre dans un contexte très vertical. Evidemment, il évoque plus les chronographes monopoussoir qu'un réglage de date mais cela ne m'a pas choqué. A cinq heures se trouve l'indicateur de réserve de marche, très utile compte tenu des cinq jours de réserve de marche du mouvement. Enfin, le cadran a été ouvert à 9 heures afin de laisser apparaître le balancier. Je ne suis absolument pas fan de cette idée: cela n'apporte pas grand chose esthétiquement car le balancier est finalement plutôt caché par un pont perlé. En outre, c'est plus l'incabloc qui se détache qu'autre chose. Le cadran n'avait pas besoin de comporter cette animation supplémentaire du fait de la trotteuse centrale. Il est vrai que l'ouverture rééquilibre le cadran car les deux complications sont situées côté droit. Je pense cependant qu'un affichage des phases de lune, par exemple, aurait été plus judicieux et surtout plus agréable à l'oeil. Enfin, les contrepoids des deux aiguilles principales sont les C et X qui symbolisent la marque. Les aiguilles et les cadrans sont bien finies même si je n'ai pas senti le même aboutissement qu'avec le boîtier.

Le Technotime TT738-04. Les deux barillets sont visibles mais cachés ici par la masse oscillante:
En retournant la montre, nous découvrons le mouvement Technotime TT738.04 à double-barillet, d'une réserve de marche de 5 jours et d'une fréquence de 4 hz. Il ne s'agit pas d'un mouvement d'une beauté spectaculaire et la découpe des ponts est orientée vers l'efficacité et non pas vers l'esthétique. Fort heureusement, le diamètre propre du mouvement (30,4mm) fait qu'il occupe bien le boîtier rendant ainsi l'ensemble plutôt agréable à observer. La touche de fantaisie est apportée par la masse oscillante qui intègre tout comme les aiguilles, les C et X.

Coup de chance, le bracelet disponible correspondait à ma taille de poignet. J'ai donc pu essayer l'Elephant Circus. Après avoir fixé le bracelet d'un côté, je le fis de l'autre, une fois la montre mise au poignet (l'opération est relativement facile après avoir trouvé la bonne façon de procéder). L'absence de boucle donnait une drôle d'impression, comme si je portais un bracelet de force. Ce bracelet est une véritable bande de cuir donnant à ce propos de grandes possibilités de personnalisation.

La montre était bien positionnée et ne bougeait pas ce qui était positif. En revanche, il est illusoire de penser que l'Elephant Circus puisse passer sous une chemise du fait du système de fixation: c'est strictement impossible! L'Elephant Circus n'est pas inconfortable, elle se porte même sans souci mais j'aurais cependant la crainte de cogner les mécanismes de fixation avec un geste brusque car ils se trouvent dans des espaces qu'un poignet n'a pas l'habitude de devoir gérer.

L'Elephant Circus a un côté ostentatoire qui est clairement revendiqué: la montre est imposante, attire les regards et génère de la curiosité. Impossible si nous nous trouvons à proximité de rater un tel objet au poignet de son propriétaire.

Je fus donc clairement surpris par cette montre. A partir d'un contenu horloger somme toute classique, Fabien Cacheux a réussi à définir une montre au style unique qui n'a pas d'équivalent dans le paysage horloger. Elle ne correspond pas à mes goûts car j'aurais préféré d'autres solutions pour équilibrer le cadran et je me vois mal au quotidien avec une montre ne pouvant pas passer sous la chemise. Mais ce qui m'a en revanche séduit fut la démarche de son créateur, sa volonté d'aller au bout de ses idées et de les rendre tangibles. L'Elephant Circus est un objet radical qui provoquera des réactions de rejet mais aussi de fortes adhésions auprès de quelques collectionneurs à la recherche de montres ultra-exclusives du fait du nombre de pièces produites (11 au total numérotées de 0 à 10) et de leur design absolu.

Je tiens à remercier Fabien Cacheux pour le temps qu'il m'a consacré.

Aucun commentaire: